Revue de presse du vélo, novembre 2022

Les 100 ans du 8 novembre.
(1) Le système automobile : Peut-on s’en passer? Est-ce qu’on s’y prend bien pour s’en passer ? l’acculturation à l’auto se poursuit de plus belle; se passer de vélo est une folie; mieux penser les restrictions d’accès.
(2) Ceux qui ne se passeront plus du vélo
(3) Ceux qui font pression
(4) Comment tenir compte des cyclistes ? la qualité, le stationnement, les carrefours … et la permanence de l’action par delà les changements d’équipe.

(1) Système automobile

Le 8 novembre c’était l’anniversaire des 100 ans de l’éviction des piétons de nos routes

Voir It’s Been 100 Years Since Cars Drove Pedestrians Off The Roads, par Carlton Reid dans Forbes le 8 novembre 2022. On les a mis dans des rues parallèles et sinon dans des souterrains. En 1900 il n’y a pas de mode dominant. Ensuite on a cherché à rendre les routes plus sûres pour les véhicules les plus rapides!  

Peut-on se passer d’automobile ? 

  • Collectif : « Nous réclamons le droit de se déplacer sans voiture », à l’occasion du Salon de l’automobile. Forum Vies Mobiles, 24 octobre 2022Nous ne nous réjouissons pas de la promesse d’une arrivée massive de voitures “propres” sur le marché, car ce dont nous avons besoin, c’est de mettre fin à notre dépendance collective à la voiture. Ils demandent notamment l’interdiction de la publicité pour les automobiles individuelles.
  • Le premier corbillard à vélo déambule dans les rues de Paris. Paris secret, 31 octobre. La « Corbicylette » propose une alternative discrète et non polluante aux corbillards traditionnels. Le voici en vidéo du journal Le Parisien : la Corbicyclette, un vélo-corbillard pour des enterrements silencieux
  • Transportés par le vélo cargo, l’Équipe, 2 novembre. entre l’essor des pistes cyclables, de l’électrique et de la mobilité douce, le prix de l’essence au plus haut, le cargo a de quoi séduire, notamment en milieu urbain. En France, ils sont en plein essor.
  • Ils sont partis en Erasmus à vélo, en train, en bateau… Tout sauf en avion ! Le Parisien, 19 novembre. Il faut s’organiser, voilà tout.
  • Peut-être faites-vous partie des cyclistes malchanceux qui sont déjà restés à quai avec leur vélo, faute de place dans le train ? Une situation désagréable qui s’est produite à répétition l’été dernier. La Loire à vélo mais aussi l’usage quotidien du deux-roues font exploser le nombre de vélos dans les trains, près de +30 % en plus en seulement une année.  La Nouvelle République, 22 novembre 22. Il faudrait s’organiser, par exemple « l’ouverture d’une salle basse dédiée, au-delà de la période mi-juin – mi-septembre, notamment pour les week-ends de printemps. » 
  • Les camions Renault Trucks se mettent au vélo. Le Parisien, 14 novembre. L’entreprise basée à Vénissieux (Rhône) vient d’inaugurer sa première usine de vélos-cargos à assistance électrique, les Freegônes, en partenariat avec le constructeur lyonnais Kleuster. « Quand on m’a annoncé que Renault allait fabriquer des vélos-cargos, ma réaction n’a pas été la surprise, mais la logique, car la décarbonation est un virage fondamental dans notre industrie (…). »

Les voiturettes sans permis autorisées dès 16 ans comme acculturation à l’automobile 

  • Un Ami qui ne vous veut pas que du bien. Sébastien Marrec, Jeanne à vélo, 1er novembre 22. Un article long et décousu, renfermant de très intéressantes réflexions sur les voitures sans permis. L’Ami s’impose non pas à cause d’une attractivité magique, mais parce que le système automobile est dominant, établi et alimenté en permanence, bien plus que n’importe quel autre système modal.
  • Les sans P ou la vie débridée de la jeunesse dorée. France Culture, 2 novembre 22. Autrefois utilisées par les retraités, les voiturettes – souvent customisées – font désormais fureur chez les lycéens des quartiers aisés.

L’auto dès l’école primaire comme acculturation à l’automobile : les mauvaises idées qui font le malheur

Si on ne mise pas sur le vélo on est fichus

  • Transports en commun : Ile-de-France Mobilités s’inquiète pour la régularité du métro parisien. France-info, 2 novembreUne pénurie de conducteurs, d’abord « cantonnée » aux bus, « déborde » maintenant sur le métro, alerte l’autorité régionale des transports. Mais … Stress, anxiété, burn-out … comment les transports en commun ruinent notre santé. Le Figaro, 3 novembre (abonnés). 
  • Mine de lithium en France ? Un casse-tête environnemental. Reporterre, 2 novembre.

Proposition de rationnement des droits à émettre du carbone → droit pour tous d’utiliser une auto, sans conditions de ressources mais selon les vrais besoins

  • Les Zones à faible émission, une « bombe sociale » à retardement ? 20minutes, 18 novembre. Au 1er janvier 2025, 45 agglomérations de plus de 150.000 habitants devront avoir instauré une zone à faible émission, dans laquelle l’accès aux véhicules les plus polluants sera restreint. Impossible à faire accepter ? Ceci n’est pas un article anti-gouvernement ou pro-auto, il constate seulement qu’il n’y a pas d’accompagnement réaliste. L’article propose à la fin quelques solutions comme adapter les critères (sur le poids du véhicule par exemple), créer un « carnet d’usage » comme à Strasbourg, s’organiser pour que les véhicules électriques soient moins chers, etc.
  • ZFE et vignette Crit’air : interdire les véhicules polluants, pourquoi ça coince ? Enquête actu.fr, 26 octobre.
  • Le Forum Vies Mobiles explore l’idée d’un rationnement des émissions carbone comme alternative à la taxation. Forum Vies Mobiles, 30 septembre 22. Ce serait beaucoup plus équitable.
  • Lahti, en Finlande : La première expérimentation de rationnement du carbone appliqué aux déplacements locaux. Forum Vies Mobiles, 31 octobre 2022. 

(2) Ceux qui ne se passeront plus du vélo

  • À vélo pour vivre le Mondial. L’émotion est à la hauteur de l’exploit. Plus de 7 000 kilomètres parcourus depuis leur départ du Stade de France fin août. Les deux jeunes Français ont mérité leur comité d’accueil. « Nous, on s’est juste dit, on va aller au Qatar à vélo, mais on n’a jamais imaginé tout ça ». Reportage télé TF1.
  • COP27 : à 72 ans, Dorothée Hildegrandt relie Stockholm à Charm el-Cheikh à vélo pour prouver « qu’on peut changer nos modes de vie ». France-info, 3 minutes de radio.

(3) Lobbying à fond

  • Cleanrider : Pourquoi il ne faut pas interdire les trottinettes électriques en libre-service– 30 octobre 22. 
  • La filière vélo entre à Bercy. Club des Villes cyclables, 17 novembre. Un évènement à guichet fermé, dont je ne peux donc pas vous parler. Le compte-rendu du Club est très intéressant. Le vélo a gagné le cœur de Bercy mardi 15 novembre pour les premiers États généraux de la filière économique du vélo en France. Cette première devrait faire date1Le vélo a encore changé de statut. La tenue des premiers états généraux de la filière économique du vélo (et pas uniquement filière industrielle) à Bercy vient le confirmer.2

(4) Comment tenir compte des cyclistes ?

  • En ville ou à la campagne, rouler à vélo fait de plus en plus peur. La Presse de la Manche, 4 novembre. Les mauvais comportements sont bien partagés. C’était moins dangereux avant, dit un type de 60 ans. 
  • Rage au volant : quand la violence démarre au quart de tour. France-Inter, 27 novembre 2022. 47 minutes.

  • Pourquoi le déplacement vélo lycée et collège n’a pas la cote chez les ados ? Citycle, 18 novembre. La trouille des parents, l’absence de garages et de pistes … de nombreuses raisons parmi lesquelles le fait qu’on n’en parle jamais ! Un article simple mais avec sources.
  • Des experts reconnaissent les vélos comme l’avenir de la durabilité dans les villes. Ouest-France, 5 novembre. Ce n’est pas la voiture, même petite et électrique, qui est l’avenir. Les milliards dépensés pour la recherche et le développement de nouvelles options automobiles éclipsent les quelque deux milliards d’euros dépensés pour les initiatives cyclistes et piétonnes.
  • Comment réussir sa politique cyclable, et ne pas l’abandonner en chemin. Un dossier du Forum Vies mobiles, avec deux articles de Frédéric Héran (« système vélo » et Strasbourg) et les leçons à tirer de SévilleRicardo Marques En un seul grand chantier, entre 2006 et 2010, la ville s’est munie d’un réseau de pistes cyclables efficace, sûr et confortable, accompagné de mesures incitatives et de contraintes fortes sur la voiture, entraînant un boom des trajets à vélo dans la ville. Cette réussite initiale a pourtant laissé la place à une stagnation de la mobilité cycliste au cours des années suivantes. Cet article analyse les causes politiques, sociales et d’infrastructure de ce succès et de la stagnation qui a suivi.  Lire l’article.

S’assurer de la qualité des services

  • Vélo: des «anomalies» constatées chez 70% des loueurs contrôlés. Le Figaro, 18 novembre. Les anomalies ne sont pas des escroqueries mais un rappel à l’ordre s’avère quand même utile… et montre l’importance que prend notre secteur. 

Mieux aménager les grands carrefours

  • Après la mort d’une enfant à Bihorel, comment rendre les carrefours sûrs pour les cyclistes ? 76actu, 3 novembre 22. Et pourquoi pas avant ? Récit des hésitations et complexités.
  • Giratoire De Gaulle : les bénéfices d’un carrefour sans feux. Site de la ville de Sceaux, repéré par le Scoop-it du Cerema.

Organiser le stationnement

  • Ils ont conçu un rack pour vélo en version mobile, l’astuce pour faire ses courses en ville. Actu-Occitanie, 5 octobre. Effectivement un mobilier mobile astucieux. 
  • De nouveaux stationnements sécurisés pour les vélos, à Rouen. Des cabines à la demande, fournies par La Ruche à vélos (nom de la société trouvé dans l’introduction au formulaire d’inscription). 

  • Gemeente Arnhem gaat elektrische fietsen draadloos opladen met stoeptegelsRecharge des VAE par le sol, Solar 365, 1er novembre 22. Traduction : La ville d’Arnhem (Pays Bas) annonce cette première mondiale : l’installation d’un « pavé de recharge » sur des trottoirs permettant la recharge des vae en libre service. Il suffit pour cela d’installer la béquille sur ce pavé. L’idée est venue de l’université technique de Delft et a été développée et produite par TILER. Ce dispositif évite le fonctionnement actuellement généralisé des « biberonneurs » qui viennent remplacer les batteries vides par des batteries rechargées à distance.
    Dans la ville d’Arnhem (164 000 habitants) circulent 32 vélos en libre service mais la ville s’attend à une croissance dans les années à venir. La pavé de recharge devrait également permettre la recharge des scooters électriques en libre service. (remarque : les trottinettes à assistance électrique ne sont pas mentionnées étant donné leur interdiction aux Pays-Bas). 
    Ce que l’article ne précise pas, c’est que l’alimentation électrique se ferait par des câbles dans le sol. L’avantage serait aussi d’obliger à ce que les engins soient posés là où ils faut. 

Mais s’agit-il vraiment d’une première ? se demande Hans Kremers. Probablement oui pour l’installation des pavés de recharge dans un trottoir. Par contre elle n’aurait jamais vu le jour sans le travail préalable de l’université technique de Delft qui avait déjà testé en 2016 le même principe de recharge par la béquille dans une station alimentée par l’énergie solaire. Voir la vidéo !!

Merci à Christophe Achte, Gérard Rollin, Sylvie Dargnies, Guy Egerickx et Hans Kremers

  1. « À l’issue des états généraux, les acteurs de la filière économique du vélo et les ministres ont acté la création d’un comité interministériel du vélo. Il se réunira d’abord le 2 décembre 2022, puis tous les six mois. » Flotauto – Aucune nouvelle …
  2. A la lecture de Jérôme Sorel sur les Etats généraux de la filière vélo on devine que c’était plutôt un non-événement sans la moindre annonce ni nouveauté, peut-être devrais-je même dire que c’était pitoyable. Si c’est vrai je l’aurais peut-être dit aussi, est-ce pour cela que je n’ai pas obtenu d’invitation ? Notez que le Journal sportif l’Equipe y était, et que rien ne dépasse dans son compte-rendu … Il ne donne qu’une information : « La Première ministre présidera d’ailleurs le 2 décembre un comité interministériel dédié particulièrement à ce sujet. »
Print Friendly, PDF & Email

6 réflexions au sujet de “Revue de presse du vélo, novembre 2022”

  1. Intéressante revue de presse comme toujours.
    Juste une petite précision sur les ZFE. En fait, sur les 45 agglomérations mentionnées, seules 4 ou 5 doivent mettre en place une ZFE, les autres mettront une ZFE-M.
    ▶️ Quelle différence me direz-vous ? Hé bien, contrairement à ce que laissent penser les acronymes, ça n’a rien à voir. En effet, si la ZFE s’applique en permanence (véhicules polluants interdits tous les jours), la ZFE-M ne s’applique qu’en cas de dépassement des seuils d’alerte de quelques polluants (particules fines, oxyde d’azote, ozone, etc.).
    → Pour vous donner un ordre d’idée, pour Paris, cela représenterait 11 jours en 2021. Je n’ai pas les chiffres pour les agglomérations concernées, mais je serais très surpris qu’une de ces agglomérations dépasse 15 jours de dépassement des seuils pour l’ensemble des polluants considérés.
    Extrait du site service-public.gouv.fr : « Dans ces zones, les véhicules les plus polluants identifiés par les vignettes Crit’Air 5, 4 et 3 peuvent être soumis à des restrictions de circulation lorsque le préfet instaure la circulation différenciée lors de pics de pollution. Ces restrictions peuvent s’appliquer sur des plages horaires déterminées. Les collectivités territoriales sont libres de fixer des règles plus strictes. »
    ▶️ Donc, en fait, on crie avant d’avoir mal, car, autant interdire l’accès à toute une zone aux véhicules les plus polluants tout le temps (comme semblent vouloir le faire certaines agglomérations) est très sensible, autant interdire uniquement en cas de mise en œuvre d’une circulation alternée lors des pics de pollution, c’est quand même beaucoup moins contraignant.

    Répondre
    • Merci pour ces précisions. Pouvez-vous mettre les références de la loi en question (voire un lien legifrance), pour permettre à tous les lecteurs de ce blog (excellent au demeurant) de muscler leur argumentaire dans les discussions avec les détracteurs de cette mesure?

      Répondre
      • J’aime bien la formulation de Thomas… Comme si les lecteurs de ce blog devaient forcément être convaincus du bien fondé de ces mesures absurdes.
        Les ZFE, telles qu’on les conçoit actuellement, n’ont aucun sens puisqu’elles pénalisent les comportements vertueux (garder une vieille voiture qu’on utilise peu) et déroulent le tapis rouge à la consommation d’automobiles modernes qui sont, certes, un peu moins polluantes que les vieilles au kilomètre parcouru, mais toujours plus grosses, lourdes et encombrantes dans les rues des villes.
        Limiter pour de vrai, et pour tout le monde (riches, pauvres, amateurs d’anciennes comme possesseur de voiture de luxe) l’accès à l’automobile dans les villes, ça serait un progrès. Ça permettrait de dégager la place nécessaire pour circuler à vélo, et de mieux respirer.
        Les exceptions devraient être basées sur l’usage : on pourrait aller en ville en fourgonnette pour transporter une armoire normande (ce qui n’arrive pas chaque matin), mais pas pour une baguette de pain.

        Répondre
    • interdire uniquement en cas de mise en œuvre d’une circulation alternée lors des pics de pollution, c’est quand même beaucoup moins contraignant : tellement peu contraignant que les collectivités ne se donneront même pas la peine de contrôler l’application de la mesure (pour quelques jours/heures par an).

      Répondre

Laisser un commentaire