Espagne
Allemagne
Grande-Gretagne
Autriche
Wallonie
Danemark
Sarre-Lor-Lux
Suisse
Espagne
 
VIAS VERDES
(traduction : “VOIES VERTES” )

Le programme “Vias verdes” est développé sous la direction du ministère de l’environnement, il est mis en oeuvre par la fondation des chemins de fer en collaboration avec les Communautés autonomes et les administrations locales, gouvernements provinciaux, mairies, associations, etc..

La fondation des chemins de fer est chargée de la promotion, de la coordination et de l’information.
C’est souvent le Gouvernement régional qui effectue ou finance les études et pilote le projet, et le ministère qui paye les travaux. Un “compromis de gestion et entretien” est exigé, et est établi par la collectivité locale ou par une société constituée à cet effet.
Le contrat et les financements sont étudiés au coup par coup.

Le programme a démarré en 1993 par le recensement des lignes abandonnées. 1995 a vu la ratification du projet au Parlement.

OBJECTIFS
Valorisation et entretien de l’infrastructure. Loisir. Economie locale, sécurité, image du programme au niveau national de façon à “créer la demande”. Travail de mémoire, revitalisation des milieux ruraux, participation des habitants. Les cibles sont les piétons, cavaliers et cyclistes

SIGNALISATION
La signalisation, homogène sur tout le pays, utilise une image en propre; les supports sont constitués de morceaux de traverses en bois.

COMMUNICATION
Plaquettes d’ensemble dès 1995
Dépliants par itinéraires
1ere édition du premier tome du Guide des voies vertes : 1997. 275 p. relié. Cartes, descriptions techniques, histoire, photos, services... une dizaine de pages par voie. 6000 exemplaires. 2 ème édition en mai 1998, 7000 exemplaires. 3eme éd. en 2000, 5000 exemplaires…
Journée nationale des Voies vertes chaque deuxième dimanche de mai depuis 1999.
La fondation a également publié un guide des Stations vertes, décrivant 65 itinéraires pour le cyclo-tourisme et la marche, toujours au départ d’une gare.

La Fondation des chemins de fer espagnols est membre fondateur de l’association européenne des voies vertes, créée en janvier 98 à Namur, et en a assumé la présidence jusqu’en 2004.
Web : http://www.ffe.es

RESULTATS
La voie verte du Carrilet (54 km, entre Girona et Olot) avait reçu, en 1998, jusqu’à 500 visiteurs par jour.

SUR LE TERRAIN
Les gares sont souvent réutilisées à des fins variées, selon les initiatives locales : logement, restaurants, écomusées, centres d’innitiation à l’environnement...
La qualité est variable suivant le degré d’implication des autorités locales. Les paysages traversés sont souvent d’une beauté sidérante.


TRANSPORT DES VELOS DANS LES TRAINS
Offre en régression, reste possible dans les trains locaux et régionnaux, gratuitement. Voir le récit ci-contre.

MADRID
Plusieurs voies vertes à toute proximité de la capitale sont présentées par le journal El Paìs dans son édition du 23 février 2007. La route de Tajuna, 34 Km, et le chemin de fer des 40 jours, dont les premiers 14 km sont prêts, se croident à Carabanna ; le chemin du Aberche n’est pas goudronné mais traverse un tunnel et passe 5 ponts ; le train de Almoraz.
http://www.elpais.com
http://www.viasverdes.com


UN ANNEAU VERT AUTOUR DE MADRID
Un « anneau vert » pour cyclistes et piétons fera le tour de Madrid dès 2006. Long de 60 km et large de 6 mètres, prévu pour les jeux olympiques, il sera aussi un corridor écologique, destiné, évidemment, à durer. Plus 20 km seraient déjà réalisés.
(Rail&Transports, 12/01/05)

Pour en voir l'état d'avancement en juin 2007 (la moitié sud-est est faite) ainsi que les autres pistes cyclables de la ville, voir : http://www.viasverdes.org/Madrid.htm
-----

LE CHEMIN DE SAINT - JACQUES

Le Chemin de Saint-Jacques, en tous cas le « chemin français », qui est aussi le plus fréquenté, a été reconnu itinéraire culturel européen et inscrit pour certaines parties au Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Il s’agit avant tout d’un itinéraire pédestre, puisque les cyclistes n’y représentent que 10 à 12% du total des pélerins. Parmi ceux-ci, les femmes sont en très faible nombre.

Il y aurait près de 10 000 pélerins annuels, certains ne parcourant pas la totalité. Les Espagnols sont la première nationalité présente (près de 40%), suivis par les Français (16%) et les Allemands (13%). Les autres viennent de tous les continents.

Les motivations strictement religieuses représenteraient les 2/3 des participants, ce dont l’expérience fait douter. Cependant l’affichage de motivations exclusivement culturelles n’est pas de mise. En fait, de très nombreuses personnes sont soit au seuil de la retraite, soit en période de remise en question de leurs choix de vie ou de profession.

L’impact économique du Chemin est palpable, les villages traversés ont des épiceries et des bars, les auberges de pélerins privées se multiplient. Tout au long est omni-présente la signalisation spécifique officielle, complétée par une signalisation simple, à la peinture, apposée par les bénévoles. Les offres spontannées de renseignement sont quotidiennes.

Routes et autoroutes ne cessent d’être crées ou élargies, avec le concours des fonds européens. A partir de Burgos ces routes magnifiques sont quasiment vides d’automobiles…

Parcourir le Chemin à vélo implique de souvent emprunter des routes nationales, d’ailleurs dûement signalées comme étant la route de Santiago (l’autoroute en porte aussi le nom !). Toutes les routes nationales que nous avons vues sont dotées de bandes multifonctionnelles qui les rendent, sinon agréables, du moins utilisables. Les cols n’en restent pas moins très sévères (nous avons du descendre de vélo à plusieurs reprises), et le chemin des piétons est souvent un vrai sentier, strictement impraticable à bicyclette.

Le retour en France avec un vélo est difficile. Par le train il faut compter 3 changements rien que pour l’Espagne, le trajet espagnol s’étalant de 6 h 45 à 21 h 08. La solution du bus, direct de Santiago à Paris en 24 h, s’est imposée malgré des conditions peu amènes pour le vélo.

I. Lesens, mai-juin 2005
------------------------------------------------

Mis à jour le
24 mars 2008