Vélo&territoires rend public le nouveau schéma national des véloroutes

Ce nouveau schéma programmatique et de bilan met à jour celui de 2010. 10 nouveautés montrent que les pouvoirs publics sont réellement engagés pour le développement des véloroutes. Et puisque les véloroutes européennes sont quasiment terminées dans leur partie française, à nous les grands voyages !  (MàJ 10-04)

Vélo&territoires est l’ancienne ADC, association des départements cyclables. Elle regroupe départements et régions autour du thème du vélo en interurbain, et plus précisément sous l’angle des infrastructures. C’est lui qui est chargé, sous forme de lettre de mission des ministres de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, de coordonner les engagements et de collationner les résultats, ainsi que de les faire connaître. En cela elle occupe la place de l’ancienne mission nationale des véloroutes et voies vertes, annulée en 2014.
Parallèlement l’association représente ses adhérents auprès des pouvoirs publics. 

Un nouveau programme

Ce nouveau schéma succède à celui de 2010. 8 itinéraires ont été ajoutés, au titre des projets, ce qui porte à 58 les nombre d’itinéraires qui seront réalisés en France, dont 10 eurovéloroutes. C’est au total pour notre pays 2000 km de plus qu’en 2019, ce qui montre l’intérêt qui leur est porté.

Les nouveautés

  • 2 itinéraires nationaux sont ajoutés, l’Indre (V49) et la Maurienne (V67). 
  • 2 nouveaux itinéraires européens passeront désormais en France : la Meuse (EV19), presque entièrement réalisée et magnifique, et le nord, de Bray-Dunes à Calais (EV12), dont la moitié est déjà disponible.

Il y a aussi des modifications de tracés :

  • Sur Dieppe – Strasbourg;
  • Sur une liaison entre le département de l’Eure (à Léry) et Mont-de-Marsan (V41) qui permettra de rejoindre la véloroute de Saint-Jacques (EV3). Cet itinéraire s’arrêtait à Tours dans l’ancien schéma;
  • De la région de Chartres à Angers (V47) qui fera liaison avec la Loire (EV6);
  • De Metz aux Pyrénées à proximité de Roncevaux (V56, nouveau chemin de Saint-Jacques?);
  • Sur les petits itinéraires de Parthenay à la Vayssière (V93), et d’Argenton-sur-Creuse à Echiré, au nord de Niort (V94) qui reliera donc la Vélofrancette. 

Puissent-ils tous être dotés de noms évocateurs ??? S’ils s’appellent la coulée-bleue ou la voie-bistre, la vélo-en-gloire ou la route-du-bonheur, ce ne sera pas très parlant ! Je propose plutôt de Pont-de-l’Arche à Mont-de-Marsan ou de la Seine à Notre-Dame des Cyclistes (V41), Chartres-Angers ou V47 tout simplement, route de Metz pour la V56 … Les noms comme « La Meuse », « La Seine » ou « La Loire » ou « Paris-Londres » ne vous conviennent-ils pas mieux que vélo-stratégie ou vélo-quelle-odyssée ? 

Ce schéma est réalisé à presque 70%, dont 46% en site propre. Les eurovéloroutes sont réalisées en France à 92%, représentant 8200 km environ. Cela ne veut pas dire que tout est de qualité. La carte figurant sur le site de Vélo&territoire (et reproduite ci-dessus) montre pas mal de trous, mais il y a aussi les cas où l’itinéraire passe sur une route 6 fois plus fréquentée que ce qu’indique le cahier des charges national, dans l’Oise par exemple. Il y a aussi des choix discutables, par exemple de faire passer la véloroute des Pélerins par le canal de la Garonne, créant un zig-zag injustifié. Mais, encore une fois, Vélo&territoires ne prend pas parti. Ailleurs des décisions sont mieux accueillies, ou même applaudies, comme le fait que la même passe par Fourmies, au nord, et que Bordeaux soit maintenu sans devenir obligatoire, grâce à un raccourci par Fontet.  

Autour de Bordeaux

Un fonctionnement partenarial

Ont participé aux 4 réunions du comité de pilotage le Cerema, VNF, l’AF3V, la coordination interministérielle pour le vélo et l’Ademe. Le schéma est un travail factuel, d’enregistrement. C’est pourquoi les itinéraires qui n’avaient pas reçu le moindre début de réalisation risquaient d’en être effacés. L’AF3V, ou ses délégations locales, est alors allée rencontrer les responsables locaux pour les alerter, ce qui a eu pour effet le maintien (jusqu’à la prochaine fois?) ou l’ajout de certains tronçons. 

Un problème complémentaire est apparu avec la fusion de certaines régions, qui impliquait un recollement de leurs schémas. La Nouvelle Aquitaine n’a pas encore achevé de caler les désirs de la Charente, du Limousin de l’Aquitaine, c’est d’ailleurs pourquoi, de guerre lasse, cette zone est en gris sur la carte du communiqué de presse. Mais ni le Grand-Est ni les Hauts-de-France n’ont, semble-t-il, non plus achevé de mettre leur schéma en ordre. Par ailleurs certains comités d’itinéraire ne fonctionnent pas, ou mal. Il se dit que c’est le cas de la Scandibérique (véloroute des pélerins), dont le pilotage a été abandonné par la région d’Île de France pour le confier à son comité régional du tourisme. 

Carte du communiqué de presse En rouge : réalisé en 2019 En bleu : réalisé avant 2019 En vert : Pas encore fait

L’actualisation sera plus fréquente

Le schéma national des véloroutes sera dorénavant actualisé tous les 3 ans, et son comité de pilotage devrait s’élargir à SNCF-réseau (qui possède les voies ferrées même non-utilisées), aux ADCF (les intercommunalités, car c’est à ce niveau que se réalisent études et travaux), l’ARF (régions de France) et l’ADF (départements). 

L’AF3V, qui revient d’une période difficile, se dit très satisfaite du climat de partenariat qui s’est instauré. Elle souligne que celui-ci est juste. Il y a l’information de type institutionnel, et celle qu’elle produit, une information par et pour les cyclistes, réalisée sur le terrain, avec des choix et des jugements, mais mettant en valeur non les projets mais ce qui est réalisé. Cela s’appelle la complémentarité.

Print Friendly, PDF & Email

2 réflexions au sujet de “Vélo&territoires rend public le nouveau schéma national des véloroutes”

  1. La V56 s’est réveillée par des échanges entre collectivités tout au long de son nouveau parcours.
    Elle était déjà nommée « St Jacques à vélo via Vézelay » dans le schéma régional Centre. Cette appellation devrait s’étendre au niveau national, son tracé étant proche de son équivalent pédestre et s’inspire de l’itinéraire du guide Néerlandais Pirola
    « langs oude wegen ».

    Répondre
    • Le guide de Clemens Swweerman ? C’est le premier guide que j’ai utilisé, édition 1994 (encore en noir et blanc), St.Jacobs fietsroute langs pelgrimswegen naar Santiago de Compostela, puis quelques suivantes. Ce sont des guides tellement bien faits qu’on peut les utiliser en sens inverse de l’itinéraire et sans lire la langue ! Je n’ai jamais trouvé d’aussi bons guides, même si les actuels ont bien progressé.

      Répondre

Laisser un commentaire