Villes et départements, un même combat pour le vélo

Le CVTC et V&T se sont réuni chacun de son côté le même jour. 2 associations qui ne s’étaient pas partagées les sujets, les véloroutes, les voies vertes et le vélo en ville. Présentation des deux rencontres.

2 associations d’élus cyclophiles
organisent presque en même temps leur réunion nationale

  • Le Club des villes et territoires cyclables
  • Vélo&territoires

Le Club des villes et territoires cyclables à Bayonne
La rencontre nationale « en région » du Club des Villes et territoires cyclables1, le 12 octobre, a réuni presque 80 personnes : les représentants de collectivités adhérentes, les intervenants et les organisateurs. Quelques orateurs se sont signalés,  notamment : 

  • Corentin Lemaître sur les potentialités des véloroutes et voies vertes, la notion de système vélo et l’art de cartographier la « cyclabilité » des villes (voir plus bas).
  • Valériane Janet sur la Via-Vercors;
  • Clément Bocquet sur les résultats de la Vélostation de Chambéry. 

(Toutes les présentations sont sur le site du club).

En fin de matinée Elisabeth Borne, la ministre des transports, a échangé avec Pierre Serne, le président du Club, sans que la salle ne puisse poser de questions. Elle était la seconde ministre à se rendre à un congrès du Club des villes cyclables. La dernière fois c’était en 2005 à Lille, avec Serge Lepeltier, alors maire de Bourges et ministre de l’Environnement, qui était resté toute la journée. Avant de se rendre au Théâtre de Bayonne, lieu de la rencontre du Club, E. Borne a fait une visite de terrain sur les pistes cyclables, essayé les vélos à hydrogène de Pragma Industrie et rencontré le syndicat des mobilités du Pays Basque. 

Vélo&Territoires à Chambéry
La veille et le jour-même plus de 300 personnes, sans les organisateurs, étaient à Chambéry (berceau de l’association des départements cyclables… lien vers leur journal, qui alors s’appelait … Vélo&Territoires, bien avant que les villes adoptent aussi ce mot de territoire ! ) pour le  8° «club itinéraires» annuel, organisé par Vélo & Territoires et ses partenaires2. C’est une rencontre technique sur les itinéraires du tourisme à vélo. 

Au programme notamment le retour d’expérience de Didier Couval-Grima, auteur du topo-guide sur la véloroute Moselle-Saône et le témoignage de Francisco Luciano sur la cyclo-logistique (voir plus bas). On a ainsi beaucoup parlé de mobilité quotidienne, mais aussi de points noirs à résorber sur les véloroutes de France. Les présentations sont disponibles sur le site de V&T  jusqu’au 16 novembre.

Le lien entre vélo urbain et vélo voyage est de plus en plus évident, a fait remarquer le chambérien Nicolas Mercat, fondateur du cabinet Altermodal (depuis fondu dans Indiggo), ajoutant que, pour la mobilité quotidienne il faut continuité et régularité des linéaires. Les véloroutes sont aussi un bon lieu pour un premier voyage : 37 % des Français itinérants sur la ViaRhôna sont des primo-itinérants indique Simon Larcade de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les intersections dangereuses entre véloroute et route seraient au nombre de 85 en France. Cela n’empêche pas le développement, par exemple la V2, de Nantes à Chambéry, dont le site devrait bientôt être visible.

 

3 communicationsremarquées—-

Le compte-rendu vient d’arriver
(7 décembre)

—Notes—

  1. Si vous vous interrogez sur ces bizarres chevauchements de territoires, vous pouvez aller sur l’article Les territoires du vélo virent à la confusion. Cette fois-ci le partage des territoires n’est pas très clair non plus !
  2. Le club itinéraires, de Vélo&Territoires, était organisé par Vélo&territoires avec d’autres organismes tels que Tourisme & Territoires, la Direction générale des Entreprises, France Vélo Tourisme et la Coordination interministérielle pour le développement de la marche et de l’usage du vélo.
Print Friendly, PDF & Email

5 thoughts on “Villes et départements, un même combat pour le vélo

Laisser un commentaire