Une parka qui vous rendra visible, et remarquable

Pour que j’accepte de tester un vêtement pour cycliste, il faut vraiment qu’il soit féminin, au sens d’urbain, car en ville on ne s’habille pas avec un sac. Il doit donc être plaisant d’aspect, pratique, et, bien sûr, imperméable et chaud…

A cela s’ajoute que le vêtement « mixte » a peu de chances de ne pas être surtout « pour homme », et que la protection contre la pluie s’entend « au moins jusqu’aux genoux ». 

La veste de la marque Urban Circus que j’ai essayée répond à peu près à tout. Elle est réellement imperméable et jusqu’aux genoux. Elle est chaude, et pas trop pour aller à vélo, car on se réchauffe. Les jours de vrai froid vous lui adjoindrez une sous-veste légère en synthétique comme on en trouve aujourd’hui, et cela suffira.  Je vous dis tout ça parce que je l’ai réellement vérifié, et même sous une pluie battante pendant plus d’une heure, avec pluie moyenne à fine avant et après. Au retour mes vêtements étaient parfaitement secs, et mon porte-monnaie dans une poche extérieure à peine à peine humide.

Dire qu’elle est élégante… là ça dépend ce qu’on entend par là. Ce n’est évidemment pas l’élégance loden-ma-chère, mais dans la rue on m’a beaucoup félicitée. Devant mon insistance cela devenait : c’est coloré et on vous voit ! En effet elle a plutôt l’élégance (si on peut dire) de la femme de chantier, mais je crois bien qu’elle ne va pas s’en tenir là.

Mais d’abord ce n’est pas un modèle pour femme. Elle est mixte, et donc, contrairement à ce que laissent croire certaines photos (voir celle de l’étiquette, plus bas), pas cintrée. Limite sac ? quand même pas. Je cherche les défauts, c’est ma crédibilité. Disons qu’elle taille large, pour une femme, ce qui permet d’empiler les pulls et d’être toujours à l’aise, et bien longue : je mesure 1,73 m et en jupe comme en pantalon la longueur était parfaite. La grande fermeture éclair s’ouvre par en bas comme par en haut, il y en a même sous les bras pour l’aération et sur les côtés jusqu’à la moitié ! … Tout cela peut être fort commode dans certaines circonstances, comme de chercher ses clés dans la poche du pantalon, disons. Les poches sont grandes et nombreuses, dedans, dehors, au niveau de la poitrine, puis des hanches, bien coupées, sûres, avec des rabats qui se plaquent grâce à des aimants. Il y a même une poche transparente et tactile sur la manche, fermée par fermeture éclair et rabat scratché, pour le téléphone, et une poche de devant pour les lunettes ou le petit appareil-photo ! Mitaines, réglages de la capuche, tout y est.

Cela rend la parka très commode dans un usage professionnel. Architecte, chèfe de chantier, agente recenseur ou factrice, enquêtrice ou inspectrice… vous serez à votre affaire. 

Et même pour un rendez-vous au ministère ou à l’hôtel de ville, je n’hésiterai pas longtemps. Car elle a du chien, et tout dépend du reste de la tenue. Pensez aussi qu’elle est réversible et unie, et qu’alors on y perd très peu côté poches. Il suffit qu’elle soit sèche, évidemment … Mon seul regret, finalement, c’est qu’elle soit mixte. Un léger pincement aurait été sans doute plus féminin bien que je n’en sois même pas sûre. Sa forme va bien avec ses couleurs. Par contre … les manches sont un poil trop longues, ce qui ne m’était encore jamais arrivé. Je pense que la mixité à quelques inconvénients, 7 cm de trop aux manches c’est plus qu’un poil, vous en conviendrez. Ce sera le prix à payer, par les dames, « pour le respect de la mixité ». 

Fabriquée en Chine, réalisée en tissus synthétique déperlant (100% polyester), son nettoyage ne semble possible qu’à la main1. Au choix vert foncé (plus foncé que sur l’image, ce qui me plaît encore plus) ou noir, en plus de l’orange, elle est dotée de nombreuses bandes réfléchissantes. Son prix public est de 250 € (moins pendant les soldes), elle est en vente presque uniquement par correspondance. Une quarantaine d’adresses sont cependant proposées, dont 2 à Brest, 4 à Nantes et 1 à Nancy. Rien à Lyon, désolée. Je crois de toutes façons que c’est un très bon achat, malgré les centimètres de trop aux manches2.  Je ne vois même aucun risque, et beaucoup d’avantages. Pourtant j’ai cherché! 

Urban-circus

On peut voir aussi, toujours dans une optique citadine :

Et vous voudriez que je vous parle de casque ? D’accord, c’est dans Enlarge your Paris.

Notes – – – – –

  1. On me signale que j’ai mal transcrit l’étiquette de l’Urban-circus : « On peut la laver en machine et elle doit être lavée car la pollution est très salissante et cela pourrait atténuer le réfléchissant. » Par contre l’étiquette précise à 30° maximum, pas d’essorage ni produits chimiques ni repassage. On s’en doutait un peu.
  2. Retourner le bas des manches vers l’extérieur les raccourcit un peu, et les fait plus facilement tenir au niveau du poignet. C’est donc une solution à tester, qui aura l’avantage de garder les mitaines disponibles tout en acceptant … la mixité!
Print Friendly, PDF & Email

7 réflexions au sujet de “Une parka qui vous rendra visible, et remarquable”

  1. Il est interdit aux automobilistes de foncer dans un piéton ou un cycliste, que celui-ci porte une telle veste ou un vêtement noir. « Je ne l’ai pas vu » n’est jamais une excuse.

    Répondre
      • Deux phrases à comparer :
        1) Si elle avait porté une veste haute-visibilité, l’automobiliste ne lui aurait pas foncé dessus.
        2) Si elle n’avait pas porté de mini-jupe, l’homme ne l’aurait pas violée.

        Répondre
        • Etes-vous une femme ? Si oui vous savez que vous ne voulez pas plus être violée qu’accidentée, sauf si vous êtes inconsciente des risques. Vous savez alors aussi que vous prendrez des mesures préventives, à votre niveau.
          Etes-vous un homme ? Si oui sachez que cet article parle d’un vêtement pour les femmes. Je ne présente jamais de vêtements masculins car je ne peux pas les tester, par définition, et comme il y a beaucoup de blogueurs capables de le faire cela ne vaut pas la peine que je cherche un cobbaye.

          Répondre
        • J’avoue que je ne sais pas bien comment qualifier cette comparaison accident / viol. Sinon, que dans le premier cas, on peut quand-même, la plupart du temps, accorder à l’automobiliste l’absence de volonté de nuire. Ce n’est pas le cas pour le violeur.
          Pour ma part, puisqu’on pédale tous dans des milieux dangereux, et qu’on le sait, je préfère laisser une priorité que pourtant le code m’accorde plutôt que de mourir dans mes droits. Et je préfère faire l’effort d’être visible plutôt que de m’habiller en noir.
          Par contre, je refuse de me déguiser en sapin de Noël qui clignote de partout et, surtout, je refuse qu’on essaie de me l’imposer.
          Rappeler aux conducteurs d’automobile que la règle numéro 1 est qu’il doit être maître de son véhicule ne m’empêche pas d’essayer de rentrer entier à la maison. Et je préfère discuter avec quelqu’un que j’ai laissé me griller la priorité plutôt que d’avoir l’hypothétique joie depuis le paradis de le voir condamné.
          Après, si en plus la veste apporte un bon compromis confort – visibilité – sécurité – élégance, c’est à chacun·e de juger. Et c’est le boulot d’Isabelle de nous donner son avis… éclairé.

          Répondre

Répondre à Sandrine Kocki Annuler la réponse