ADMA : voici les 7 premiers experts de la Fub

La France est-elle nulle en aménagement cyclable ? C’est un peu ce que semble penser la Fub, qui a lancé son académie des mobilités actives. Elle veut agir dans la formation et la documentation sur ces sujets. 7 de ses 12 experts sont déjà au travail.

La Fub a recruté 12 personnes (qualifiées d’experts), 6 hommes et 6 femmes, du jeune au senior, parmi 174 candidats. Après un peu de retard, comme pour tout le monde (voir 12 experts de la Fub pour remonter le niveau), l’ADMA a officiellement démarré lundi 1er février avec l’arrivée des sept premiers de ces experts et expertes. Ils seront localisés soit à Paris, soit à Lyon.

A Paris, à côté des nouveaux locaux de la Fub

Fannie Belanger-Lemay, chercheure et communicatrice en éthique des transports urbains et en mobilité active, formée au Québec et en France. Elle a travaillé pour la communication d’un vendeur d’accessoires cyclistes en ligne, a étudié la philosophie … et a une longue expérience en formation à distance.

Clara Vadillo-Quesada, une ancienne de l’ambassade de France à Mexico où elle a travaillé sur les coopérations dans les domaines des politiques publiques, de la gouvernance des villes et des mobilités soutenables. Elle a aussi travaillé à la Ville de Mexico, à l’institut des transports de Mexico, a été chercheuse à Sciences-Po Paris …

Sébastien Torro-Tokodi, une figure de la Fub. Il a travaillé plus de dix ans à l’ADAV (Lille) comme coordonateur du centre de ressource régional en écomobilité, animé par l’association Droit au vélo, et a également été chargé de la concertation sur les politiques cyclables des collectivités partenaires. Ce littéraire a fait ses études (lettres, linguistique…) à Utrecht, Lille et Paris. Il parle 5 langues, l’allemand, l’anglais, le français, le hongrois et le néerlandais.

A Lyon, dans les locaux de Fuzo (créé par Fub + Rozo) 

Léa Devun, diplômée de l’École urbaine de Sciences Po Paris, a travaillé à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques, particulièrement en matière de transports et mobilités. Elle est riche d’une formation pluridisciplinaire en sciences sociales et de son expérience dans le conseil. 

Nicolas Notin, diplômé de Sciences Po Aix et de l’École d’Urbanisme de Paris. Il a travaillé sur les liens entre santé et urbanisme à l’agence régionale de santé d’Ile-de-France et sur le développement durable pour le port Le Havre-Paris.

Katia Sigg, urbaniste-paysagiste à son compte (à Avignon), elle a travaillé pour des collectivités territoriales sur leurs plans du paysage, ainsi que sur des études d’impact de projets d’énergie renouvelable, sur les volets paysagers et environnementaux des documents d’urbanisme, sur des Agendas 21… Elle a animé de nombreuses concertations publiques et croit à l’intelligence collective.

Jean-Baptiste Gernet, bien connu au club des villes cyclables dont il a été vice-président, diplômé de l’Institut d’études politiques de Strasbourg, conseiller municipal de Strasbourg et conseiller communautaire délégué aux mobilités actives et innovantes. Il enseignait ponctuellement en mobilités actives.

Ces 7 premiers seront rejoints par cinq autres personnes au mois d’avril 2021. Le jury a souhaité recruter des personnes capables de remettre en cause leurs certitudes et aptes à la pédagogie. On sait également que certains grands experts français auraient bien voulu faire profiter de leur expérience, mais à temps partiel, pas en abandonnant leur clientèle. 

Il y a deux chèfes de projet, Carolina Martinez, de la Fub, à Paris pour les contenus et Diane Guilbot, une ancienne du club des villes cyclables, chez Rozo à Lyon pour les questions administratives. 8 millions d’euros ont été dégagés pour deux ans par le ministère pour ce programme, dans le cadre de la 4ème période des certificats d’économie d’énergie, s’achevant en fin d’année (la 5ème est en cours de consultation).

Pour rappel les missions principales de l’équipe seront : 

  • La conception des contenus pédagogiques de la plateforme ADMA, à partir de documentations nationales et internationales, de voyages d’étude en France et en Europe, de rencontres et de formations. 
  • La formation de futurs formateurs, collectivités, direction des ressources humaines, syndics de copropriétés, bureaux d’études, universitaires, architectes, urbanistes, paysagistes, chercheurs, associations d’usagers… 

La partie la plus visible du programme consiste en la création d’un portail web de connaissances autour de l’expertise du cycliste et du piéton, permettant la diffusion d’informations à l’ensemble des parties prenantes (allant de la vulgarisation grand public à des points de détails techniques), ainsi que de la formation en ligne avec auto-évaluation.

L’autre pan consiste à former des experts avec une double compétence didactique et modes actifs, en capacité de former à leur tour les formateurs de formateurs.

Mais pour l’heure une de leurs premières actions va être de se former en … art de la pédagogie et gestion des conflits. Et c’est Camille Pechoux, de Lyon (voir le pôle MAD), qui interviendra, avec d’autres. Voilà aussi comment les talents des non-candidats pourront être utilisés. 

Pour avoir plus d’informations sur cette équipe, rendez-vous sur le site de l’ ADMA : ADMA – Académie des Mobilités Actives (mobilites-actives.fr) où seront progressivement publiés les portraits  des heureuses recrues. 

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « ADMA : voici les 7 premiers experts de la Fub »

  1. L’équipe est maintenant au complet, et a même déjà connu un départ, pour cause de déménagement, celui de Sébastien Torro-Tokodi, et son remplacement par Clément Dusong. Informations derrière le lien donné dans l’article 👇🏿 .

    Répondre

Laisser un commentaire