* Nouvelle tentative sur le casque

casque01 - copieHervé Maurey, Sénateur-maire de Bernay, président de la Commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, vient de déposer une proposition de loi visant à rendre obligatoire le port du casque à vélo. Ca ne veut pas dire qu’il y aura des suites. Avec 2 bonus de septembre 2016, et 1 d’octobre.

Le sénateur reconnait que le développement du vélo a de nombreux effets bénéfiques en termes de respect de l’environnement et de santé publique, mais pense que, malgré les efforts des collectivités, les cyclistes restent très vulnérables. « Les accidents, même mineurs, une simple chute par exemple, peuvent entraîner des conséquences majeures, telles qu’un traumatisme crânien » indique Hervé Maurey dans sa proposition de loi. C’est d’ailleurs ce qui vient d’arriver à Muriel Casals, députée catalane, sauf qu’elle était à pied et que c’est un cycliste qui l’a renversée 1.

casque02 - copieSelon notre sénateur « le risque d’être tué par heure passée sur la route est 3 fois plus important pour un cycliste que pour un automobiliste. » Peut-être, mais rares sont les cyclistes qui restent des heures à rouler. Il ajoute que lors d’un accident à vélo, la tête est touchée une fois sur trois et la majorité des accidents corporels de cyclistes n’implique pas de tiers, ce qui pourrait être exact puisque les accidents ont lieu le dimanche matin pendant les sorties en clubs cyclo-sportifs. Mais a-t-il pensé aux accidents de pommiers?

Olivier Schneider, président de la FUB, rappelle qu’une telle obligation n’a aucun sens dès lors que la plupart des trajets à vélo ne dépassent pas les quelques kilomètres. Il importe au contraire de ne pas décourager le réflexe d’attraper son vélo pour tous les trajets de courte ou moyenne distance, dit-il. La coiffure, la chaleur, autant de bonnes raisons de ne pas avoir envie d’en porter. Pour ceux qui roulent vite et sur route, qu’ils fassent ce qu’ils veulent ! Ils ont en effet pas mal de chances de tomber, mais c’est une autre histoire.

O. Schneider insiste en revanche sur l’importance de l’apprentissage du vélo, et pas seulement de son maniement mais bien de l’agilité. « Mieux vaut éviter les accidents que de tenter d’en minimiser les conséquences »2.
Enfin il s’interroge sur la qualité des casques pour enfant et souligne qu’en tout état de cause leur efficacité reste à prouver. Un jeune cycliste guyanais3 vient en tous cas de décéder lors de son entraînement. Par définition il avait son casque.

Le Comité Interministériel pour la Sécurité Routière (CISR), réuni le 2 octobre 2015, avait prescrit l’obligation du port d’un casque homologué pour les enfants de moins de 12 ans sans généraliser cette mesure à l’ensemble des cyclistes. Moi je crois qu’il faut surtout l’imposer aux piétons à partir de 60 ans. On fait dire ce qu’on veut aux chiffres.accidents piétons agés

Pour Hervé Maurey « le port du casque ne saurait être limité aux seuls enfants de moins de 12 ans alors que plus de 85% des cyclistes tués ont plus de 18 ans ». Et pour cause, plus on est grand plus on va loin et vite et plus on a le droit de le faire. Et plus on fait de vélo, rajoute le président de la FUB, plus les avantages (sanitaires, économiques etc) l’emportent sur les risques. Et plus on en fait plus on sait en faire, ajoute Isabelle.

Le sénateur UDI demandera donc l’inscription de ce texte au Sénat pour rendre le port du casque obligatoire pour tous les cyclistes. Rien ne prouve que ça ira plus loin. C’est une vieille affaire que cet acharnement à vouloir encourager la sédentarité. Si ce monsieur roulait entre le palais du Luxembourg et la gare Saint-Lazare, il comprendrait bien des choses.

+

Bonus du 7 septembre 2016
Rouler avec pas de casque, conduire avec pas de tête. Le Huffigton post-Canada, 26 août. Vous avez parfaitement le droit d’aimer porter un casque. Mais ne croyez pas qu’il vous assurera la sécurité.

Bonus du 20 septembre 2016
Le casque oui, l’obligation, non. le_casque_oui-_lobligation_non-_gracq_mag_16 Document du Gracq (Belgique) qui montre les limites du casque, notamment lors de choc avec une automobile et pour les comportements qu’il induit. Le document montre aussi qui promeut le casque.

Bonus du 5 octobre 2016
Vélo : le casque empêcherait la majorité des décès ? Faux. Agence science-presse, détecteur de rumeurs, 27 septembre 2016.

Vues : + 2000

—Notes—

  • Mikael Colville-Andersen – Why We Shouldn’t Bike with a Helmet. Vidéo d’une conférence. Le vélo décline partout où on s’avise de faire la promotion du casque.
  • Vélomaxou pointe du doigt le fait que Bernay, la ville dont H. Maurey est sénateur, est certainement « dangereuse » pour les cyclistes, puisque pas du tout aménagée pour les accueillir. Il demande aussi : « Sarkozy accepterait-il de porter le casque?« , faisant référence à cette pratique de l’ancien président : « emmerder les cyclistes est plus facile que de courir après les terroristes ou les délinquants de la route.« 
  1. Muriel Casals, en estado crítico dos semanas después de ser atropellada por un ciclista. Ciclosfera, 14 février. La députée catalane, renversée par un cycliste, est dans le coma. Traumatisme crânien, traversée en dehors des clous, le cycliste s’est arrêté et lui a porté secours. Débats enflammés. Eh oui, disions-nous le mois dernier.
  2. Contre les morts à vélo, oubliez les casques, pensez aux femmes ! Rue89 – L’Obs, 12 février. Une étude in vivo canadienne. Tout est dit en quelques mots.
  3. Le jeune cycliste du Vélo Club de Sinnamary, Arthur Heimriche est décédé. Guyane 1ère, 1er février. Renversé par une voiture lors d’un entraînement, il avait été atteint notamment à la tête (= malgré son casque).
Print Friendly, PDF & Email

5 thoughts on “* Nouvelle tentative sur le casque

    • Et dans l’article à côté je trouve ceci par exemple : « Les taux de blessures (y compris à la tête) sont les mêmes dans les provinces qui obligent les cyclistes à porter un casque et celles, comme le Québec, où le port du casque est facultatif. » Donc imposer le casque de vélo ne réduit pas les blessures. Les pistes cyclables et autres voies réservées sont plus utiles. Le Devoir, 12 nov 2015. Article bourré d’informations, qui se termine quasiment par un clin d’oeil anticipé à notre blog : « L’administration du maire Coderre demande aussi la légalisation du « stop américain », qui transformerait les arrêts obligatoires en « cédez le passage » pour les cyclistes. La Ville réclame aussi que les vélos puissent virer à droite aux feux rouges. » !

  1. Sachant qu’il y a plus d’accidents à la tête dans les appartements et les rues (escaliers, portes, placards, etc.), pourquoi ne pas demander que tout individu, dès qu’il se lève de son lit, mette son casque. En plus, avec l’état d’urgence permanent ça va faciliter les contrôles ! Bon ok, je sors…

  2. Une fois de plus, les gens se réfèrent à ce qu’ils constatent dans leur entourage : un accident grave à vélo par exemple, pour généraliser à la Terre entière un risque qu’ils imaginent considérable. Comme on assiste rarement à un accident de la route gravissime ou à la chute mortelle d’un proche tombant de son escabeau, les gens ne perçoivent pas ce que, statistiquement, nous savons de l’occurrence de ces évènements. On doit aussi rappeler que les motards et les jeunes automobilistes se tuent beaucoup plus souvent, surtout la nuit, que les autres motorisés, et sans commune mesure avec les cyclistes.
    Enfin, le cyclisme sportif a autant à voir avec le vélo au quotidien que le marathon avec le fait d’aller faire ses courses en ville.

Laisser un commentaire