A Lunéville, des vélos pour remplacer les bus scolaires

A Lunéville (Lorraine), des vélos remplaceront les bus scolaires dès la rentrée prochaine. Le projet Velos’ Cool, reçoit lundi prochain son premier prix, au salon Vivre autrement du parc floral de Paris ! Suivi d’un Droit de réponse de la communauté de communes. 

Dans le cadre de la Semaine pour la courtoisie sur la route, organisée depuis 20 ans par l’association Française de Prévention des Comportements sur la route et en ville (AFPC), les acteurs lunévillois vont recevoir le prix « Mobilités urbaines pour une ville plus sûre, plus saine et plus sereine », créé cette année.

L’initiative du projet primé revient à l’association Velolun54, de Lunéville, qui avait des inquiétudes quant aux coûts des déplacements des élèves pour aller en classe. (Sur ce point voir plus bas le commentaire du président.)

Le coût des transports scolaires

En novembre 2018, première réunion avec les parents, avec d’emblée l’idée de remplacer les bus scolaires par des vélos.  Le bassin scolaire lunévillois comporte 1 ville, Lunéville, et 3 villages : sa voisine Jolivet, Chanteheux et Moncel, pour une envergure maximale de 6 km. Le projet s’adresse aux collégiens habitant à moins de 3 km de leur établissement scolaire.

Préparation

On s’est vite aperçu que beaucoup des enfants ne savaient pas rouler en ville, et que leurs vélos n’étaient souvent pas en très bon état. A cela s’ajoute le fait que les rues ne sont pas propices partout au passage à vélo par les enfants. Il a donc été décidé de reculer le lancement de ce nouveau service, initialement prévu à la rentrée de printemps, et de procéder par étapes.

La première a été de former des adultes à la formation des collégiens de 6e-5e. Cette formation a réuni 2 bénévoles de VéloLun’, le nouveau salarié, une personne en mission de Service Civique et 2 conductrices de Transdev, la compagnie qui exploite les bus. Sur ces 24 heures de formation, une séance de « Travaux pratiques » a eu lieu avec des jeunes volontaires.

Les formations scolaires ont commencé pendant les vacances de février, et se poursuivront les mercredi et samedi après-midi, sur une base volontaire. Certains élèves n’en ont d’ailleurs pas besoin, car dès la 6° certains viennent déjà en classe à vélo. 

Avant la rentrée prochaine les jeunes néo-cyclistes du programme devront passer des tests d’évaluation des déplacements en sécurité. Ils devront avoir suivi une formation, comprenant de la pratique mais aussi l’enseignement de la signalisation et du comportement à avoir dans la rue. Le tout se sera terminé par une épreuve de Code du Cycliste semblable à celle passée pour le permis voiture. 

Pendant ce temps chaque commune (et non la communauté de communes, comme d’abord publié par erreur) procède à la sécurisation des rues concernées. Les choses étant toujours plus compliquées que prévu et n’avançant donc pas aussi vite que souhaité, un système d’alerte voirie va devoir être mis en place pour les parents. 

Les vélos

Enfin une commande de vélos a été passée sur appel d’offres à la société Wheel’e, à Badonviller (à 1/2h de Lunéville en auto), spécialisée dans les vélos spéciaux. Les premiers vélos sont arrivés, dès avril ils seront testés par des élèves volontaires. Certains sont déjà en location à l’office de tourisme.

Ces vélos bénéficient d’un cadre souple breveté, en acier mono-poutre, de clignotants avec commande sur le guidon (on espère que la Loi des mobilités les autorisera), freins à tambour, feux à leds puissants. La peinture est sans solvants, les poignées « sans phtalates ni perturbateur endocrinien », et le marquage Bicycode posé d’avance. 

400 gamins habitant à moins de 3 km du collège, dont 350 venaient en bus, pourront se voir confier en septembre prochain, s’ils le souhaitent, un vélo fourni par la communauté de communes. Les bus scolaires seront supprimés, mais il sera toujours possible de profiter d’un tarif réduit sur les bus réguliers. 

Un porte-bagages a été ajouté à l’arrière, les enfants en voulaient un autre à l’avant.
Ils se voient déjà partir en voyage ?

Le prix

L’ ACPC, proche du milieu des auto-écoles, s’est donné pour mission de convaincre automobilistes et motards de « partager la rue avec les cyclistes et piétons ».  Elle vient de créer ce prix « Mobilités urbaines pour une ville plus sûre, plus saine et plus sereine ». Son premier Prix sera remis à la Communauté de Communes du Territoire de Lunéville à Baccarat et au fabricant de vélos Wheel’e pour le Programme Vélos’ cool développé conjointement. Sans oublier l’association Velolun? 

Rendez-vous pour la cérémonie au Salon Vivre autrement lundi 18 mars à 12 h 45 sur l’espace « Conduire et se déplacer autrement ». 

Droit de réponse

Le 21 mars, soit après 8 jours de mise en ligne, la Communauté de Communes du Territoire de Lunéville à Baccarat me fait la demande de procéder à des corrections. En voici le texte. 

Je me permets de venir vers vous afin de signaler plusieurs erreurs factuelles dans votre article.
– « A Lunéville des bus remplaceront des transports scolaires » : NON, la Communauté de Communes dote les collégiens et les lycéens de vélos pour leurs déplacements. Cette opération de transport doux s’intègre dans le cadre plus large d’un Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV) : 50 projets et 50 millions d’euros investit en Lunévillois).
– Les transports publics continueront d’accueillir les scolaires qui le choisiront, le projet Vélo’s Cool étant facultatif.
– « L’initiative du projet primé revient à l’association Velolun54 » : NON : l’initiative revient intégralement à la Communauté de Communes du Territoire de Lunéville à Baccarat.
– « Pendant ce temps la communauté de communes procède à la sécurisation des rues concernées » : NON, ce sont les communes, du fait de leurs compétences voirie qui procèdent elles-mêmes aux éventuels travaux.
– « Une commande de vélos a été passée sur appel d’offres à la société Weel-e » : NON, la tournure de votre phrase induit le fait que notre procédure de marché public aurait été orientée pour favoriser une entreprise. Ce qui est évidemment illégal et ne correspond pas aux pratiques des collectivités.

Vous remarquerez qu’une seule erreur est réelle, c’est celle de la responsabilité de la sécurisation des voies, que j’avais attribuée à la communauté de communes (cas fréquent). L’initiative du projet avait déjà été corrigée par un commentaire du président de l’association Velolun, signalé dans le texte. Pour l’appel d’offres, je l’avais précisément mentionné afin de ne pas induire l’idée d’un favoritisme éventuel. Enfin, le fait que les TC resteront possibles pour les élèves est en clair dans l’article. Pourtant le remplacement des bus scolaires est écrit en toutes lettres sur le site de la CC : « A compter de la rentrée de septembre 2019, un programme appelé Velo’s Cool viendra remplacer le transport scolaire par bus sur de très courtes distances. »

Documentation

  • Communauté de communes du territoire de Lunéville à Baccarat, projet velos’cool.
  • Bruxelles : Vélo Bus: les enfants mettent le pied à la pédale. DH.net, 9 mars 2019. Faire ses trajets à vélo en ville dès 10 ans, impossible ? Dangereux ? Pas si les enfants sont correctement formés et encadrés affirment les écoles. À Bruxelles, elles sont nombreuses à avoir mis en place le concept de Vélo Bus. 
  • Je me souviens aussi que la commune de Créon, en Gironde, dont le maire Jean-Marie Darmian fut le président du club des villes cyclables, avait mis en service une voiture à cheval pour ramener les élèves méritants le soir à la maison. 
  • Dans son appel à projets « Mobilité à la française », l’Etat a retenu la commmunauté d’agglomération Seine-Eure pour une expérimentation de ramassage scolaire à destination des enfants des écoles primaires par vélobus à assistance électrique. Son nom est … S’coolbus ! Sincèrement, c’est moins intéressant que ce que fait Lunéville, plus spectaculaire mais sans influence sur pratiques ou aménagements…  
8 vélos de plus ce 13 mars, la prise en main va pouvoir commencer.
Les livraisons vont se faire par paquets.

Dans la revue de presse de décembre 2018 : 

  • Lunéville : Des bus scolaires supprimés et remplacés par des vélos offerts aux collégiens et lycéens. Francebleu, 16 décembre.  Des vélos offerts aux collégiens et lycéens en contrepartie de la suppression de cinq lignes de bus scolaires suscitent la polémique à Lunéville.
  • Lunéville veut remplacer des cars scolaires par des vélos. Bus&CarsConnexion, 19 décembre 2018
Print Friendly, PDF & Email

8 réflexions au sujet de “A Lunéville, des vélos pour remplacer les bus scolaires”

  1. Merci pour le descriptif très clair et détaillé. Toutefois, l’initiative de ce projet vient de la Communauté de Communes, et pas du tout de l’association VéloLun’ qui l’a contesté haut et fort en juillet 2018 car il était à contre-courant de la politique de déplacements de la Ville de Lunéville. La Ville continue d’ailleurs à traîner des pieds dans l’amélioration des aménagements pour les cyclistes, au risque de compromettre la sécurité des jeunes. La première vague de vélos leur sera remise courant mai, et non en septembre.

    Répondre
  2. On se demande pourquoi cela n’existe pas dans toute la France. L’éducation à l’utilisation du vélo devrait faire partie du programme scolaire et son utilisation quotidienne encadrée. Chaque élève devrait faire le tour de son département dans le cadre d’un voyage de fin de scolarité. C’est ce que j’ai demandé dans le cadre du grand débat.

    Répondre

Répondre à Jeanne à vélo Annuler la réponse