* AF3V : la fusion ne fait pas la force

AGAF3vL’association française des véloroutes et voies vertes tenait hier une assemblée générale à haut risque. Risques d’explosion.

L’AF3V a eu chaud. L’an dernier sa trésorerie se trouve au plus bas, et si le succès de sa carte IGN lui apporte quelques subsides il lui pompe aussi toutes ses forces. L’association, forte de ses adhérents et représentants locaux, a tout pour être heureuse. Sauf qu’elle a du mal à tout faire, et notamment à valoriser ce qui fait sa richesse, c’est-à-dire la connaissance exceptionnelle du terrain apportée par ses adhérents. Elle semble hésiter entre plusieurs formes de cartes et de bases de données, entre mission de promotion touristique des voies vertes et véloroutes (notamment par son site) et une autre de pression sur les pouvoirs publics locaux comme nationaux. Doit-elle promouvoir les voies vertes ou en promouvoir la création? Sur ce elle s’engage dans un système de labellisation qualifié d’usine à gaz et auquel les adhérents n’adhèrent pas. Au total 2015 se solde par une banqueroute évitée de justesse, un poste salarié (sur deux) supprimé, un président qui démissionne un mois avant l’assemblée générale, et les deux-tiers du conseil d’administration que ne se représente pas. Sa richesse lui brûle les fesses.

trésorier+secrétaire

L’assemblée générale d’hier (5 mars 2016) n’a pas trouvé de solution miracle. Une fusion avec la FUB, un temps envisagée, a montré ses inconvénients malgré sa logique1. Entre l’AF3V multi-usagers2 à forte identité et la FUB mono-activité3 qui renforce chaque jour la sienne l’accord n’ira pas au-delà du constat de la convergence des objectifs et de communauté partielle des adhérents.

olivier Schneider

De cette AG l’AF3V aura retenu 2 choses. D’abord qu’elle n’a de répit financier que très provisoire. Ensuite qu’elle doit absolument s’atteler à la tache de définir ce qu’elle veut faire au regard de ce qu’elle peut faire, adapter ses ambitions aux réalités, et revoir sa gouvernance. Ca pourrait être douloureux.
Un conseil d’administration a été trouvé, 7 hommes et 1 femme, elle-même nouvelle adhérente, pour lequel plusieurs membres ont précisé qu’ils n’iraient pas au-delà de six mois, juste le temps de remettre l’AF3V sur ses pieds. Nicolas Poulouin et Jacques Cousin, président et trésorier, retrouvent un poste qu’ils avaient déjà eu autrefois, et Philippe Lelédy, nouvel adhérent, est secrétaire. L’AF3V est du gaz explosif.

assemblée

AF3V

(lecture : + 2000)

  1. La multiplication des entités attachées à la promotion du vélo est source d’incompréhension pour le public et de luttes intestines. FFCT, FUB, Départements cyclables, Villes cyclables, AF3V, France vélo tourisme… toutes se marchent plus ou moins sur les pieds.
  2. Les voies vertes sont fréquentées par piétons, cyclistes, PMR et même parfois chevaux
  3. Le « mono-usager » cycliste de la FUB reste vital face aux puissantes organisations de motards, cyclomotoristes, automobilistes, industriels du BTP et du transport, sans même parler des piétons
Print Friendly, PDF & Email

12 réflexions au sujet de “* AF3V : la fusion ne fait pas la force”

  1. Ce serait très réconfortant d’apprendre qu’Isabelle Lesens prend la direction de l’AF3V, association indispensable, perfectible sans doute sur certains points, riche de ses actions à l’échelle nationale.
    La qualité des jugements, les connaissances expertes, les idées enthousiasmantes sur la survie du cycliste en France d’Isabelle Lesens sont connues et enrichiraient l’AF3V.

  2. Merci pour cet article qui relate bien l’état de nos discussions d’hier et la problématique qui se pose. Merci à Olivier pour sa présence hier alors même que le contexte incertain de cette AG n’offrait aucune perspective claire.
    A nous de trouver les voies pour que nos actions associatives se conjuguent utilement. Le temps du rapprochement viendra peut être un jour … ou pas, ou différemment.
    En tout cas, hier, on a conclu notre réunion de CA sur l’idée de la recherche d’une mutualisation dans un premier temps.

  3. Merci Isabelle. Rien n’est simple ni facile pour le monde des véritables associations. Elles sont souvent reconnaissables à leur peu de moyens. Faute en est à celles, agissant en sous-main de causes manipulatrices, via « fondations » et financements injectés à la solde de commanditaires invisibles. La compréhension des véritables associations, autour de raisons communes et d’amitiés, en est venue à être confondue avec celle d’entreprises déguisées, qu’elles ne sont pas.
    Une activité de dévouement (et rarement hélas de loisir pour celles et ceux qui lui donnent vie), ne se gère ni ne se supporte, ni ne se désire humainement, telle la contrainte d’un engagement professionnel. Ici est la clef de toute motivation, donnant vie et mort aux générosités dont nous sommes quotidiennement si nombreux et redevables. N’oublions pas, avant tout débat, de dire merci à toutes les associations et à leurs membres actifs.

  4. Merci pour le CR même si j’ai l’impression de ne pas avoir toujours entendu la même chose! J’étais très inquiet avant cette AG et je remercie le CA sortant et en particulier Eric d’avoir su maintenir AF3V en vie! Bonne chance à Nicolas! Pour paraphraser je ne sais qui, « ce qui nous rapproche est plus fort que ce qui nous sépare ». Je suis bien d’accord sur les risques et dangers liés à la dispersion et le peu de forces ou de moyens à mettre face aux idées et aux ambitions. Pour un peu clarifier nos activités et celles d’autres assocs ayant vocation à s’intéresser aux problèmes des 2-roues mode actif, j’aime bien la séparation entre « faire du vélo » et « faire de la bicyclette ». Pour moi c’est beaucoup plus qu’une simple question de vocabulaire. Ce serait rigolo de placer les assocs citées par rapport à ces 2 concepts.

    • Que chacun voit plus tel ou tel fait, c’est inévitable, et le principe-même d’un article. Quand tous les articles disent la même chose sur un évènement c’est qu’ils ont recopié le communiqué de presse !

  5. Merci Isabelle pour ce compte rendu qui me donne un premier aperçu de la journée de l’AG à laquelle je ne me suis pas rendue. A chaque foire ou salon, quand j’explique le double rôle de l’AF3V, mes interlocuteurs sont admiratifs … et pensent que l’AF3V est une institution à la manière de « La Suisse à vélo » (fondation d’utilité publique) … L’AF3V est comme une adolescente en pleine crise existentielle … mais on l’aime tous. Que vive l’AF3V!

  6. Très bel article sur les problèmes de trésorerie de AF3V. Le compte rendu de l’assemblée générale est en lien dans ma signature.
    En 2015 et 2017, les dépenses de l’AF3V s’élèvent à 6500€/mois «charges structurelles », si j’ai bien compris.
    On se demande d’où viennent toutes ces dépenses. Car rajouter une couche à open street map et faire des liens entre les différentes cartes demande le travail d’une personne (bénévole, à mon avis). Il est possible que ce travail puisse être partagé.
    L’hébergeur du site web : 100€/an car avoir son propre serveur est inutile … et demande un prix de 10000 euros pour 5 ans.
    Bref, AF3V devrait être d’utilité publique.

Laisser un commentaire