Qui nous délivrera du périphérique, la nature ou des modifications à la marge ?

Une balade outre-périph révèle le pire, et le meilleur, de la vie et de la violence autour de l’axe parisien.. Elle se solde par une réflexion sur le rôle de la nature dans la transformation de ce mur… qui pourrait être en concurrence avec les voies partagées de co-voiturage proposées par la Ville de Paris. … La Région demande votre avis sur cette idée (25 nov).

 

Ce « tour à vélo » de Urbex a eu lieu le samedi 6 novembre, à partir de la friche du Sample, nouveau nom du lieu jusqu’alors siège et ateliers de la société Publison, de renommée internationale. (Voir l’article de Enlarge your Paris : La friche du Sample peaufine son mix à Bagnolet). Les musiciens du monde entier y ont défilé… pour enregistrer comme pour se procurer du matériel.

Les lieux se trouvent à deux pas du périphérique, sur la commune de Bagnolet. Ils doivent être transformés en lieux de la nouvelle économie et du nouveau monde (logement) par un investisseur qui, en attendant que se libère le terrain d’à côté, le laisse devenir un tiers-lieu. Ateliers et hébergements pour des professionnels de la musique, restaurant en insertion tenu par des chefs à tour de rôle et à petits prix. Vous dire que c’était bon serait faible, c’était inventif et délicieux. 

J’y suis arrivée par un chemin plus long qu’il n’eut fallu, qui me fit mesurer combien le Nord-est de Paris échappe à toute règle, autour des Puces par exemple, ce que les gens du sud-ouest devraient bien mesurer. Le couloir de bus à contre-sens servait de voie dans le même sens, si vous voyez … A vélo ce ne fut pas facile, mais au point où on en est nul n’a été gêné de me voir rouler sur le trottoir.

Alors ce périphérique? Il existe, il ne sera sans doute pas détruit mais il supporte déjà de grandes ambitions. 

La visite, en deux groupes, a été précédée par une série de prises de paroles de personnalités de l’urbanisme parisien. Pour Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris, le périphérique sera un « démonstrateur du PLU bioclimatique » que la Ville de Paris prépare, en oubliant ses voisins. Au-delà mais déjà, E. Grégoire note que certaines couvertures sont toujours peu utilisées, pour cause d’absence d’équilibre économique des opérations. Il cite la couverture de la porte de Vanves, justement dans le sud-ouest, qui n’est toujours qu’une dalle barricadée. A Montreuil, que nous irons parcourir, ils ont démonté une bretelle (et dans le sud-ouest on a déjà fait savoir qu’on aimerait bien qu’on en ferme une). Tout cela ne fait pas encore couture, n’est-ce pas? Pas plus que la « voie réservée au covoiturage et autres modes vertueux » (cité par Batinfo, 18 nov.) que la Ville veut mettre en place après les Jeux Olympiques. 

Outre le premier adjoint étaient présents la directrice du pavillon de l’Arsenal, la directrice de l’APUR, le directeur du collectif Velo en Ile-de-France, et beaucoup d’autres.

. Le parcours qui a suivi a emmené mon groupe à Montreuil voir une rue grossièrement barrée et peinturée pour en faire une place, à la porte de Montreuil, mais aussi une rue le long du périphérique, bâtie de maisons et bordée d’un mur totalement anti-bruit…

. Nous avons également commenté de vastes carrefours ne ressemblant plus à rien, mais aussi la dalle de la Noue, à Bagnolet, un lieu de verdure vaste et encore caché, qui se fabrique pas à pas, presque de bric et de broc, sur une dalle au-dessus du périphérique. Il pourrait devenir une centralité très importante.
Nous sommes revenus par le parc des Guilands, à cheval sur Bagnolet et Montreuil, qui ferait une excellente liaison à vélo s’il n’y avait des marches et autres obstacles dont nul ne se soucie.

. . . La « nature » a eu une place importante dans nos rêves pour l’avenir du boulevard périphérique, faire dégringoler celle des talus, en couvrir les dalles ?

Pour Mickael Silly les enjeux centraux sont :

  • la santé de 550 000 habitants concernés par des émissions de pollution et des niveaux sonores au-dessus des normes,
  • le financement de la transformation de l’infrastructure (300 millions de la Ville de Paris pour la Porte de La Chapelle et 100 millions pour la Porte de Montreuil).

Paris répare mais pour l’instant avec un grand absent, l’Etat. Est-ce acceptable alors qu’il est celui qui a initié le périphérique ? se demande-t-il en conclusion…

Pourtant il nous montre aussi qu’il y a déjà des pistes cyclables, certes pas toujours très belles, le long de certains franchissements du périphérique. Par exemple dans le sud-ouest … entre la place de Catalogne et la coulée verte du TGV atlantique. Ou le long de la Seine, à l’Est comme à l’ouest.

Ces visites avec Urbex, organisées par Mickael Silly, font souvent découvrir des lieux qui souffrent et dans lesquels la volonté de faire de la place au vélo (pas seulement bien sûr) se heurte aux violences et addictions routières, aux crispations d’habitants vivant dans des lieux destructurés. La vie est dure aux portes de Paris … mais c’est de la vie.

Toutes les photos proviennent du site de l’organisateur.
Pour en voir d’autres aller sur le site d’Urbex-Ville hybride.

Une consultation est justement en cours :

CONSULTATION PÉRIPHÉRIQUE – Pour ou contre la suppression d’une voie de circulation pour tous ? – Ce questionnaire vient de la Région, dont la présidente est en compétition avec la maire de Paris sur de nombreux points, le plus actuel étant peut-être la présidence de la République.  Site qui vous permet de voter et donner votre avis : Consultation-périph.fr

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire