Vélotour, le vélo en ville pour tous

3° édition à Paris, 6500 participants à la découverte des monuments cachés de l’est parisien. 

On l’attendait depuis sa création, à Dijon en 2006. L’arrivée à Paris du Velotour, cette balade urbaine à vélo qui passe par des endroits insolites en traversant bâtiments et monuments, s’est faite en 2015 par un superbe parcours dans les 15ème et 16éme arrondissement. La deuxième édition, en 2016, dans le 19ème arrondissement, a été un peu décevante, marquée par un temps exécrable et un parcours un peu moins intéressant. On peut penser que l’événement s’est définitivement installé à Paris avec ce troisième Vélotour, le 11 juin 2017, jour du premier tour des élections législatives.

Aucun sondage n’a été effectué auprès des 6500 participants pour connaître le pourcentage de ceux que cette balade avait empêché de (ou servi de prétexte à ne pas) accomplir leur devoir électoral, et ainsi contribué à augmenter l’abstention constatée lors de ce scrutin.

Le beau temps a à l’évidence largement contribué au plaisir des participants, la plupart venus en groupe ou en famille. Sauf une petite boucle dans le sud-est du 13ème, l’itinéraire parisien se situait entièrement dans le 12ème arrondissement, traversant sa partie forestière (le bois de Vincennes) et sa partie urbaine. Il permettait donc de traverser ou longer les équipements sportifs du bois (INSEP, stade Pershing de baseball, stade Jacques Anquetil, centre équestre UCPA) et bâtiments administratifs, d’enseignement ou artistiques (école d’architecture, « Frigos », musée des Arts Forains, mairie du 12ème).

Une boucle, sans doute négociée à la dernière minute avec la SNCF car ne figurant pas sur le plan officiel (PARIS-VELOTOUR-PARCOURS_v5-final), permettait de traverser la gare de Lyon, en particulier sans mettre pied à terre tout le long de la magnifique galerie des fresques : un grand moment !

A la fin du parcours, une petite incursion sur le territoire de la commune de Vincennes permettait de traverser le château de Vincennes.

Paris n’est pas encore la capitale du vélo

Le beau temps avait aussi incité de très nombreux piétons, joggeurs, dont de nombreux enfants, à sortir marcher ou courir. La cohabitation dans certains sentiers du bois n’était pas toujours aisée, ainsi que sur certains trottoirs que l’itinéraire empruntait pour la sécurité des cyclistes. Un tel itinéraire montre une fois de plus que Paris reste une ville où la place réservée à la voiture reste largement majoritaire, au détriment des piétons et cyclistes.

Ce trajet m’a aussi permis de me souvenir de cette séance de travail à la direction de la voirie de la Ville de Paris, lors de la concertation sur l’aménagement du tramway T3 sur les boulevards des Maréchaux, lorsque j’ai fait observer que rien ne semblait prévu pour relier la piste cyclable longeant le tram à la véloroute du bord de Seine et de Marne. Il m’avait été répondu qu’un escalier permettrait de passer de l’un à l’autre.

Toute la journée, quatre costauds se sont donc relayés, montant et remontant des dizaines et des dizaines de fois les 4 paliers de cet escalier encore provisoire, pour aider à descendre les vélos des participants.

Le vélo tour reviendra à Paris !

L’organisateur, Bastien de Marcillac, prépare dès maintenant le Vélotour Paris 2018, qui pourrait à nouveau se dérouler dans le 12ème arrondissement : les responsables d’autres endroits fermés, en particulier dans le bois de Vincennes, pourraient être encouragés par le succès de cette édition à autoriser le passage des cyclistes.

On pourrait aussi rêver de voir un jour le Velotour passer par le centre de Paris, rouler dans la voirie souterraine des Halles partiellement désaffectée, traverser le Palais Royal, le bâtiment Richelieu de la Bibliothèque Nationale, les Arts et Métiers, les deux hôtels des Archives, l’hôtel du Grand Veneur, la place des Vosges et l’hôtel de Sully, … et rouler bien sûr sur la berge rive droite de la Seine fermée aux voitures. Cela pourrait se faire dans le cadre de la journée sans voitures, qui jusqu’à présent a manqué largement d’animations, et donner corps aux intentions affichées mais peu concrétisées de la Ville de Paris de faire une place moindre à la voiture dans le centre de Paris. Nous verrons.

—Notes—

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire