Les EDP tissent une toile serrée dans les rues de Paris

Les compagnies proposant à Paris des trottinettes, vélos sans bornes, scooters et autres se portent bien et organisent leur écosystème. (Article écrit avant le 13 mars).

Les EDP (engins de déplacement personnel)1 n’ont pour l’instant pas souffert du corona virus, et ont bien profité des grèves. Elles sont nombreuses les compagnies implantées à Paris, première ville mondiale de l’EDP en vertu de sa densité (nombre de personnes présentes à l’unité de surface), de la saturation des transports publics, de la faiblesse de l’usage de l’automobile, de son relief assez plat et de ses trottoirs bitumineux propices à tout ce qui roule.  Ils organisaient lundi dernier (le 9 mars) une « matinée d’étude » à caractère promotionnel, animée par Adrien Lelièvre, du journal Les Echos.

Les affaires vont donc bien2 pour ceux qui essaient d’accréditer le fait qu’ils font partie des « mobilités douces » (ce qui est une preuve de plus qu’il ne faut pas utiliser cette expression)3. Ce sont des véhicules à moteur et la réglementation qui les concerne n’est pas exactement celle des cyclistes, malgré ce qu’ils en ont dit lors de cette matinée4. 

Construction d’un éco-système

Beau mec allant au taf

Leur puissance industrielle et financière est perceptible, ils sont en train de constituer tout un éco système autour de leurs engins, formations (Two roule, créé en 2019 ), qu’ils voudraient bien voir aussi à l’école, équipements (ils militent beaucoup pour le casque, en s’appuyant sur une enquête selon laquelle « 76% des Français pensent que le port du casque devrait être obligatoire » : belle preuve de son utilité !!!! Notez qu’un des intervenants était le directeur industriel de la division Casques de Decathlon) et vêtements (visibles, rembourrés etc), et même éclairages et clignotants connectés et intégrés au casque (Cosmo), avec détecteur de mouvement inhabituel (chute, accident), et alerte au proche enregistré. Un test de ces éclairages augmentés est en cours à la brigade vététiste de la police dans le 18ème arrondissement de Paris.

Jolie fille sportive vue par Cosmo

Vous remarquerez en tous cas que la société invitante a une vision très dévalorisante de la pratique féminine du vélo, et que les présentations étaient écrasées par la parole masculine. Je relève ça comme ça… avant de revenir au sujet affiché.

La société Fluctuo agrège toutes les données des loueurs  et les donne à voir (comme vous pouvez le voir sur leur site. En cliquant sur l’icône vous obtenez en plus le niveau de la batterie). Elle en sait beaucoup et connaît les itinéraires.  A terme, avec Cosmo par exemple, il sera possible de détecter les coups de freins brutaux ou les manoeuvres anormales, ouvrant à cartographie des endroits dangereux ou mal aménagés. Ce sera une manne, payante, peut-être utile, en tous cas primée par Gare et connexions dans son programme EMA pour Espaces multimodaux augmentés5.

Le Grand appel d’offres parisien

Seize candidats se préparent aux suites du fameux appel à compétition de la Ville de Paris6, auquel participent d’autres sociétés que les présentes de ce matin-là. Pony, par exemple, plus connu pour ses vélos7 et déjà présent à Bordeaux et Angers, propose pour ses trottinettes un modèle original où les clients peuvent être propriétaires d’une des trottinettes en location. Tous les présents se sont dit d’ailleurs satisfaits des exigences exprimées8, conscients qu’ils sont que le désordre antérieur est leur plus mauvais ambassadeur. « 79% des Français estiment qu’une règlementation plus stricte est nécessaire pour encadrer l’utilisation des trottinettes électriques » révèle encore leur enquête9 (qui ne nous dit pas ce qu’il faut tirer de cette affirmation…). Ils ne savent pas si le plafond de 5000 trottinettes chacun est suffisant pour satisfaire la demande ou pour assurer la rentabilité, mais les futurs recalés ne feront pas faillite pour autant. Ils sont tous impliqués aussi dans les vélos ou les scooters, et même les voitures avec chauffeur. 

Tous écolos ?

Ce n’est d’ailleurs pas ça qui va les rendre « doux » ou écolos. La plupart des véhicules de Uber est diesel, relève l’association Respire, qui milite pour que la Ville de Paris les interdise10. 

Bientôt toutes les offres de « nouvelles mobilités » seront sur la même application, créée par Fluctuo, selon la volonté de la région d’Ile-de-France, et tous y gagneront. Mais attention … La maire du 16° arrondissement, où se tenait cette présentation, s’est dite intéressée par la visualisation des lieux dangereux, mais ne voudrait pas que l’abus de vélos et trottinettes nuise à la vie économique. Il faut garder le choix d’aller en auto, conclut-elle.

Notes

  1. Les EDP sont les Engins de Déplacement Personnel, dont la définition a été fixée en octobre 19 dans le code de la route. Voir l’article Le décret Trottinettes vient de paraître.
  2. Dès 2016 j’attirais l’attention sur leurs méthodes commerciales: Les vendeurs de mono-roues mènent la bataille pour l’acceptation de leurs engins dans les pistes cyclables. Je les avais rencontrés à la foire de Paris et m’était rendue compte que siège à Pékin, usine à Tianjin et succursale à Hong Kong étaient monnaie courante parmi eux. A-t-on besoin de ça ?
  3. Les trottinettes ne sont pas des engins de mobilité active ! Voir cet article de octobre 2018 : Faut-il autoriser trottinettes et autres objets roulants dans les pistes cyclables et sur les trottoirs ? Veut-on en finir avec la mobilité active ?
  4. Sur la réglementation voir encore Le décret Trottinettes vient de paraître.
  5. Outre Cosmo, les deux autres lauréats de cette année du programme EMA sont Nielsen concept (abris à vélo avec services, construits par récupération de containers maritimes) et Zoov, ces nouveaux vélos partagés au rangement très compacts dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois.
  6. Le résultat de l’appel d’offres de la Ville de Paris sera donné après l’élection de la maire de Paris, fin mars, après les élections municipales, lesquelles ont lieu par arrondissement. Rien ne se passera donc avant avril ou mai, s’il se passe quelque chose.
  7. Pony proposera prochainement, en plus de son vélo classique, un « doublepony » électrique permettant de transporter un enfant à l’arrière.
  8. Les exigences exprimées par la Ville de Paris dans son futur contrat avec 3 sociétés de trottinettes en libre-service sont précisées par le Journal Le Parisien du 19 décembre 2019 : « La « responsabilité environnementale » (40% de la note), la sécurité des usagers (30%) et la « gestion, maintenance et recharge » du parc de trottinettes (30%). Les candidats sont encouragés à présenter un système logistique fonctionnant avec des véhicules propres, alimenté par de l’énergie renouvelable, et à proposer des trottinettes durables et facilement recyclables. » Les entreprises devront souscrire une assurance protégeant les utilisateurs en cas d’accident et les alarmes sonores devront être désactivées de 22 h à 7 h. Il n’a pas été possible d’imposer des critères contre le travail précaire, contrairement au souhait de la maire.
  9. L’enquête a été réalisée par YouGov, une société internationale réputée fiable, qui pratique les sondages sur un panel de personnes rémunérées.
  10. Les voitures de Uber n’ont qu’à passer à l’électrique, comme ils vont le faire à Londres (d’ici 2025), selon l’association Respire. Yoann Le Petit, chargé de nouvelles mobilités pour Transport & Environment, souligne que “L’impact des plateformes de VTC sur la pollution est largement documenté, et il est aujourd’hui clairement négatif. » La campagne internationale #TrueCostOfUber demande à Uber de n’utiliser dès 2025 que des véhicules zéro-émission dans les grande villes européennes.
Print Friendly, PDF & Email

3 réflexions au sujet de “Les EDP tissent une toile serrée dans les rues de Paris”

  1. Comme nous venons d’apprendre que le deuxième tour des élections municipales aurait lieu en juin, nous pouvons supposer que les dates de résultats de l’appel d’offre ne seront pas modifiées. Ce sera avant la fin d’un mandat artificiellement prolongé, et sans conseil d’arrondissement ni de Paris, puisque nous serons dans un « entre-deux tours » qui durera non plus quelques jours mais plus de deux mois. Si tout va bien…

    Répondre
  2. La suite ne s’est pas fait attendre, comme le raconte le journal Le Parisien de demain 19 mars. Coronavirus : trottinettes et vélos en libre service désertent Paris Bon nombre d’opérateurs privés ont pris la décision de suspendre leur offre pour limiter la propagation du virus Covid-19.

    Répondre

Laisser un commentaire