Hé, là-haut, quelqu’un a-t-il déjà vu un vélo ?

Y a-t-il une culture vélo là où les décisions se prennent ?  Les « chiffres-clés du transport », du commissariat général au Développement durable, relèvent du grand cafouillage

Le commissariat général au développement durable a publié récemment ses Chiffres clés du transport mis à jour en mars 2018. On y découvre que ni la marche ni le vélo n’y figurent. Pour la marche on peut comprendre, c’est juste un moyen de déplacement très prisé.
Mais pour le vélo c’est avec effarement que le président de l’association FARàVélo a trouvé la réponse, dans le glossaire à la fin du document. La voici :

Un trajet domicile-travail constitue du transport puisqu’il a pour finalité de rendre disponible une personne sur son lieu de travail. En revanche, un déplacement en vélo avec retour au point de départ n’est pas du transport car son motif premier est le loisir procuré par cette activité.

Les cyclistes sont-ils beaucoup plus gênants que les motorisés ???

Ce qui serait parfait si dans le rapport on parlait des déplacements à vélo et à pied pour « rendre disponible une personne sur son lieu de travail » et si on excluait des déplacements en auto et à pied  les promenades en auto ou à pied.

L’avant propos n’est guère mieux :

73 % de la dépense de transport est consacrée à la route, 7,1 % au transport ferroviaire, 6,3 % aux transports collectifs (urbains et en car), 7,3 % au transport aérien, le reste aux transports fluvial et maritime. Plus de la moitié de la dépense de transport est réalisée en compte propre, essentiellement par les ménages.

Les dépenses de transport réalisés par les ménages, surtout « urbains », ce n’est-il pas essentiellement ce qu’on appelle la mobilité du quotidien ?  Pourquoi donnent-ils alors, page 6, les km de véloroutes et voies vertes, et page 18 le nombre de téléskis ??? Nicolas Hulot a vraiment eu bien des déboires lorsqu’il était le chef de ce ministère.

Un stop pour les cyclistes et pas pour les piétons !!! En tous cas laisser les fragiles décider s’ils peuvent passer revient à leur attribuer une lourde responsabilité, que certains d’ailleurs ne sont pas capables de prendre.

Dans la même série

Qui connaît encore le code de la route? Ni les militants avertis, ni les professionnels, ni la blogueuse ne savent grand’chose … Notion de « culture vélo », et appel pour qu’on arrête de tout voir par le prisme de la règle, au bénéfice de l’aménagement bien conçu.

Les photos ont été glanées avec l’aide de Samy Guyet.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire