JP Charbonneau voudrait croire à l’alignement des planètes

Cet opuscule de l’urbaniste Jean-Pierre Charbonneau a été écrit pendant le confinement. L’auteur suggère que cette période serve à quelque chose : ne pas recommencer comme avant. Ne pas « redémarrer » comme si rien ne s’était passé et comme si nous n’avions rien appris. Il propose de faire un bras d’honneur au virus en appliquant ce qu’il nous a appris. Mais l’avons-nous vraiment appris ? 

L’alignement des planètes dont il fait son titre a-t-il vraiment eu lieu ? Un petit livre pour enfoncer le clou, qui s’adresse d’abord à ses clients, les collectivités territoriales. L’urbaniste Jean-Pierre Charbonneau les exhorte à ne plus penser luxe, perfection et projets à 10 ans, mais rapidité, en tenant compte du contexte, comme toujours chez lui. Il nous invite à avoir en ligne de mire la ville désirée et les arbitrages budgétaires à faire. « On parlait voyages, hubs, vitesse (…), on finançait des infrastructures routières, des contournements, des rondpoints » (p. 21). On se gargarisait de « coeur de l’Europe » et de « bâtiment d’exception », et pire encore, de « smart cities ». Aujourd’hui il faut trouver des masques et s’assurer de la santé de chacun. « On parlait rentabilité (…), on parle de solidarité, de survie » (p. 23), de simplicité et d’économie de moyens. Le monde à venir ne sera pas celui d’hier, à nous de le voir.

L’auteur nous invite à vraiment poser les sujets: numérique, compression des coûts, Philarmonie et autres gouffres financiers séducteurs … (p. 24) . Méfions-nous des « plans de relance » et n’oublions pas ce que nous avons vu en matière d’espaces publics pendant le confinement.
Il y a beaucoup de bonnes recommandations dans ce petit livre de 70 pages à lire sous canicule … recommandations qui sont en phase avec l’époque. Par exemple, le palmarès des jeunes urbanistes du Moniteur vient de récompenser 6 jeunes professionnels qui « confirment que les approches paysagères, écologiques, culturelles et sociales sont aujourd’hui au cœur de leur pratique et qu’elles constituent le champ large de l’urbanisme». De même dans Le Monde du 8 août 2020 cette remarque de l’anthropologue Fr. Keck : « (Les élections municipales) ont fait percevoir un besoin de relocalisation de la politique et de l’économie ». Peut-être allons-nous changer d’une façon inattendue ? Peut-être allons-nous être enfin modestes et concrets ? 

Jean-Pierre Charbonneau
L’alignement des planètes
.
70 pages, juin 2020, 8 €.
Pour se le procurer c’est par ici.

Choix d’autres livres traitant d’urbanisme présentés sur ce blog :

Michel Duchène, La grande métamorphose de Bordeaux. (note publiée en décembre 2018 et complétée en août 2020)
Voyage à Charleroi, la révélation d’une ville mai 2018. Le maire visite sa ville sur son vélo
Où étaient les racines de leur colère ??? mars 2020. Une bande dessinée qui nous fait vivre de l’intérieur les galères des habitants paumés.
Mobilités partagées : Comment le capitalisme transforme villes et écologie Maxime Huré, décembre 2019. Comment les Villes se sont volontairement dépossédées d’elle-mêmes.
Paris, une ville piégée par ses illusions technicistes (Julien Demade), 2015. C’était sûr que le vélo allait l’emporter, c’était inévitable; même sans grève et sans virus.
Razemon se résume : les plus gênants ne sont pas ceux qu’on croit. février 2019
On a tué nos villes (O. Razemon) octobre 2016

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire