Une coopération France – Pays-Bas dont on ne connaît que le nom

Article

Accueil » Politique cyclable » Une coopération France – Pays-Bas dont on ne connaît que le nom

Le 13 avril dernier nous apprenions par un communiqué commun que le ministère des Transports français et son équivalent néerlandais avaient décidé d’accentuer leur coopération en matière de transport. Suivaient 4 paragraphes.

Le premier disait que la France allait s’inspirer des Pays-Bas pour la création d’un titre unique (je jargonne comme on fait en France désormais) utilisable sur tout son territoire et tous les modes de transport.

Le quatrième portait sur le secteur aérien, décarbonation et régulation.

Le second paragraphe porte sur la mise en place d’une mission sur le vélo regroupant des experts des deux pays. Et le troisième annonce la mise en place d’un groupe de travail commun pour intensifier l’amélioration des services ferroviaires, sans que l’on sache si le transport et le stationnement des vélos fait partie du sujet. 

Interrogée, l’ambassade du royaume en France a commencé par me répondre que l’annonce en question était trop récente pour qu’ils en sachent quoi que ce soit. Ça commençait moyen, puisque c’est normalement par l’ambassade que passent les actions de coopération. 

Le ministère français finit par me dire que la France sera représentée par la mission Vélo et Marche (dirigée par Thierry Du Crest) et que des représentants des deux ministères doivent évoquer prochainement les modalités de travail de ce groupe ainsi que les sujets précis à y évoquer. « A ce stade ont été déjà pré-identifiés les thèmes de la facilitation des connexions air-fer » précise ce même ministère, ajoutant que le ministre Clément Beaune était allé voir comment se passait le stationnement des vélos en gare d’Amsterdam. Le ministère évoque aussi les sujets d’infrastructures cyclables notamment le stationnement sécurisé et l’apprentissage, en insistant sur le fait que la liste n’est pas limitative.

L’ambassade des Pays-Bas est plus prolixe puisqu’elle annonce la visite à Paris de deux représentants de leur ministère des Transports, début juin, qui rencontreront Thierry Du Crest ainsi que Marie Stephan, de l’ADEME (elle est ingénieure en mobilité durable et en agroécologie). Ils espèrent que la Ville de Paris et la Fub délégueront aussi quelqu’un. Les visiteurs présenteront le City Deal Bicycle par lequel les Pays-Bas entendent introduire le vélo auprès des habitants des zones où cela n’est pas encore le cas. Ils parleront aussi de leur façon d’organiser l’équivalent du programme Objectif Employeur Pro-Vélo mené par la Fub. Et les Pays-Bas, ils ne vont rien apprendre de la France ?

Voici donc un objet annoncé avant qu’il existe lui-même, et dont ses protagonistes ignoraient tout. Même Stein Van Oosteren, l’ambassadeur néerlandais du vélo en France, attend de lire mon blog pour découvrir de quoi il s’agit ! 

Commentaires et compléments (25 avril)

Pour ma part je rêve depuis très longtemps d’une coopération à sens unique de la Suisse vers la France. Les aménagements de Berne ou de Bâle, par exemple, sont discrets, systématiques et fiables. Les aménagements urbains souvent infiniment remarquables. Justement ils viennent de publier un nouveau guide de politique cyclable sur lequel je reviendrai sans doute.

Voir aussi le récit Comment les parkings vélos capacitaires se sont imposés aux Pays-Bas comme une nécessité pour libérer les parvis des gares ? publié chez Inddigo par trois de leurs spécialistes à l’occasion d’un voyage d’étude aux Pays-Bas, initié par Ile-de-France mobilités et coorganisé avec Movares (bureau d’études Néerlandais).

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Thomas Tours
9 mois

« Le second paragraphe porte sur la mise en place d’une mission sur le vélo regroupant des experts des deux pays. »
Parce qu’il y en a dans l’administration française?

Bertrand
9 mois

Le « titre unique » serait un incitateur fort à l’utilisation des TC ailleurs que dans son agglomération. Mais c’est un sujet compliqué (billetterie, subvention, validateur…). Je crains qu’il ne faille pas s’attendre à quoi que ce soit avant de longues années. Cela dit plus vite on commence mieux c’est.Concernant la décarbonation du transport aérien, sauf miracle, on ne sortira pas de la comm; la physique est un adversaire politique redoutable.Concernant le vélo et le ferroviaire, c’est une bonne nouvelle, mais tellement à 180° de l’idéologie gouvernementale actuelle que je crains que ce ne soit là aussi que de la comm.

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits