Tours organise l’accueil des randonneurs à vélo et à pied

Accueillir les cyclistes de passage, quoi de plus naturel pour une ville touristique ? Pourtant aucune n’avait encore créé le dispositif convenable. Tours est la première en France.

Tours, à la croisée des véloroutes de la Loire à vélo, de Saint-Jacques et de la route de Saint Martin1, et bientôt Indre à vélo et Cher à vélo, tente l’expérience. Elle y pensait depuis au moins 15 ans, suite à une étude qui le préconisait.

Son « Accueil vélo et rando” se voit comme une sorte de capitainerie. A deux pas de la gare et de l’office de tourisme, elle offre depuis juin une douche (facturée 2€), des toilettes, une salle à manger et à se réunir, équipée d’un micro-ondes et de deux plaques de cuisson, un petit salon, des consignes (3€ les 24 h), un atelier équipé d’un pied et de l’outillage, avec prises de courant.

3 agents communaux vous attendent au stand d’accueil, l’un est mécano, les deux autres diplômés et expérimentés en matière de tourisme. Bientôt la petite cour sera équipée de quelques arceaux à vélos, et la salle à manger d’un distributeur de boissons. Il y a déjà tout pour permettre aux cyclos et marcheurs de se documenter, de se rafraîchir et de se reposer. Mais pour trouver un hôtel, c’est en face, au Vinci (l’office de tourisme).

54 personnes ont utilisé l’atelier en juillet, 71 en août, mais ce sont plutôt des locaux. 21 et 25 ont utilisé une consigne, quant à la douche elle n’a servi que 3 fois en juillet et 9 fois en août, souvent après une journée de tourisme et avant de prendre le train. Il faut dire que pour elle la promotion est volontairement discrète, ce sont musées et hôtels qui envoient les clients.

Outre la documentation disponible (plutôt pour les marcheurs) et les guides en vente, l’Accueil vélo et rando réfléchit à d’autres services pour l’hiver. L’association CC37, affiliée à la Fub, propose déjà des promenades à vélo.

Michel Gillot, à l’origine du projet, président du groupe « vélo » de la métropole, en est conscient, le local n’est pas très visible, et aussi moins grand que ce qui avait été souhaité (c’est un rez-de-chaussée de 125 m2).

Le bail étant signé pour trois ans, c’est à l’issue de cette période que les décisions d’avenir seront prises, et qu’on aura peut-être enfin trouvé un local valable.

En attendant les discussions ont commencé avec le parking Vinci de la gare, juste à côté, pour la création d’un espace dédié aux vélos et dont la taille pourra évoluer.

A Tours, même pour une première nationale on y va pas à pas. Mais déjà plusieurs villes sont tentées de l’imiter, Chartres, Troyes … sous forme de régie comme à Tours, ou autrement.


—Note—

  1. La route de Saint-Martin est très fréquentée, me dit-on, par les Allemands, et bien plus que par les Français. La fête de Saint Martin étant le 11 novembre on peut comprendre que la popularité du saint soit plus importante en Allemagne qu’en France. La fréquentation tient parfois à des détails.
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire