20 millions d’euros ajoutés pour le vélo

Le ministère de l’écologie annonce ce matin un plan à 20 millions d’euros pour le vélo « dans le cadre du déconfinement ». Il s’ajoute aux 50 millions par an du fond national pour les mobilités actives. Cela intéressera surtout les  bécaniciens et leurs clients.

Pour quoi ce matin et pas hier ou demain ? Parce que le gouvernement répondrait préventivement au jugement du Conseil d’Etat en réponse à la requête de la Fub ? Non, m’affirme-t-on, ce programme a été préparé avant que cette requête ne soit connue, et vise plutôt à redonner du positif dans le discours sur le vélo, après les cafouillages sur la réglementation de cette période. Si le secrétaire d’Etat aux transports précise « J’encourage fortement les Français à l’utilisation des mobilités douces (sic) dans le cadre du déconfinement. » ce n’est donc pas pour répondre au reproche d’avoir laissé dire qu’il était interdit d’aller à vélo.

C’est un groupe de travail animé par Thierry Du Crest, coordonnateur interministériel pour la politique du vélo, qui a réfléchi aux moyens à adopter pour que le vélo sorte gagnant du confinement, et se refasse une santé médiatique après la crise de communication de ce début de printemps. Pour gérer cette manne, ils n’ont trouvé qu’une solution, la faire gérer par la Fub, Fédération des associations de cyclistes urbains, dont le programme Alvéole va être adapté.

Concrètement cet argent pourra être utilisé pour :

  • Financer une partie des réparations de vélos. La somme sera versée directement au bécanicien et sera plafonnée à 50 €HT par réparation. Les adhésions aux ateliers de vélo pourront aussi être aidées par ce biais.  
  • Financer des cours de vélo, plafonnés à 2 heures.
  • Financer davantage l’installation de places de stationnement temporaire pour vélo, aide plafonnée à 60 % du coût. Mais cette partie ne concerne que les publics visés par le programme Alvéole actuel, à savoir bailleurs sociaux, gares et édifices publics. 

Comment ça s’organise

  • Bécaniciens participants et moniteurs agréés seront « bientôt » sur une plateforme que la Fub est en train de créer en urgence pour cela. Elle devrait être prête en milieu de semaine prochaine.
  • Les entreprises de parkings commencent déjà à enrichir leur offre et à communiquer dessus.
  • La Fub a une dizaine de jours pour mettre au point sa plateforme spécialisée (ou adapter l’actuelle), bonne chance à elle !
  • A ce jour on ne sait pas comment seront choisis les professionnels, par qui seront traités les remboursements, ni quelle sera l’aide financière que l’Etat apportera à la Fub pour cette action. On ne connaît pas non plus la durée de ce programme, on sait juste qu’il est lié à la période du déconfinement.

D’autres annonces encore, ou plutôt rappels

Par ailleurs urgence toute encore, le décret d’application pour le forfait mobilités durables … pour le secteur privé, est promis pour « les prochains jours ». Pour rappel il est facultatif et plafonné à 400 euros par année pour rembourser des frais de covoiturage, de trottinettes ou de vélo. Pour le secteur public il faudra attendre…

Le Gouvernement réaffirme ensuite qu’il soutient à fond les pistes cyclables temporaires, et pas seulement en demandant au Club des villes cyclables de coordonner les actions. Il re-promet en particulier que ces pistes et axes provisoires pour piétons et cyclistes seront dispensés des autorisations préalables habituelles, notamment des Architectes des Bâtiments de France.

Enfin le Gouvernement « invite » les collectivités territoriales à maintenir ouvertes les voies vertes lorsque cela est possible, et sans qu’il faille y voir la crainte d’un jugement.

En un mot comme en cent, ce matin on a appris qu’il y aurait une aide provisoire pour payer les mécanos.

Tout cela ressemble à de la précipitation, mais devrait porter quand même des fruits. Décidément cette épidémie … aura sauvé des vies par la baisse de la pollution due à la disparition du trafic automobile, et aura débloqué et même précipité les politiques en faveur du vélo… A tout malheur quelque chose est bon, dit-on. 

Print Friendly, PDF & Email

2 réflexions au sujet de “20 millions d’euros ajoutés pour le vélo”

  1. Je suis très heureuse de cette nouvelle, pourtant un bémol pour la ville de Montélimar. Le maire encore en poste n’a jamais répondu favorablement aux propositions de l’association Montelovelo. Serait-il obligé d’organiser des pistes provisoires et quand ??

    Répondre
    • Non, il n’y a pas d’obligation de faire des pistes provisoires expérimentales. La ministre a juste dit que ses services aideraient en assouplissant la réglementation pour les maires qui en feraient la demande.

      Répondre

Laisser un commentaire