(4) Les premières « zones marquées »… du monde

zone 30 mal comprise : interdiction aux vélos.Ce 4° article inaugural de Hans Kremers porte sur la naissance des sas vélo, chaucidou, zones de rencontre et zones 30. Qui les a initiées, quand et où ? Au passage on verra que les noms diffèrent moins que la réalité décrite …

Les « Premières » pour les cyclistes, 4/6 : Les zones marquées

+ SAS Helsinki 2Sas vélo

Le sas vélo a été inventé par la ville de Leiden (Pays-Bas) en collaboration avec la section locale de l’association nationale « Fietsersbond » dans les années 1970. Les premiers sas pour vélo parisiens ont été testés à Paris en 19931 à la demande de Isabelle Lesens, alors madame vélo auprès du ministre de l’Environnement. Les services techniques de l’Etat en avaient déjà publié la description. Ils étaient obligatoirement assortis d’un couloir d’accès.

Chaucidou ou chaussée à voie centrale banalisée

CVCB Pays-BasLa chaussée à voie centrale banalisée (CVCB) est une chaussée sans marquage axial dont les lignes de rive sont rapprochées de son axe.

Les véhicules motorisés circulent sur une voie centrale bidirectionnelle et les cyclistes sur les accotements revêtus appelés rives. La largeur de la voie ouverte aux véhicules motorisés est insuffisante pour permettre le croisement, ces derniers empruntent donc ponctuellement la rive lorsqu’ils se croisent.2
C’est le canton de Berne qui a joué un rôle précurseur pour l’introduction du « Kernfahrbahn » ou chaussée à voie centrale banalisée dans les années 1990 3. Toutefois, d’après VéloBuc dont le membre fondateur Werner Ried a forgé le terme chaucidou (chaussée pour la circulation douce), la première chaucidou française peut se voir à Avon (77, près de Fontainebleau) depuis 1997 4. A Martigny, Suisse, on peut voir, notamment, ce type d’aménagement, même s’il n’en porte pas le nom. (Article Martigny, une ville lente, du 2 octobre 2014). 

Zone de rencontre et zone 30

Delft, cour urbaine typique : petite rue, maisons basses collées, végétation.
Delft. Photo E. Kips

Les premières « woonerven » ou cours urbaines, plus ou moins proches des actuelles zones de rencontre (mais d’un usage très différent), ont été expérimentées à Delft (Pays-Bas) par Joost Vahl à la fin des années 60. La reconnaissance légale de la cour urbaine (« woonerf ») a suivi en 1976.

Quelques années plus tard, en 1983, la loi néerlandaise autorise l’aménagement des zones 30 km/h.
Ce qu’on appelle Zone de rencontre, en Suisse et en France, n’a souvent pas grand’ chose à voir, puisqu’elles s’appliquent au contraire principalement aux vastes espaces de gares, théâtres ou commerces, rues commerçantes ou places centrales 5 ! Le précurseur chez nous aura été Chambéry, qui avait sollicité le même Joost Vahl.
Ci-dessous photos de zones de rencontre suisses, tirées du site de Velobuc.

zonerencontre10zonerencontre19 zones de rencontre en Suisse

Le code de la route allemand a introduit des zones 30 (« Tempo-30-Zone ») en 1990, la même année que la France.

Hans Kremers
avec quelques ajouts d’ Isabelle Lesens.

Articles en rapport :

  • Présentation de Jörg Thiemann-Linden, du Difu (Institut Allemand d’Urbanisme) : DES VILLES SANS FEUX ? Espaces partagés en Europe. Bordeaux, 4 février 2010. En pdf ici. Nombreuses illustrations.
  • Décret du 30 juillet 2008 instituant ou modifiant les « zones », dans mon article de janvier 2009. décret-2008

Articles précédents, à faire apparaître en cliquant sur le nom de l’auteur ou sur le nom de catégorie « Histoire »:

  • Les premières pistes cyclables du monde
  • Les premiers réseau express vélo du monde
  • Les premières vélorues du monde

Article suivant : 

Les premiers feux du monde utiles aux cyclistes. (Ça va gazer !)

———- Notes ——–

  1. Ces sas précurseurs sont toujours visibles avenue de Ségur, mais leur couloir d’approche n’est pas toujours respecté…
  2.  Cerema
  3. Kernfahrbahn
  4. Velobuc
  5. Nombreuses photos de zones de rencontre sur le site de Velobuc. Les premières, prises à Paris, sont un peu trompeuses car désormais elles sont envahies de voitures.
Print Friendly, PDF & Email

7 réflexions au sujet de “(4) Les premières « zones marquées »… du monde”

  1. Merci pour ce nouvel article.
    On aimerait en savoir plus sur les woonerfen, notamment sur la répartition actuelle par pays. En France, il nous faut impérativement attaquer sur ce terrain car ça manque cruellement. On n’a même pas traduit ce terme néerlandais.
    Woonerf, ce n’est pas une zone de Rencontre. C’est une zone de vie. Il n’y a pas d’autos ou presque pas, n’est-ce pas ?

    • Bonjour Alfred, le terme « woonerf » a évolué depuis ses débuts, évoqués dans cet article. Il s’agit de l’équivalent de la Zone de rencontre en France avec cependant un certain nombre de différences notables dont la limitation à 15 km/h…. Ce sujet mérite plus qu’un court commentaire, aussi fera-t-il l’objet d’un article sur ce site.

  2. Les chaucidou me font vraiment flipper, surtout s’ils sont bi-directionnels pour les voitures, mais c’est sans doute parce que je n’en ai jamais vu ni emprunté, ni à vélo, ni en auto. J’ai juste le souvenir de voies ultra étroites et encaissées entre des haies, à Guernesey, avec des refuges de temps en temps pour que les voitures se croisent, et je trouvais quasi miraculeux qu’il n’y ait pas plus de cartons (j’étais à pied).

    • S’ils sont bien faits et sont adaptés au lieu, c’est au contraire très bien, mais on ne peut pas en parler avant de les avoir essayés ! Une de leurs vertus est d’obliger les automobilistes à rouler avec attention…

  3. Pour information, mon épouse et moi-même ayant décidé de participer aux Assises des Transports et Mobilité du Val de Marne, nous ferons, entre autres propositions, le forcing pour la juste promotion du Chaucidou.

Répondre à Alfred Annuler la réponse