Des vêtements chics pour aller à vélo en toutes saisons

Tucano-urbano, spécialiste du vêtement pour scootéristes, a créé une gamme très intéressante pour nous les cyclistes de ville. La marque a entendu profiter de l’expérience acquise pour créer une gamme parfaitement adaptée à nos besoins. Elle présente une série complète de vêtements citadins bien pensés, pour le plus jeune à la plus mûre, pour les pluies d’été comme la neige d’hiver. Pratiques et beaux… à une exception près. Ce sera (peut-être) la deuxième révolution du vêtement pour cyclistes, 122 ans après l’invention du bloomer.  

Pour la première fois de ma vie je suis réellement enthousiasmée par des vêtements se disant destinés aux cyclistes. Ceux-ci sont parfaitement adaptés à la pratique à la fois féminine, citadine et élégante. C’est même la première fois depuis l’invention du bloomer, ou pantalon bouffant, en 18951.

Pour transporter les enfants au chaud ou au sec, la couverture-pantalon-capuche qui se fixe au siège, arrière ou avant, par des bretelles, mais également, via des anneaux, par antivol ! Egalement la cape de pluie intégrée à celle de l’adulte ! Il y en a pour les différentes saisons, du froid au chaud humide.

Pour les adultes sous la pluie, c’est la série garibaldina, en nylon, avec des bandes réfléchissantes et des jolies couleurs, 3 au choix.

Parmi les astuces qui changent tout, les scratch pour bien ajuster la capuche en profondeur et autour du visage, les passants permettant de suspendre une lumière devant et derrière, ou les petits élastiques pour maintenir d’un ou deux doigts la cape au guidon.

Le tout élégant, séchant très vite et plus petit que le plus petit connu jusqu’ici une fois roulé dans son petit sac et mis au fond de mon grand sac ou attaché au cadre, c’est prévu aussi. Seul regret, la cape est si légère qu’elle ne protège pas le sac qui repose dans votre panier. C’est la rançon de la légèreté. A vous de vous fabriquer un couvercle.

La magic parka, enfin. Cette parka est d’aspect tout à fait urbaine, très bien coupée, aux finitions impeccables et aux poches si nombreuses, il y en a même une secrète, que j’ai mis plusieurs jours à les trouver. Elle est élégante et sa longueur est parfaite pour pédaler. Sa coupe et sa longueur ne rendront pas un pantalon plus élégant qu’il n’est mais conviennent parfaitement avec les jupes droites aux genoux. Elle est très chaude, tout en pouvant être délestée de sa doublure le printemps venu, vraiment imperméable et séchant très vite. La capuche est parfaite, réglable de partout, comme sur les capes, et vous permet de garder votre cher casque comme de vous trouver très bien sans. Ce vêtement est doté de toutes les trouvailles qui ont bénéficié aux capes, plus quelques unes comme les couvre-gants qui peuvent sortir des manches ou les rabats réfléchissants dans le dos et aux poignets qu’on n’ouvre que si on le souhaite. Quand à l’aération, elle s’ouvre et est réglable, je vous la laisse découvrir.
Ce n’est pas tout car au-delà de sa très belle qualité elle se transforme, en deux zips, en poncho ! Le secret de ce miracle c’est que les fermetures éclair, strictement invisibles en version marche, libèrent de la toile, comme un soufflet.
Si j’ai tardé à vous en parler c’est que je voulais m’assurer de sa commodité et de son efficacité. Les fermetures éclair fonctionnent parfaitement, la couverture des jambes a l’air efficace. Par temps humide je n’ai pas été mouillée.

Malheureusement c’est là que j’ai eu une petite hésitation, la seule : J’ai trouvé que les élastiques qui permettent de la maintenir soulevée risquaient de ne pas tenir longtemps. Le vêtement est assez lourd et le tissu se trouve relativement éloigné du cintre sur lequel reposent les mains dont un doigt est passé dans l’élastique2. Or celui-ci est de diamètre faible. Avec un peu d’astuce on devrait trouver une solution. Ce serait vraiment dommage pour nous comme pour la marque de s’arrêter à ça.

Et en attendant qu’il pleuve, les élastiques sont bien cachés, encore un petit chef d’oeuvre d’une confection très soignée. (Depuis l’écriture de ce billet la grosse pluie est revenue. Ainsi que je l’ai écrit en commentaire, je fus trempée des genoux aux mi-cuisse.)

La marque propose aussi une capeline de mi-saison à encolure croisée qui semble parfaite pour sortir au musée ou se rendre dans un cocktail, très féminine et confortable. Elle aurait pu faire fureur cet automne. Ici elle est portée à l’épaule pendant la visite, grâce aux bretelles : encore une belle astuce. Il paraît qu’elle est aussi imperméable.

Aurait pu faire fureur, car si ces vêtements existent en vrai, je les ai vus et suis même détentrice d’une cape de pluie et d’une magic parka, s’ils sont dans le catalogue imprimé … il est difficile d’en trouver trace sur le site internet. La magic parka défile à l’ouverture mais n’était présentée qu’en version masculine et XXL ou 3XL jusqu’au début de décembre, et vous ne la verrez qu’à condition d’être bien renseignée : dans la partie “couvre-jambes et manchons” !!!, Les opossum (enfants sur le siège) se trouvent en tapant dans le moteur de recherche. Quant aux magasins où se rendre pour essayer, ils sont tous spécialistes de la moto ou du scooter. Et encore, s’il y en avait assez on s’en arrangerait !

Que vous dire alors ? D’abord que miraculeusement, 15 jours avant Noël j’ai trouvé une page dédiée au vélo ! Tout y est regroupé3, mais que ce soir-là je n’ai pu retrouver la page des boutiques qu’en rusant.
Dites-vous que vous finirez par y arriver … et surtout, s’il vous arrive de tomber sur une de ces boutiques (regardez les adresses sur le site, puisque je l’ai trouvée, préférez la liste, peu pratique, à la carte, inutilisable), réclamez-leur de vous montrer ces merveilles ! Il y en a une à Arcachon et une à Nice, de nombreuses en région parisienne, celle de Paris est en haut de l’avenue de la Grande-Armée, à Nantes c’est Atlantic’diffusion44, 28 Place Viarme; la Bécanerie, 1bis rue Lamoricière, pick City, 12 Rue De La Mauriciere (sic), Moto ouest, 103 rue des Hauts-pavés … Elles sont classées par … ordre alphabétique du nom de l’établissement. Drôle de façon de faire du commerce, quand même !

Site de la marque :  Tucano-urbano

 

  • Une fois que vous aurez fait un tour, manifestez-vous donc sur la page de la marque. Mettez un gentil commentaire et un lien vers ce blog pour vous identifier, vous gagnerez peut-être une paire de manchons. De très belle qualité, en fausse fourrure très chaude et douce, difficiles à voler car le système de fixation est assez sophistiqué (au pire complétez par un anneau en plastique livré avec, il sera invisible), ils seront parfaits pour ceux d’entre vous qui roulent en pays très froids.

Article écrit en plusieurs fois, exact sous réserve d’améliorations postérieures à ma dernière visite du site.

  1. Source : Les bienfaits de la vélocipédie, anthologie,  le pas de côté, 2013.
  2. Sur le catalogue je vois que le défaut des élastiques pour tenir le vêtement en position de pluie n’affecte que le modèle féminin… bigre, bigre !
  3. J’en aurai passé du temps avec eux ! tout ça pour découvrir finalement qu’il y a vêtement, et vêtement féminin. Ben voyons ! Encore un petit effort, messieurs !
Print Friendly, PDF & Email

3 thoughts on “Des vêtements chics pour aller à vélo en toutes saisons

  1. Merci Isabelle pour cette découverte. Je n’ai pas trouvé d’information sur le niveau d’imperméabilité de la magic parka, il est juste mention d’une “importante colonne d’eau”. Pour un usage à vélo (surtout à Nantes!), le minimum est de 8000 mm. Je leur demande.

  2. Attention! Aujourd’hui pluie continue assez importante. J’ai été trempée ! Bas du devant de la jupe surtout. Cela ne va pas du tout. Le défaut que j’avais repéré se confirme donc. Le tissu n’est pas en cause, je suis restée au sec là où j’étais couverte. C’est la coupe qui me semble être en cause, et peut-être n’y aura-t-il aucun problème pour le modèle masculin. Le modèle féminin ne serait-il qu’un décalque du masculin? On connaît …

  3. La marque AGU vend un imperméable non doublé, coupe féminine. Je l’utilise depuis novembre et en suis vraiment satisfaite, même avec les fortes pluies passées, sauf avec un vent de face. Là, les cuisses mouillent.
    Une capuche bien couvrante qui se glisse sans surépaisseur sous le casque. Deux poches qui ferment avec glissière. Deux élastiques pour maintenir la “jupe” au guidon. En hiver, je la double d’une veste polaire.

Laisser un commentaire