Une cycliste au gouvernement

Brune Poirson vient d’être nommée Secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot, ministre de la transition énergétique et solidaire. Elle est chargée de la transition écologique. Précision mineure ajoutée le 11 juillet.

Brune Poirson venait d’être élue députée pour la première fois, et s’était présentée sous l’étiquette La République en Marche. Elle l’a été dans la 3e circonscription du Vaucluse et a battu de peu au second tour le candidat Front National1, reprenant la circonscription de Marion Le Pen, ainsi que le relève la presse. Elle fait aussi partie des quelques 500 candidats qui avaient répondu au questionnaire de la FUB2.

Elle y disait que pour elle le vélo est le moyen de se déplacer dans 90% des cas. Elle s’est engagée à soutenir la mise en place d’un Plan Vélo national et d’un fonds pour le vélo, et avait répondu « oui » à toutes les questions. Dans les réponses libres, pour la création d’une « génération vélo » elle indiquait souhaiter des zones à 20 km/h généralisées. Où et comment en effet s’amuser à faire du vélo pour un bambin aujourd’hui ?

Il est pour l’heure difficile de savoir de quoi elle s’occupera, les nouveaux secrétaires d’Etat étant sans attribution, plutôt adjoints de leur ministre3. Etre cycliste ne donne aucune compétence particulière pour s’occuper du vélo, mais être cycliste assumée contribue à le rendre « normal », doit aider à ce qu’il ne soit pas l’éternel grand oublié des politiques de déplacement, comme l’est la marche. Mme Poirson aurait plutôt des compétences dans l’eau et dans le social, comme nous le révèlent les articles cités plus bas. Le député de la 3° circonscription du Vaucluse est Adrien Morenas, suppléant de Brune Poirson, ancien militaire en dernière année de formation d’ostéopathe. Cela n’implique pas qu’il ne comprenne rien au vélo.

A la Fub on souligne que Brune Poirson n’est pas la seule parmi les élus à avoir répondu au questionnaire, mais que pour autant le club des Parlementaires du vélo est à reconstruire, aucun de ses trois co-présidents n’ayant été réélu (Philippe Goujon, Alexis Bachelay, Denis Baupin, tous trois Parisiens). Il va devoir se reconstituer, et peut-être cette fois par ses propres moyens, sans s’appuyer sur le Club des villes cyclables, qui est dédié aux villes4. Quoi qu’il en soit, la FUB, notamment via son questionnaire, a engrangé de nombreux contacts utiles au vélo, qu’elle compte bien faire fructifier. L’avenir du vélo se joue au gouvernement, comme elle l’a bien compris.

Merci à Bernadette Caillard pour la piste. 

Dans la presse :

  • Qui est Brune Poirson, la ministre symbole de la vague Macron aux législatives. Huffpost, 21 juin.
  • Brune Poirson nommée secrétaire d’État chargée de la Transition écologique. Le Figaro, 21 juin.

 

—Notes—

  1.  Mme Brune POIRSON – 50.68% / M. Hervé DE LÉPINAU – 49.32%
  2. Parlons vélo, le questionnaire de la Fub pour les élections de 2017.
  3. Elle « connaît de toutes les affaires que lui confie le ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire. » Décret n° 2017-1148, JO du 10 juillet 2017.
  4. Les députés représentent les citoyens sans que leur attache locale d’origine en fasse des élus locaux pour autant.
Print Friendly

5 thoughts on “Une cycliste au gouvernement

  1. Un des nouveaux députés, Matthieu Orphelin, a un véhicule sur lequel il a du mal a exposer son macaron du fait de l’absence de pare-brise. Lien dans ma signature.

  2. Et un cycliste au perchoir de l’Assemblée Nationale ! François de Rugy, membre depuis son origine du Club des Parlementaires pour le Vélo (lien dans ma signature), a régulièrement participé à diverses réunions et manifestations concernant le vélo comme mode de déplacement. Il représentait depuis de nombreuses années Nantes au Club des Villes et Territoires Cyclables (CVTC). En 2004, je lui avais suggéré d’en briguer la présidence, ce qu’il n’a pas fait. Il est maintenant à une présidence plus prestigieuse ! Espérons qu’il n’oublie rien de ce passé.

  3. A ma connaissance il n’y a pas de Club de villes cyclables au Royaume Uni. Toutefois, son « All Party Parliamentary Cycling Group”, le club des parlementaires cyclistes de tous les partis, s’est bien mieux débrouillé que le Club des Parlementaires du vélo français pour rédiger sa volonté en matière de politique vélo. (lien dans ma signature)

Laisser un commentaire