Routes : Les tueurs et les tués sont les mêmes

Une étude du cerema sur les accidents des jeunes de 18 à 29 ans devrait nous inciter, nous les vieux, à des comportements responsables.

Principaux résultats :

Ils ont plus d’accidents alors qu’ils roulent moins.

  • Une sur-représentation des tués et blessés de 18-29 ans au regard des distances parcourues.
  • Une très forte majorité de victimes « conducteurs masculins », particulièrement pour les personnes tuées. Les victimes piétons sont peu nombreuses. Les 18-29 ans étudiants sont sur-représentés dans les accidents.

> La moitié des conducteurs impliqués dans les accidents corporels sont des 18-29 ans, alors que les conducteurs de 18-29 ans ne réalisent que le quart des kilomètres parcourus. Dans les 3/4 des cas, ils sont des hommes alors que ceux-ci ne réalisent que 60 % des km parcourus.

Ils font le plus d’infractions aux obligations visant à diminuer la gravité de leurs accidents.

  • Les conducteurs 18-29 ans de motocyclette ont plus souvent un permis non valide que les conducteurs de véhicule de tourisme.
  • En voiture, les 18-29 ans portent moins souvent leur ceinture de sécurité que les 30-64 ans lorsqu’ils sont passagers.
  • En deux-roues motorisé (2RM), les 18-29 ans portent moins le casque que les 30-64 ans. Les hommes portent moins souvent leur ceinture et leur casque que les femmes.

Dans cette catégorie, forte augmentation de l’influence des stupéfiants, baisse de celle de l’alcool

  • La part de 18-29 ans impliqués contrôlés positifs à l’alcool diminue, tout en demeurant supérieure à celle des 30-64 ans, mais leur taux moyen d’alcoolémie est inférieur. Ils sont souvent des hommes effectuant un trajet « promenade-loisir » de nuit et sont très majoritairement responsables des accidents les impliquant.
  • Sur la période 2010-2016, la part des conducteurs pour lesquels l’information « stupéfiants » est connue est passé de 10 % à 40 %. Les 18-29 ans sont plus souvent positifs aux stupéfiants que les 30-64 ans.
  • Les 18-29 ans sont contrôlés positifs plus souvent que les 30-64 ans. Les conducteurs positifs, majoritairement des hommes effectuant plutôt un trajet de type « promenade loisir » en fin d’après-midi, sont très souvent déclarés présumés responsables de l’accident.

Accidents fréquents en ville en-dehors des carrefours mais pour les accidents mortels c’est exactement l’inverse.

(Ces dernières données sont à prendre avec prudence à cause de l’amalgame motorisés – non motorisés)

  • Par rapport aux distances parcourues, les bicyclettes, cyclomoteurs et motocyclettes sont surreprésentées dans les accidents impliquant un 18-29 ans conducteur.
  • Les accidents en agglomération sont les plus fréquents. Ils sont équitablement répartis entre intersection et hors intersection.
  • Hors agglomération, les accidents hors intersection sont très majoritaires, excepté pour les accidents mortels avec un 18-29 ans conduisant un deux-roues motorisé où les accidents en intersection représentent 42 % des cas.
  • Les 18-29 ans ont principalement leurs accidents aux heures de pointe de semaine, mais sont sur-représentés de nuit le week-end.

 

Etude en entier : Accidentalité des jeunes-Juillet 2018

Moralité (rêvons) :
(1) Tous à vélo, et ouste !
(2) Pas de permis avant 25 ans chez les garçons.
(3) Pas d’emploi de responsabilité dans les deux ans après un accident dont on est reconnu responsable.
(4) L’Etat interdira l’usage des outils et machines susceptibles de blesser gravement ou tuer, ou en réglementera l’utilisation afin de réduire très fortement etc.
(10) Si l’Etat interdisait effectivement ce qui tue …
(22) On continue.
Oh la belle véloroute !!! oh la belle ville qui aide ses cyclistes en modérant les ardeurs triomphales de ses citoyens dépendants au moteur !

Chiffres spéciaux vélos :

ou allez directement à celui-ci :

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire