Création d’un observatoire des accidents de vélo

Le magazine en ligne Velook (chercher un vélo), spécialiste du vélo d’occasion, n’est jamais à court d’idées pour rendre service là où les besoins se font sentir. Il vient de créer l’observatoire des cyclistes accidentés de la route avec l’aide de quelques bons camarades comme @Soupe aux orties, @Tyran jovial ou @Isaduvelo. 

L’objectif est de réunir les données disponibles et de les rendre visibles pour tout le monde, élus et techniciens comme citoyens et journalistes. La base de données sera remplie de façon libre, avec des critères fixes ainsi que la ou les sources (article de journal, rapport de police, info sur les réseaux sociaux etc.). Dès la première page apparaissent le département, la date, le type de véhicule responsable et le sexe du cycliste.

Cet observatoire est entièrement participatif. Chacun est invité lorsqu’il découvre un article de presse ou un post sur les réseaux sociaux concernant l’accident d’un cycliste à l’inventorier dans cet observatoire numérique. Il suffit de renseigner14 champs. C’est simple et rapide.

Les recherches seront elles aussi faciles à faire, en allant sur la vue optimisée (page dédiée), puis en haut à gauche sur Filtrer / add filter / titre / 

Par exemple pour le département 33 il y a déjà 11 accidents référencés

Observatoire des accidents de vélo

Print Friendly, PDF & Email

6 réflexions au sujet de “Création d’un observatoire des accidents de vélo”

  1. « Type de véhicule responsable » me gêne. On devrait dire véhicule en cause. On ne peut a priori déterminer une responsabilité ni l’affecter à un véhicule mais plutôt à son conducteur. Méfiance car impliquer publiquement un tiers avant une décision judiciaire peut s’avérer condamnable.

    Répondre
    • Merci pour vos observations. On retient votre proposition de reformulation »type de véhicule en cause ». C’est bien plus juste.
      Concernant votre avertissement sur la mise en cause d’un tiers avant une décision judiciaire, nous sommes bien d’accord avec vous. C’est pourquoi toute contribution dans cet observatoire doit :
      – 1. être sourcée, par un article de presse ou un post sur les réseaux sociaux
      – 2. pouvoir subir un contrôle à posteriori, que nous réalisons, afin qu’aucune information personnelle ne soit indiquée dans cet observatoire.

      Répondre
    • La base open data BAAC est très utile si :
      – vous disposez des compétences numériques pour traiter ces données;
      – vous acceptez de ne travailler que sur des données ayant plus d’un an.
      Notre observatoire n’a pas la même ambition et reste donc bien plus modeste. Nous souhaitons sensibiliser sur la réalité actuelle en mettant à disposition un outil utile et utilisable pour tous, tout de suite et sans discrimination de compétence.
      Notre ambition n’est pas de disposer de la base d’information la plus exhaustive sur les accidents de vélo mais déjà de référence sur les articles de presse sur ce sujet.

      Répondre
  2. Je ne connais pas encore la base BAAC évoquée par Eric C. mais je partage volontiers la remarque prudentielle de Tissot ; pour ce qui me concerne, j’emploierai plutôt « Tiers concerné », car (on le voit sur une fiche) il peut s’agir d’un animal (qui traverse ou se jette sur le cycliste comme assez souvent…) et il arrive aussi (d’une manière très minoritaire certes) que l’accident du cycliste soit de son fait propre… Globalement, j’apprécie l’initiative de Velook.

    Répondre

Répondre à Robert, Michel Annuler la réponse