Assises de la mobilité : Que doit contenir la Loi ? B. Beroud

Affirmer la nocivité de l’automobile
et en tirer les conséquences 
Benoît Beroud

Pour développer la pratique du vélo, les Néerlandais nous ont appris depuis longtemps qu’il est nécessaire de réguler l’usage de la voiture, d’avoir un urbanisme cohérent puis de proposer des solutions attractives.

 

  • Engager les actions nécessaires pour réduire l’usage de la voiture

Malgré des impacts sanitaires proches de l’alcool et du tabac, l’industrie automobile bénéficie d’une impunité et diffuse une image tronquée dans ses publicités.
 Toute publicité pour une voiture sera assortie de la mention « Nuit à votre santé et à celle des autres ».

Le premier levier du report modal des automobilistes est le prix du stationnement.
Création d’une taxe foncière applicable aux entreprises et commerces qui proposent du stationnement gratuit pour les véhicules motorisés, assortie d’aides financières à l’installation de racks à vélo.

  • Réviser les hiérarchies

Le seul mode qui bénéficie d’une parfaite continuité de son réseau (aménagement, signalisation) est l’automobile. Or, le réseau piéton devrait être prioritaire sur le réseau du cycliste, lui-même prioritaire sur le réseau de l’automobiliste à toutes les intersections.
Cette hiérarchie est issue de l’échelle de la vulnérabilité, et surtout d’une vision d’ensemble des enjeux de la mobilité durable.
 Toute nouvelle création ou rénovation d’infrastructure devra considérer la hiérarchie de la vulnérabilité.

  • S’engager pour un urbanisme cohérent

La future loi d’orientation des mobilités inscrira dans son préambule la volonté de permettre à toute personne, quel que soit son âge ou sa situation, de se déplacer sereinement à vélo.

La création de nouvelles infrastructures (de type A45, anneau des sciences) contribue à rendre la voiture encore plus concurrentielle, génère des schémas de mobilités autour de l’automobile et donc les habitudes inhérentes.
 Tout euro investi dans une infrastructure routière sera compensé par l’investissement de deux euros dans la marche, le vélo et les transports en commun.

  • Engager le chantier de l’harmonisation des signalétiques piétonnes et cyclistes sur tout le territoire français

Texte non fourni.

  • Développer les alternatives à la voiture individuelle

Un des premiers freins à l’usage du vélo est le vol, qui s’est banalisé. Il conviendra d’opter pour la valeur sociale du vélo plutôt que sa valeur financière.
 Les procédures policières et judiciaires en matière de vol de vélo prendront en compte la valeur sociétale des bienfaits non réalisés du vélo.

Tout évènement impactant les choix modaux (constructions nouvelles, naissances, déménagements d’entreprises…) sera assorti de la fourniture des informations sur les modes de déplacement, en les hiérarchisant : la marche, le vélo, les transports en communs, puis seulement en dernier la voiture partagée.
Les acteurs professionnels (agence immobilière, gynécologue, générateurs de déplacement, moteurs de recherche d’itinéraire …) seront chargés de cette information.

 

Benoît Beroud
Fondateur et dirigeant de Mobiped, société de conseil en mobilité durable.
Choix de publications :

Print Friendly, PDF & Email

1 thought on “Assises de la mobilité : Que doit contenir la Loi ? B. Beroud

  1. Je viens d’aider quelqu’un pour son déménagement en région parisienne, un immeuble récent de 9 étages, par conséquent un nombre certain d’habitants. À voir le local à vélos on a tout compris : pas de quoi mettre plus de 10 montures et autres poussettes, et bien sûr rien pour les attacher.
    Á l’inverse la personne a droit à une voiture de fonction où elle peut mettre autant de carburant qu’elle veut pour son usage personnel. Quand les décideurs voudront venir sur le terrain on pourra se passer des Assises…

Laisser un commentaire