Aux sources de la bicyclette

Sur l’histoire de la bécane nous croyions tout savoir, mais peut-être ne savons-nous rien … Dernières heures pour souscrire ! (6 décembre 2019)

Dernière heure (décembre 2019) – La souscription est encore possible, jusqu’à la sortie du livre. Il devait paraître en juin, puis en septembre. Un accident de parcours a failli lui casser les ailes, le principal auteur a dû reprendre plusieurs chapitres, il ne s’est pas laissé abattre, et voici enfin que les dernières corrections sont faites, nous apprend-on ! Le livre arrivera pour Noël, ou entre les fêtes ! C’est un véritable cadeau à considérer.

Sur l’histoire de la bécane nous ne savons rien … La thèse de Keizo Kobayashi1 nous a fait croire en 1993 que la vérité était établie, « les Michaux, les Michaux en leur atelier du 16° arrondissement ». Nous en étions fiers. Aujourd’hui deux auteurs se penchent encore sur ce berceau et nous disent que les documents seuls ne prouvent pas tout. Charles Desnos-Gardissal serait le nouveau nom du bienfaiteur de l’humanité, et Michaux serait truffé de vrai-faux.

Je n’en sais rien et ne saurais sans doute pas même séparer le charlatan du compilateur laborieux. C’est pour quoi avant de vous en parler j’ai consulté 4 historiens renommés dans ce cercle. 

L’un m’a dit qu’il ne voulait pas en entendre parler tant l’un des deux auteurs lui avait été cruel. Le second m’a confirmé la mauvaise réputation humaine du dit auteur, mais pense que le livre a néanmoins d’énormes mérites, dont celui de divulguer des archives. Le troisième n’en savait rien et le quatrième ne m’ayant pas répondu, je ne peux qu’en conclure que le livre est indispensable dans ma bibliothèque. 

Présentation de l’ouvrage

Un livre issu de 4 années de recherches documentaires et d’analyse commune, et un an d’écriture et de mise en forme. Plutôt que d’être expliqués, beaucoup de documents anciens sont montrés. C’est un long cheminement, dans des domaines divers, qui a permis d’arriver un jour à une machine que l’on peut appeler une bicyclette, même si le mot n’existait pas à l’époque. Il est aussi question en annexe de « l’épineux » cas Michaux ainsi que des recherches en vélocipédique de Thimonnier.

Cela attise votre curiosité, n’est-ce pas ?

Voici le sommaire dans son état presque définitif  :

  • Méthode
  • Contexte
  • Préhistoire
  • De la Fahrmaschine à la draisienne (déjà là, du nouveau …)
  • Le velocipède (l’illustre mensonge?)
  • La presse, la langue
  • Les premiers perfectionnements
  • Chevaux mécaniques
  • Grands vélocipèdes
  • Les choses se précisent …
  • Pédalage circulaire
  • Vélocipède à pédales
  • Les prémices de la bicyclette 
  • La bicyclette apparaît
  • De Desnos-Gardissal à Lawson (un personnage bien connu)
  • L’essor de la bicyclette
  • Annexes : La machine à courir – La machine à courir la bague – Pédaler – L’évolution des dépôts de brevets – Thimonnier et la vélocipédie – Michaux, mythe ou réalité ? – Le voyage de 1865 (celui que nous avons reproduit en 2015 !)

Il s’agit d’une souscription. Ces messieurs veulent pour l’instant se rendre compte du tirage qui pourrait être adapté. Si vous souhaitez en savoir plus, je ne vois qu’une solution … manifestez votre intérêt ! 

La sortie est prévue pour fin juin. 

Bulletin de souscription

Note

  1. Keizo Kobayashi, Histoire du Vélocipède, de Drais à Michaux, 1817 – 1870. Mythes et réalités.  Edité à compte d’auteur, 1993
Print Friendly, PDF & Email

7 réflexions au sujet de “Aux sources de la bicyclette”

  1. Pas même un petit détail qui aurait permis de se faire une opinion sur la qualité scientifique du travail ? La remise en cause de thèse nécessite quand même un argumentaire sérieux. Qu’en est-il ?

    Répondre
    • Autant que je le devine, il s’agit surtout de montrer des documents qui devraient nous faire voir que la thèse « Michaux » a du plomb dans l’aile. Il est vrai que à un certain point la thèse de Keizo Kobayashi faisait des conjectures. Peut-être l’éditeur pourrait-il nous permettre de publier une page, en réduction, juste histoire que l’on puisse se rendre compte ?

      Répondre
  2. Un impondérable est survenu, qui retarde la parution à fin septembre. Les commandes seront honorées sauf demande contraire de remboursement des paiements en ligne. Les chèques ne seront encaissés qu’à la livraison.
    Merci de bien vouloir comprendre ce report qui n’est pas de notre volonté.

    Répondre
    • L’imparable a prolongé le retard, mais la dernière correction vient d’être reportée. C’est Bernard lui-même qui m’en a informée. Le livre sera sous les oreillers pour Noël, ou juste après. D’ici là il est encore temps de le commander, et de profiter du prix réduit de souscription. A vos chèques, le temps presse !

      Répondre

Répondre à Noël Annuler la réponse