Offre d’emploi : Pollinisateur humain

Article

Accueil » En bref » Offre d’emploi : Pollinisateur humain

par | Mar 29, 2024 | En bref | 0 commentaires

Description du poste : Remplacement permanent des abeilles et autres insectes pollinisateurs. Vous serez chargé de féconder les champs destinés à l’alimentation humaine, pipettes en main.

Conditions : 7 jours/semaine, y compris jours fériés, par roulement. Travail en extérieur quelle que soit la météo (voir paragraphe « horaires »), port du masque obligatoire (air pollué par les pesticides).

Horaires : 8 h – 12 h et 18 h – 22 h (correspondant aux heures solaires de 6h – 10h du matin et 4 h – 8 h du soir); interruption en cas de tempête, grêle ou orage.

Congés : regroupés sur la saison froide, selon décision de Météo-France. Généralement de novembre à fin février.

Moyens de déplacement : marche ou vélo, véhicule intermédiaire éventuellement (à voir, généralement disponible sur place). Première arrivée en train possible sous conditions de fin de parcours parfaitement non nuisible.

Rémunération : 1 766,92 € (annuel, brut), négociable (ceci a été ajouté à ma demande). Logement et nourriture offerts.

Employeur : Réseau Biocoop (c’est là que je fais mes courses à pied, alors vous comprenez).

Contexte : Crise écologique qui frappe de plein fouet la biodiversité et menace gravement la production agricole. Disparition de 60% des oiseaux et 80% de la population des insectes au cours des 30 dernières années. Les trois-quarts des cultures mondiales dépendent de la pollinisation des insectes, ce qui signifie que la sécurité alimentaire est étroitement liée à leur préservation et à votre boulot.

Pour sauvegarder ces précieux pollinisateurs, trois solutions sont bien connues :

  • Limiter voire interdire l’usage des pesticides : ils affectent indistinctement les espèces avec, à la clé, des conséquences dévastatrices sur la biodiversité. Selon le Collège de France, les champs en agriculture biologique, exempts de pesticides et d’engrais de synthèse, accueillent 50% d’individus en plus et une diversité d’espèces sauvages supplémentaire de 25% à 30%.
  • Favoriser la présence de prairies et de haies pour offrir un habitat aux insectes pollinisateurs, ainsi que des cultures plus variées. 
  • Encourager l’agriculture biologique, qui respecte ces principes et contribue à préserver la biodiversité.

Contact : Les Hameaux bio, Faustin Bienetre.

* J’avais évidemment un poisson d’avril. Il était programmé pour la nuit tombante (peu importe l’heure officielle, elle ne vaut rien). Je me dégonfle, tel un vieux clou, car j’ai assez ri jaune pour cette année.

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits