Assises de la mobilité : Que doit contenir la Loi ? F. Héran

Instaurer des plans de traitement des coupures Frédéric Héran

Les cyclistes et les piétons sont confrontés à de nombreuses coupures urbaines, qu’elles soient infranchissables (autoroutes ou voies rapides urbaines, voies ferrées, canaux, fleuves…), difficilement franchissables (artères très circulées, carrefours complexes, grands giratoires…) ou peu praticables (artères sans aménagements cyclables ou sans trottoirs…).

Cette situation est particulièrement marquée en France où, pendant près de cinquante ans, les modes actifs ont été peu à peu cantonnés dans leur quartier : on n’imaginait plus guère passer d’un quartier à l’autre autrement qu’en voiture ou en transport public.

Aujourd’hui, encourager une politique de diagnostic et de traitement des coupures s’impose pour rattraper le retard pris par la France sur de nombreux autres pays. Des “plans de traitement des coupures” existent déjà dans certaines agglomérations (Strasbourg, Lille, Tours, Ile-de-France…), mais ils sont encore inexistants dans la plupart des villes.

Pour y remédier, l’idée consiste à s’inspirer de ce qui a été fait par l’Europe concernant le bruit. La directive n° 2002/49/CE a rendu les cartes de bruit et les plans de prévention du bruit dans l’environnement obligatoires depuis le 30 juin 2007 pour les agglomérations de plus de 250 000 habitants et depuis 2012 pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants.

 

 ×   La France pourrait, de même, dans un des articles de la future loi, rendre obligatoire le diagnostic cartographique des coupures et les plans de prévention des coupures, avec des seuils de population et des délais de réalisation adaptés. Une expertise se développerait, le problème deviendrait clairement visible et des progrès substantiels seraient réalisés.

 

Frédéric Héran
Maître de conférences à l’Université de Lille, chercheur au Centre lillois d’études et recherches sociologiques et économiques (CNRS).
Auteur notamment de :

Print Friendly, PDF & Email

4 thoughts on “Assises de la mobilité : Que doit contenir la Loi ? F. Héran

  1. Combinée avec le remplacement de la taxe d’habitation par des dotations, ce pourrait être intéressant de mettre en place une politique du bâton et de la carotte, avec des subventions pour les aménageurs ayant peu de moyens mais volontaires, et des suspensions de dotations pour les aménageurs de mauvaise volonté.
    Un autre chantier serait d’imposer la mise à double-sens cyclable par un mécanisme un peu similaire : les communes devraient être sanctionnées pour le kilométrage de voies qu’elles n’ouvrent pas aux cyclistes dans les deux sens.

  2. Une cartographie des problèmes, cela existe déjà à Toulouse. Par contre depuis 25 ans que j’y fais du vélo certaines discontinuitées et points noirs n’ont toujours pas été traités 🙁 Pire, certains aménagements, pourtant récents, ont été mal conçus, ce qui crée de nouveaux points noirs … au point qu’on se pose la question “Y a-t-il trop de vélos à Toulouse ?”
    https://www.ladepeche.fr/article/2017/10/27/2673878-trop-de-velos-a-toulouse-nos-lecteurs-donnent-leur-avis.html
    https://www.ladepeche.fr/article/2017/10/27/2673601-transports-y-a-t-il-trop-de-velos-en-ville.html

  3. Les coupures urbaines sont profondément anti-républicaines, par conséquent les autorités de ce pays se doivent d’y mettre fin dans les plus brefs délais.
    Les associations de cyclistes doivent être parties prenantes de ces projets de réduction, afin de veiller à ce que les implémentations tiennent leur promesses.

  4. Le plus souvent les cyclistes sont bien trop “gentils et silencieux” et s’adaptent à tous ces “bâtons dans les roues” qu’ils trouvent sur leurs trajets… donc ils sont peu entendus, ils sont peu écoutés… mais ils ne lâcheront rien je pense…et avancent et avanceront.

Laisser un commentaire