Mairie de Paris : comment mentir sans mentir ?

En jouant sur les mots la municipalité parisienne tente de faire croire que l’histoire a commencé en 2001. Sous le titre « Paris Respire : trois nouvelles zones ouvertes ce dimanche », elle publie aujourd’hui un communiqué dans lequel elle se livre à un joli travestissement de l’histoire. Modifs le 3 à  11:14:19
Dans l’introduction du communiqué on trouve l’information concrète. 3 nouvelles zones. Fort bien.
C’est la suite qui nous intéresse.

On lit que ce dispositif a été créé en 2003, ce qui est vrai … sous ce no!!
Car, de même que les « Quartiers verts » s’appellent désormais « zones 30 » mais s’étaient appelés «Quartiers tranquilles »  jusqu’en 2001…

… les quartiers concernés par l’opération Paris Respire se sont d’abord appelés Paris Piétons Vélos, de 1995 à septembre 2002.
Ce changement de nom avait d’ailleurs été épinglé par le journal Le Parisien en septembre 2002 : ON CHANGE de nom sans changer la formule, à l’occasion de l’extension de l’opération aux abords sud du jardin du Luxembourg.

Pourquoi ces changements de nom? Parce qu’en mars 2001 Bertrand Delanoë (PS) a ravi la mairie à Jean Tibéri (RPR). … et a tenté de faire croire qu’il avait tout inventé.

Paris respire existe depuis 1995.

Les berges de la Seine faisaient aussi partie du dispositif d’ouvertures du dimanche, dès 1994. D’abord deux dimanches, le 10 juillet 1994 à la demande de Michel Barnier, ministre de l’Environnement (le maire de Paris étant Jacques Chirac)1 puis le 30 novembre suivant, et enfin tous les dimanches à partir de l’été 1995 (Jean Tibéri, RPR, étant devenu maire).
A noter qu’au début l’opération voies sur berges ne portait pas de nom, et s’étendait sur un espace plus vaste, englobant la partie de voie située dans le 16° arrondissement en passant par les voies centrales du cours la Reine et du cours Albert 1er, et comprenait la quasi-autoroute de l’avenue de New-York. L’équipe Delanoë non seulement ne lui a jamais redonné sa pleine extension ni n’a jamais relié les deux rives, mais en plus s’en est attribué sans le dire toute la paternité.

Lors de la première opération Paris plage, en 2002, la Ville de Paris s’était bien gardé de raconter que tout avait commencé en 1994. Le fait que je sois l’auteure de ce premier futur «Quartier piétons-vélos» fait que je connais un peu l’affaire 2. Nous voyons bien que là aussi la Ville avait tenté de faire croire, sans jamais le dire, qu’elle partait de rien.

Un ouvrage visiblement de commande, intitulé « Paris-plages, de 1900 à aujourd’hui« , paru en 2010 (éd. Hoëbeke, auteur Eric Fottorino) présente des photos des lieux, de 1900 à 1994, et de 2003 à 2010 … Bien que passionné de vélo l’auteur s’était retrouvé à participer à un gros gros mensonge… sans le dire, bien sûr.

C’est pas mal, non ?

*******

Ça ne change rien aux réalités, mais c’est très malhonnête.
Le communiqué : Paris-Respire-trois-nouvelles-zones-ouvertes-ce-dimanche

—Notes—

  1. Sur la première ouverture des berges aux cyclistes, voir mon article 10 juillet 1994.
  2. Voir sur mon blog l’article Voies express à Paris : plus de questions que d’enthousiasme du 15 avril 2010, dans lequel je raconte un peu l’histoire, au moment de l’annonce du projet de fermeture définitive de la voie express rive droite.
Print Friendly

2 thoughts on “Mairie de Paris : comment mentir sans mentir ?

  1. Et note aussi que la mairie communique sur une très grande « nouvelle » zone Paris-respire dans le bois de Vincennes, qui va de l’avenue de St-Maurice à la route de la Pyramide…
    Sauf que la zone telle que dessinée est déjà piétonne 100% du temps. Il faudra expliquer où se trouve la nouveauté !

    • … avec une mise à jour du 2 juillet (après 20 h 35, heure de mise en ligne de mon article, un dimanche… ?) indiquant que En septembre 1995, la ville de Paris avait lancé l’opération «Promenade et détente», appellation et date inconnues !!!
      Pour la zone piétonne du bois de Vincennes, il s’agit sans doute d’une zone qui jusqu’alors n’avait pas de nom, donc nouvelle ! …

Laisser un commentaire