Le casque n’est plus un sujet, l’insécurité routière, si !

2 Comme annoncé, le contact a été établi avec les organisateurs de Mon vélo est une vie. Tout le monde s’est réuni hier matin au siège de la FFCT, et cet après-midi a été annoncé le résultat. Oui, tous à la manifestation de samedi !  

2 Après réflexion et tractations avec les organisateurs, la FUB et les deux associations parisiennes de cyclistes urbains appellent à participer à la manifestation de samedi 17 juin 2017 sur l’insécurité routière.
Elles craignaient que cette manifestation n’ait pour effet que de renforcer l’image d’un danger associé au vélo1, alors que, selon les mots d’Olivier Schneider, président de la Fub, c’est le comportement des automobilistes qui est en cause, s’apparentant souvent à du harcèlement. Il cite les doublements sans respect de la distance de sécurité, les queues de poisson, le fait de « coller aux fesses » dans les rues étroites, de stationner sur piste cyclable, les ouvertures intempestives des portières, le comportement sur les ronds points, les refus de priorité à droite ou encore les cisaillements de trajectoire lorsque l’automobiliste tourne et franchit une piste cyclable…
Ainsi les associations refusaient que la solution passe par des contraintes supplémentaires pour les cyclistes. Ce n’est pas à eux de se protéger, ce serait comme demander à des jeunes femmes de ne pas mettre de jupes car ce serait risqué, explique O. Schneider.

Leur participation était suspendue à la disparition de la mention du casque et au contenu de la lettre de revendications qui devrait être remise à l’issue de la manifestation. Cela n’avait pas empêché les organisateurs de poster prématurément sur leur page Facebook qu’ils avaient le soutien des associations de cyclistes quotidiens, mais finalement ils l’ont.

Tout le monde s’est retrouvé sur le nécessaire respect des cyclistes par les motorisés. 4 axes ont été dégagés et feront l’objet d’une lettre ouverte au Président de la République :

  • Les aménagements cyclables adaptés,
  • L’information aux conducteurs de véhicules à moteur,
  • La formation à la cohabitation entre tous les usagers de la route,
  • La mise en œuvre d’une campagne nationale de sensibilisation.

Ces 4 axes sont directement inspirés des propositions de la FUB.

Au-delà, si les sportifs comprenaient l’intérêt d’un message aussi simple que le fait qu’il vaut mieux attendre derrière un cycliste à 15 km/h plutôt que de le mettre en danger, cela aurait été un grand pas en avant, pense Alexis Frémeaux, président de MDB, qui souligne aussi que les problèmes de cohabitation ne se trouvent pas que sur les routes mais aussi en ville.

Si au contraire n’avait émergé de tout cela que le port du casque, la lumière obligatoire de jour, le port du gilet ou toute autre mesure s’appliquant au cycliste lui-même, alors cette manifestation aura été un grand loupé. 
Les cyclistes ne font pas « n’importe quoi » sur la route ou dans la rue, insistait Olivier Schneider hier soir : Tout le monde fait des infractions, elles sont juste différentes. De même respecter à la lettre le code de la route n’est aucunement une garantie de sécurité, « griller » certains feux ou prendre les sens interdits a d’ailleurs été récemment légalisé, car ce sont des pratiques sûres, même si c’est contre-intuitif. Attention à ne pas mettre sur le même plan les petits écarts des cyclistes avec les petits écarts des automobilistes : les conséquences n’ont simplement rien à voir, rappelle-t-il enfin.

Toutes ces difficultés auraient pu être évitées si les initiateurs avaient eu davantage d’expérience et s’ils avaient su que de cyclistes il n’y avait pas qu’eux. Mais tout cela n’aurait pas eu lieu sans leur spontanéité et leur accès aux médias. Et finalement je ne sais pas si la manifestation sera intéressante (il est probable que oui), mais la lettre ouverte, elle, devrait l’être.

Alors, participer ou pas ? Participer ! 
Les absents ont toujours tort et la question ne se pose plus. Allez-y en tenue habituelle de tous les jours ! L’obligation du casque a bien disparu de l’invitation, et plus seront nombreux les cyclistes quotidiens mieux ce sera.

—-Notes—-

Revendications proposées par la FUB au collectif « Mon vélo est une vie » :

  • Baisse des vitesses autorisées
  • Apprentissage du vélo à l’école, sensibilisation aux enjeux de la sécurité des piétons et des cyclistes pendant la formation au permis de conduire, intégration plus importante dans la formation initiale et continue de conducteurs de poids lourds et autres grands gabarits.
  • Sanction des infractions anti-cyclistes, ce qui n’est JAMAIS fait jusqu’à présent.
  • 
Investissement dans des infrastructures adaptées, en milieu urbain, mais également résorption des coupures urbaines, mise en place des réseaux structurants nationaux, régionaux et péri-urbains.

Mode d’emploi de la manifestation
10 h : Rassemblements place de la Bastille à Paris et devant les préfectures.
Assis par terre, prises de paroles.
11h : Concert de sonnettes (1/4 d’heure) puis minute de silence à 11 h 30 (couchés sur le sol).
C’est tout.
Les cyclistes du reste de la France sont aussi appelés à se réunir, devant les préfectures. Des rassemblements sont déjà prévus à Avignon, Annecy, Perpignan, Quimper et Brest.

Organismes réunis autour de cette manifestation et invitant à y participer : 

  • Fédération française de cyclisme (FFC),
  • Fédération française de cyclotourisme (FFCT),
  • Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT),
  • Fédération des usagers de la bicyclette (FUB),
  • Ligue Nationale de Cyclisme,
  • Mieux se déplacer à bicyclette (MDB),
  • Paris en Selle,
  • UFOLEP,
  • Union Nationale des Cyclistes Professionnels.

Choix d’articles sur la question du casque :
Casques sur enfants : les avis.

  1. Le « danger du vélo » l’est peut-être dans le monde sportif, après tout. Sinon pourquoi demande-t-on un certificat médical à la FFC comme à la FFCT?
Print Friendly, PDF & Email

19 thoughts on “Le casque n’est plus un sujet, l’insécurité routière, si !

  1. Le code de la route a pas mal évolué ces dernières années et l’immense majorité des possesseurs du permis de conduire ignore tout de ces nouvelles dispositions. Pensons notamment aux dispositions de l’article R412-9 qui permet au cycliste urbain de ne pas serrer à droite dès lors qu’il longe des voitures en stationnement. Quel automobiliste lambda sait que c’est autorisé ?

  2. Comment savoir s’il y a quelque chose d’organisé autour de sa préfecture ?
    En tous cas ravi que le mot d’ordre ait changé, jusqu’à hier j’avais décidé de ni y aller ni en faire de la publicité.

    • En demandant à ceux qui sont susceptibles de l’organiser : assocs de cyclistes, clubs cyclos… On sait déjà que les codeps (FFCT) 18 et 44 ne bougent pas.

        • D’ailleurs à la place ils montrent qu’ils ont « tout compris » : (ménager) « un long moment d’échange sur le sujet de la sécurité á vélo. Les stop, feux rouges, priorité, giratoire, état du vélo, indiquer le changement de direction, sont autant de thèmes à rappeler pendant toutes les séances. » La responsabilité des accidents revient aux cyclistes, celle de leur sécurité aussi, donc casque. Bravo.

  3. Voilà c’est ENFIN OK de la part et avec toutes les assocs vélo… plus ou moins sportives, et urbaines.
    Quelques villes déjà citées en « région » ont donné leur mot d’ordre pour participer à ce beau rendez-vous, pour d’autres préfectures les horaires d’ouverture excluent le samedi, comme en Moselle… Qu’en sera-t-il ? Ce jeudi matin, avant-veille de l’événement, aucune communication… ni des assocs « sportives » ni de celles « citoyennes »… ça sera au minimum « juste » en province…
    Il fait super beau, les vélos pourraient vraiment avoir plus encore que d’habitude leur juste place dans nos villes, et le montrer ! Vive le vélo et vive la fête à Paris place de la Bastille !

    • Oui bien sûr, mais le mel d’annonce de la FFCT aux seuls adhérents FFCT est arrivé seulement le 9 juin… Quelques échanges de concertation entre FFCT et FUB et d’autres assos cyclistes ont pris plusieurs jours avant de trouver un accord entre tous pour lancer ce « rassemblement élargi », qu’il serait nécessaire de voir s’étendre à toutes nos villes, devant toutes nos préfectures après-demain samedi 17 juin, justement à la veille des élections législatives…
      C’est le bon moment pour montrer l’importance du vélo dans nos villes, et l’urgence d’encourager et de favoriser son utilisation ! Car plus qu’un sport, le vélo est un moyen de déplacement.
      Michèle (en 57 où a priori aucun rassemblement n’est envisagé devant la préfecture de Moselle) 🙁

  4. Ce que la plupart des conducteurs ignorent, car aucune communication n’a été faite là-dessus, c’est le principe de prudence, qui a comme conséquence que les motorisés sont responsables de la sécurité des cyclistes.
    Alors du coup c’est moi qui, à vélo en ville, les force à la prudence, en me plaçant, en enjoignant au doigt et à l’œil, en feignant la manœuvre ou l’incompétence s’il le faut, pour assurer ma sécurité réelle et la faire primer sur leur (mé)connaissance des règles de circulation.
    À ceux que cette attitude étonne, je leur rappelle ce que disait Machiavel : « Il est plus sûr d’être craint que d’être aimé. » Car ils craignent vraiment de nous taper en présence de témoins, si, si…

  5. Duplicité ou négligence des organisateurs ? En tous cas ces belles décisions n’ont été suivies d’aucun effet. Les sites et pages FB des organisateurs mentionnent tous toujours le casque comme équipement nécessaire pour venir à la manif :
    La page de l’événement FB : https://www.facebook.com/events/1989431504609456/
    « La manifestation aura lieu le samedi 17 juin à 10h Place de la Bastille avec tous les acteurs, pratiquants et usagers du vélo munis de leur vélo, casque et d’une sonnette pour faire retentir l’appel au respect des règles élémentaires de sécurité routière et à la bienveillance »
    http://newsletter.ffct.org/2017/juin/licencies/monveloestunevie/
    « La FFCT invite tous ses adhérents à se rassembler, munis d’une sonnette, de leur maillot FFCT, et d’un casque, sans oublier l’affiche « Mon vélo est une vie. Partageons la route ! » »
    http://cyclotourisme-mag.com/2017/06/10/rejoignez-le-mouvement-mon-velo-est-une-vie/
    « Tous les usagers du vélo sont invités munis de leur vélo, casque et d’une sonnette pour faire retentir l’appel au respect des règles de sécurité et à la bienveillance »
    https://www.facebook.com/pg/monveloestunevie/reviews/?ref=page_internal
    « Elle s’adresse à tous les coureurs cyclistes, sportifs, professionnels, randonneurs, promeneurs ou encore utilisateurs de vélo pour leur transport munis (ou pas) de leurs vélos et leurs équipements (casque) »
    http://monveloestunevie.org/
    Lire le communiqué de presse :
    http://monveloestunevie.org/index_fichiers/CP_MonVeloEstUneVie.pdf
    « Les sympathisants sont invités à venir accompagné de leur vélo, d’un casque, ainsi que de la tenue de leur club s’il sont régulièrement licenciés »
    Last but not least, le communiqué scellant l’accord (lien dans ma signature) donne un lien pointant vers une de ces pages !!!

    • Je vois d’ici le résultat. Les journalistes qui n’auront lu que le communiqué croiront à la génération spontanée des casques. On ne verra que les mâles sportifs, et les frêles têtes nues les entourant auront l’air de pauvres pequenots. Espérons au moins que l’Etat ne s’y trompera pas …

  6. Mais quelle blague cette querelle picrocholine sur le port ou non d’un casque lors d’un rassemblement envisagé pour la sécurité routière de tous les usagers !
    Les « sportifs » préfèrent porter un casque et invitent leurs pairs à le porter, les « urbains » ne veulent pas y être contraints. Ça mérite un débat ?

    • Justement, cher monsieur. Ils ne veulent pas y être obligés et ils se retrouvent dans une manif où, malgré l’accord, le casque est imposé. Ne seriez-vous pas vous-même porteur de casque, pour faire cette remarque ? Ca ne va pas du tout.

      • Porter un casque pour faire du cyclisme, me parait indispensable quant on parle de sport. Car cette pratique induit la notion de risque et de vitesse (donc même réflexe que pour l’équitation, le ski…). Personnellement, oui je porte un casque, quand je fais du sport et je demande à mon fils de le porter en toute circonstance. Je n’en porte pas au quotidien pour circuler en ville et me rendre à mon bureau. Je suis exactement sur la même ligne que vous, concernant le rejet du caractère obligatoire. Il n’empêche que cette querelle me parait ridicule et même déplacée au moment de se réunir pour une cause commune aussi importante. Je lis que les organisateurs « invitent » les participants à venir avec un casque. Je ne vois utilisé nul part le terme « imposé ». Donc tout va bien. On se détend…

  7. Et si on parlait des vrais sujets : de l’angle mort par exemple qu’on refuse d’éradiquer pour une raison bien obscure et qui continue à tuer les cyclistes, casqués ou non ? ! Arrêtez de focaliser le débat sur une querelle qui n’existe pas. Samedi, il y a des cyclistes sportifs habitués à porter un casque, des cyclistes urbains qui le sont un peu moins, des randonneurs hésitants… certains qui cumulent plusieurs de ces pratiques ! Qu’importe, le mouvement est unitaire : certains sont en marche, moi, je suis « en selle » (lien dans ma signature) !

  8. Les choses évoluent favorablement.
    Sur la page FB de l’événement on lisait:
    munis de leur vélo, casque et d’une sonnette [hier soir]
    munis de leur vélo, de leurs casques (ou non) et d’une sonnette [ce matin]
    munis de leur vélo et d’une sonnette [maintenant]
    Le site de la FFCT a publié une nouvelle actualité (lien dans ma signature), sans « casque », « munis de leur vélo si possible, et surtout avec une sonnette » mais a oublié d’effacer l’ancienne.
    Restent à corriger le site et la page FB de « Mon vélo est une vie ».
    –> On va bientôt pouvoir parler des vrais sujets de sécurité, comme le suggère avec pertinence Od.

Laisser un commentaire