Un réparateur mobile pour les VAE, vélo-cargos et trottinettes

Repair and run répare à domicile les vélos électriques, les vélo-cargos et les trottinettes. Ils sont les seuls à savoir vraiment le faire. C’est leur spécialité.

La société Repair and run est encore toute jeune puisqu’elle n’a que 2 ans. Cela lui aura permis de se démarquer des autres.

Ses techniciens se déplacent sur rendez-vous pris par internet ou smartphone. Où que vous soyez, dans la rue, au boulot, chez vous… Ils sont une dizaine et ils savent tout faire. De la réparation de crevaison à la remise droit des roues voilées, du redressage du câble  au renflouement de la batterie, et de l’opération de la selle au dénouement des pires avaries électriques.

Vélos, trottinettes et vélo-cargos

Outre les vélos, ils savent guérir les vélos à assistance électrique, les vélo-cargos et, depuis peu, les trottinettes électriques. Ce dernier secteur  augmente vite, notamment pour les trottinettes de la marque Xiaomi. Elles crèvent, elles aussi, et leur réseau électrique n’est pas à l’abri d’une défaillance. 

La vraie différence, c’est que Repair and run affiche deux spécificités. D’abord la parfaite connaissance des véhicules émergeants, vélos à assistance électrique, vélos-cargo et trottinettes électriques, comme on a dit. Ensuite le fait que tous ses techniciens soient salariés. C’est ça qui lui permet de garantir une qualité sans faute de ses interventions, et la capacité à toutes les prendre en charge. D’ailleurs ses interventions sont garanties 3 mois.

Repair and run a pour clients autant les particuliers que les entreprises, lesquelles ont souvent un abonnement de maintenance. 

A Paris et Bordeaux … pour commencer

Déjà présente à Paris et à Bordeaux, elle sera un jour dans votre ville, une levée de fond est en cours dans cet objectif. Ses fondateurs, Nathanaël Benaym et Rémy Dunoyer, ont pas mal d’ambition, et savent en prendre les moyens. Ce n’est pas pour rien qu’ils ont été acceptés à Paris&co, l’incubateur de la Ville de Paris. Un jour on les trouvera dans toute l’Europe se plaisent-ils à imaginer, et à préparer.

Alors … Repair and run ! réparé, reparti !

(Article payé)
Print Friendly, PDF & Email

5 réflexions au sujet de “Un réparateur mobile pour les VAE, vélo-cargos et trottinettes”

  1. Je consulte votre site régulièrement et il me semble que c’est la première fois que je constate la mention « (Article payé) ». Est-ce une nouveauté d’accueillir des publi-articles ?

    • Cela se produit rarement en effet, je ne fais rien pour. Ici Nathanaël souhaitait que je parle de son entreprise, ce que je ne pouvais pas faire faute d’une actualité. Mais je trouvais quand même intéressant de le faire. D’où cette solution, qui contribue à me rembourser des frais engagés pour le blog.

  2. Je suis également surpris par cette nouveauté sur le site.
    Évidemment, j’apprécie l’honnêteté de l’écrire, ce qui est très rare sur internet et mérite donc d’être souligné.
    Mais je trouve quand même que le monde en ligne manque souvent de déontologie car en presse écrite, les publi-rédactionnels sont présentés avec des polices de caractères nettement distinctes (et souvent des encadrés) qui sont repérables par le lecteur dès la lecture de l’article. Sur internet, il faut vraiment aller au bout pour s’en rendre compte (quand c’est précisé).
    Je pense que personne n’objecte que de la place dans un média, qui coûte à publier (c’est le cas du blog), soit accordé contre rémunération. Par contre, en ce qui me concerne, j’avoue que l’intérêt des blogs comme celui-ci est bien le l’indépendance de vue. Le mélange d’articles payés et d’articles d’auteur me gêne quand même un peu.
    Je me demande si je ne préférerais pas carrément de la pub (en accord avec la ligne éditoriale) mais clairement identifiée comme telle.

  3. Personnellement cet article payé ne me dérange pas.
    Il faudrait peut-être juste l’écrire de manière un peu plus visible car je ne l’aurais pas vu sans les commentaires.
    Mais à part cela, c’est un article qui présente une société qui semble mériter qu’on s’intéresse à elle, et qui pourra être utile à des lecteurs. Donc je n’y vois pas d’inconvénient. Je préfère ça à une bannière de publicité, personnellement.

Répondre à Isabelle Annuler la réponse