Vélo en France : l’enfer de la recherche d’un train

On l’a déjà dit, les trains qui acceptent les vélos sont en pleine régression. Chose aggravante, les services de renseignements eux-même ne suivent plus : ni la SNCF ni les autres ne nous proposent les bons trains, aucun ne propose la totalité des opportunités.
– L’offre de transport des vélos et l’information sur les horaires sont de la plus grande incohérence.
– Comment trouver le train dont vous avez besoin ? 

Il faudrait faire une liste et une carte des trains ouverts aux vélos, comme le faisaient les militants il y a une trentaine d’années. La SNCF à cette époque freinait des 4 fers pour faciliter le repérage de ces trains. En 2014 l’arrivée de Capitaine train avait bouleversé le paysage, donnant l’information en clair et permettant de réserver la place de vélo en ligne. Grâce à cette agence en ligne la SNCF avait été amenée à en faire autant 6 mois après. Mais aujourd’hui nous nous apercevons que le service ne suit plus, que la SNCF continue à ne pas nous proposer les bons trains, et que les interdictions ne correspondent parfois même pas au matériel.

 

L’exemple vécu : Aller de Paris en Alsace avec un vélo

J’avais écrit « L’Alsace n’est plus joignable en train + vélo » me basant sur mes recherches.
La SNCF et Trainline (qui a racheté Capitaine train) me répondaient chacun qu’il n’y avait aucun train me permettant de rejoindre Strasbourg avec mon vélo.  Aucun ne m’a proposé d’aller à Thionville, et pourtant c’est peut-être la solution, comme on va voir plus bas.

Un interlocuteur me signale alors que les chemins de fer allemands répondent mieux à ma demande. C’est vrai.
De Paris on peut, en 5 h 30, rallier Strasbourg en train avec son vélo. Pour mémoire, en TGV c’est moins de 2 heures.
Départ 14 h 30, arrivée à Strasbourg après 20 h. selon les indications fournies par cet internaute. Sur le site de la DB, on spécifie d’emblée que l’on ne veut que les trains où on peut mettre son vélo. On précise aussi si l’on souhaite avoir du temps entre deux trains…

François, qui est à l’origine de la pétition « Non à la suppression des places vélo dans les TGV Est« , me propose une seconde solution jusqu’à Thionville, qui permet de visiter en 2 h 30 Epernay, puis Reims en une heure et Charleville en 3/4 d’heure … avec grève les 8 et 9 mai…
Départ 8 h 20, arrivée 17 h 40 à Thionville = 8 heures et 3 changements. Distance approximative : 340 km. TER uniquement donc vélo gratuit. Il ne me restera plus qu’une quarantaine de kilomètres à faire pour rejoindre notre camp de base, vive les vacances. À noter que je n’ai pas trouvé trace de cet horaire sur les sites consultés, François devait avoir la carte du réseau sous les yeux. 

 

Réponses diverses suivant les sources
Ma propre recherche (de contrôle!) me donne des solutions moins agréables, voire encore pires.

db
Strasbourg, trajet de 9 heures 40, 18 ou 19 heures, et 5 changementsDistance 490 km.

En précisant « Départ gare de Paris-Est »… on obtient quelque chose de sensiblement plus amusant que ce que m’avait donné François :
6 changements pour Strasbourg, départ 8 h 20 (comme lui), arrivée le lendemain matin pour le petit déjeuner !!!

Le militant Bernard Laizé s’étonne :  nous confirme l’arrêt du service vélo payant sur l’axe TGV Est alors que sur Paris-Strasbourg il circule 8 TGV par jour à 1 niveau, équipés d’un emplacement pour 4 vélos et un logo. Nous attendons toujours de connaître la motivation, et le rétablissement de l’offre.

SNCF.com
Pour Thionville directement, qui est ma destination réelle.  


3 trajets le jour demandé, 2 le lendemain, desquels par prudence je ne choisirai que les TER (vélo toujours gratuit, en principe toujours autorisé. Quant aux perturbations, puisque nous ne sommes pas un jour de grève, ce sont des travaux!). Aucun de ces trajets ne passe par Strasbourg.
Paris, départ vers 16 h 30, arrivée à Thionville vers 21 h = 4 heures 30 et 2 changements 340 km
Départ à 8 h 18, arrivée à Thionville vers 15 h  = 6 heures 40 et 2 changements.
En TGV, ce sera ici aussi 2 heures, direct.

Oui-SNCF, pas moyen d’éliminer les trains que l’on sait hostiles, donc on passe.
TER Grand-Est ne précise pas si l’on peut prendre son vélo, et propose des liaisons par TGV, ICE et TER.
SNCFl’application pour téléphone mobile. Vous enlevez les TGV et les trams et bus, et ferez la partie métro à vélo (l’appli ne comprend pas le mot vélo), vous vous méfierez du résultat (fallait-il réserver pour le vélo, mystère). 

Paris-Est 14 h 27, arrivée à Thionville à 19 h = 5 heures 30 et 2 changements
Paris-Est 8 h 18, arrivée à Thionville à 15 h – 5 = 6 heures 40 et 2 changements.
Le tout en TER, et mieux que François (8 heures et 3 changements) ! SNCF et SNCF-appli sont d’accord… mais le trajet sera bien long et les horaires peu commodes pour un séjour sur place de 4 ou 5 jours. Vous imaginez ce que cela donne si au lieu de partir de Paris vous devez d’abord arriver à Paris …

Suivant la source la réponse n’est pas la même, aucune n’est très encourageante
et … aucune ne fait foi, ne l’oubliez jamais!
(Souvenez-vous, même les fiches horaires de la SNCF pouvaient ne pas faire foi!)
Pour s’y retrouver il faut faire des tableaux…

2 La solution …  aller ailleurs 

Finalement je vais peut-être aller à Maubeuge –> euro-véloroute n°3et arrêter de chercher dans 4 ou 5 endroits.
L’appli SNCF me donne :

Paris Nord 11 h 19. Maubeuge 13 h 15. Intercités qui prend les vélos… sans moyen de savoir s’il faut réserver ou pas (de mémoire, accès libre).
Pas Paris-Nord 13 h 19, puisqu’il n’y a pas de petit vélo dans l’horaire.
Paris-Nord 17 h 19, Maubeuge 19 h 15, vélo, pas mal non plus !
Dans tous les cas mon trajet en train sera de 2 heures et sans changement. Distance approximative : 245 km. Avant de me décider je vérifierai sur SNCF.com ou sur trainline.
La véloroute n°3 est la meilleure ! 

ou à Charleville-Mézières –> Véloroute trans-Ardennes et raccord à la Meuse
Trainline : 14 h 27, 2 changements TER, arrivée à 17 h 46 Vélo gratuit
SNCF.com : rien !
DB : 11 h 31 – 15 h 44 – 2 changements TER = 4 heures 15
14 h 27 – 17 h 46 – 2 changements TER = 3 heures 20 et 2 changements  – Distance 232 km
15 h 31 – 19 h 15 – 2 changements TER. = 3 heures 45
Désolée pour les Ardennes, la liaison n’est pas très compétitive…
et pour le retour … je casserai le train s’il le faut!

Bien que ce soit écrit c’est faux !

Les trains Intercités Paris-Troyes-Belfort sont interdits aux vélos non démontés. Toutes les rames sont neuves et disposent de trois places vélos, nous indique l’association CyclotransEurope sur twitter.

ou même à Laroche-Migennes! –> Tour de Bourgogne
Trainline : 8 h 36 – 9 h 57 vélo gratuit
9 h 21 – 10 h 51 = 1 h 30 vélo gratuit
10 h 33 – 11 h 54 etc. 1 train par heure,  1 heure 20 à 1 heure 30 et sans changementDistance 160 km
SNCF : idem
DB : idem
Désolée pour la Bourgogne, vous pourriez rafler la mise.

Pas à Orléans —> La Loire à vélo
Trainline ne me donne aucun train. Flutte alors, je dois bientôt me rendre à Orléans. Il va falloir que je cherche ailleurs.

mais à Tours  —> La Loire à vélo
Trainline : 07h35 08h47 – TGV direct
10h29 13h42 – 1 changement
12h35 13h47 – TGV direct 1 heure 10 et sans changementDistance 240 km
etc, environ 1 train sur 2. Et voilà comment La Loire à vélo fait venir les clients !

ou … à Mont-de-Marsan ? 4 changements, 22 h de train selon l’un, 1 changement et 4 h de voyage selon l’autre.
A Bordeaux ? 3 changements, une nuit en gare. Mais si, en 3 heures sans changement !
Non, à Dax, en TGV… comme proposé par Trainline et ignoré par DB 
Vous devenez fo-lle-u ? moi aussi !!!

*

COMMENT VOULEZ-VOUS QUE LES ÉTRANGERS,
LES NON-FRANCOPHONES, LES PAS RÔDÉS AU VOYAGE D’AVENTURE
se retrouvent dans ce maquis ?
Déjà que nous …
Les associations ont raison :
tous les trains doivent avoir des places pour les vélos.
J’ajoute : tous les organes de renseignement doivent répondre aux questions posées…

Avez-vous pensé à écrire à votre député européen

*

SNCF.com
Trainline
DB

L’avis d’Isabelle  :

– Eviter oui-sncf, très incomplet et pas pratique du tout.
Tenter Sncf.com, présentation pratique si vous avez déjà une idée du résultat et en sachant interpréter (métro sera traduit par aller à vélo, par exemple).
Tenter Trainline, résultats très clairs, réservations faciles et vous laissant le temps de réfléchir (votre panier peut contenir plusieurs options). Attention, ne couvre pas tous les pays et ne propose pas toutes les options (ainsi que nous venons de le voir pour l’Alsace et que j’ai aussi vu pour faire Sedan-Paris : rien chez eux, 2 propositions chez DB).
Utiliser sncf-application (uniquement sur téléphone) pour l’immédiateté, uniquement pour les renseignements. Très bien présenté, pratique si on connait sa destination (l’origine peut être calculée par l’application), parfois incomplet (par exemple, ne donne pas toujours les bus de remplacement).
– Penser aux sites SNCF régionaux, sans garantie de ma part (Bourgogne et Ardennes étaient inaccessibles ce dimanche matin !).
Ne pas vous décourager avant le verdict de DB, ou commencer par là dans les cas difficiles, notamment vers l’Alsace ( ! ) ou l’étranger. Recopiez soigneusement les renseignements puis achetez tronçon par tronçon en gare ou sur trainline. Mais pour l’Aquitaine n’allez jamais d’abord chez eux !!!
– Prévoyez vos vacances non en fonction de vos envies mais de l’accès. Pour quelques jours n’allez pas changer trois fois de train et y passer 10 heures! N’allez pas non plus passer 4 heures à trouver vos trains. Ne pas non plus imaginer louer une auto (sauf si vous savez conduire), adaptez-vous ce sera plus propre ! La France c’est beau partout, vous pouvez très bien ignorer l’Alsace.
Vous ne serez certain de l’accès de votre vélo que le billet en main.

Et au fait, ceci peut vous être utile … 

Avez-vous pensé à écrire à votre député européen

Ajout du 2 juillet
Print Friendly, PDF & Email

20 thoughts on “Vélo en France : l’enfer de la recherche d’un train

  1. Les Intercités pour Maubeuge sont actuellement des Corail avec juste le compartiment supprimé, et sont en effet non payants, du moins tous ceux que j’ai pris, je mets cette réserve puisque tout change. Par exemple je suis allé facilement en Alsace en trouvant que c’était rapide et qu’il fallait recommencer. C’était en novembre … j’avais cumulé TGV Est et Lyria.
    Pour Oui.Sncf je ne sais pas s’il ne faut pas tester à différentes dates, j’ai regardé Sedan – Laon récemment, il n’y avait pas de possibilité même sans vélo : les propositions étaient saugrenues. Je ne sais pas si c’est « l’échange » sur Twitter, mais ce matin les propositions étaient à nouveau présentes.
    Dans la série, je viens de trouver par hasard un trajet avec vélo en IC Paris – Strasbourg sans changement et avec vélo en juste (sic) 4h32. Sûrement une erreur 🙂

    • Pour l’Intercité en fait c’est un 100% éco, je ne crois pas que ce soit réellement possible de mettre un vélo dedans. C’est donc bien une erreur.

  2. Flixbus je veux bien mais pour les dimensions c’est écrit :
    Dimensions : En tant que bagage spécial, les dimensions du sac sont de 290 cm (= longueur + 2x largeur + 2x profondeur). Le poids maximum autorisé est de 30 kg. Ces dimensions sont juste IMPOSSIBLES avec un vélo normal.
    Je leur ai même écrit pour savoir si ce n’était pas une erreur car personne ne calcule comme cela (même pas la sncf). Et bien non ce n’est pas une erreur. Il paraîtrait que dans la vraie vie certains chauffeurs seraient plus tolérants ou moins regardants mais le risque de refus existe.

  3. Il y a déjà un moment à la gare d’Auray, nous avons demandé de l’aide pour accéder à notre TER. Réponse du personnel : les remorques ne sont pas autorisées (nous avions notre fils de tout juste un an dedans), et moue désagréable sur notre tandem (couché devant, ce pino est un poil plus long qu’un tandem classique ;o) mais il tient debout moyennant un petit compactage rapide de la bôme).
    Avec un grand sourire j’ai eu le plaisir de leur montrer mes roulettes avant pour leur répondre qu’il n’y avait pas de problème, les poussettes n’étant pas interdites…
    Mais aucune aide pour passer sous la voie (nous n’étions pas en situation de handicap et donc pas le droit à la balade au bout du quai pour passer sur les voies), avec donc un tandem, une remorque bien chargée avec petit bonhomme marchant tout juste et 2 belles grosses sacoches…
    Effectivement, le tourisme à vélo en France, c’est l’aventure à la porte de chez vous !

  4. Quand je pense qu’en août 2017, nous sommes allés à Belfort avec l’Intercité sans problème, puis retour de Strasbourg en prenant le TER jusqu’à Nancy, puis le TGV pour Paris avec nos vélos. Et six mois plus tard, cela n’est plus possible !!! C’est désolant !

  5. J’ai fait l’expérience, l’été dernier, d’aller en train + vélo non démonté de Paris à Strasbourg puis de dormir à Haguenau pour passer la frontière allemande le lendemain vers Baden-Baden. De là, j’ai pu continuer mon voyage en Allemagne où les trains acceptent les vélos non démontés. Nous devons déployer des trésors d’imagination pour continuer à voyager à vélo en Europe. Reste l’avion + vélo… compliqué et pas très propre pour l’environnement !

  6. Je regarde les liaisons entre Périgueux et Limoges. J’ai décoché l’option vélo, pour voir le résultat car même avec le simple TER la demande sort la réponse « pas de train pour les vélos non démontés ».
    Résultats en simple piéton : sur Oui.sncf.com la réponse est « avez-vous pensé au bus » et sur ter.sncf ou sncf.com j’ai un train toutes les heures.
    Au-delà du transport avec vélo, avec la sncf, c’est blessipo comme disait leur slogan maison il y a quelques années. Affligeant pour ne pas dire plus.

  7. Il y a quand même l’option vélo en bagage dans une housse. Il suffit de démonter les roues (éventuellement les pédales) et votre bagage entre dans les normes, on ne peut plus vous refuser l’accès. Par contre il faut transporter la housse repliée ensuite et ça prend un peu de place.

    • Ne faut-il pas aussi tourner le cintre et retirer les garde-boues ? Et que faites-vous de vos 5 sacoches + la tente et le protège-sol ? Bref, pour des parcours si court et des séjours si brefs cela est ridicule et je ne le ferai jamais.

  8. J’ai testé l’an passé un trajet avec flixbus depuis Lyon pour Saumur. J’avais réservé ma place de vélo (9€ payable au chauffeur, sans soucis). Le vélo était dans une housse, et j’avais quelques bagages légers dans la housse avec le vélo, car à la sortie du bus il ne me restait que 130 kms de vélo pour rallier mon point d’arrivée (donc pas de tente ni de matériel de couchage).
    La solution du bus est envisageable pour quelqu’un qui voyage léger, car un vélo démonté + quelques sacs type bikepacking tiennent sans soucis dans un carton « aux réglementations flixbus ».
    Autre solution testée par un ami qui devait se rendre à l’autre bout de la France, le blabla car. Il a juste acheté deux places, une pour lui et une pour son vélo, en accord avec le covoitureur.
    Mais il faut être honnête, ça devient tout de même difficile de voyager en transport en commun avec un vélo, du moins ça ne s’improvise pas. (Problème que je n’ai jamais rencontré en Irlande ou en Islande par exemple, les services sont payants mais au moins on peut prendre un vélo en soute de bus).

  9. J’ai rencontré exactement les mêmes problèmes il y a deux ans. J’en ai fait un article sur mon blog. Je résume :
    * Trainline utilise la base de données de la SNCF. Il y a donc les mêmes limitations tant sur l’information vélo que sur l’information tout court (les Intercités sont « cachés » au profit des TGV). Je trouve cependant que l’interface de Trainline et l’ergonomie sont largement au-dessus de oui.sncf.
    * La DB n’indique plus l’information exhaustive sur les vélos en France. Peut-être que la SNCF ne la communique plus ? En revanche, c’est un outil très utile pour avoir un moteur d’itinéraire exhaustif et neutre (dit autrement : qui ne cache pas les Intercités)
    Conclusion : si on est prêt à enchaîner les TER, le site DB suffira. Si on veut pouvoir profiter des Intercités également, il faudra passer le site DB, ne pas indiquer qu’on voyage avec un vélo (pour voir apparaître les Intercités) puis vérifier si les Intercités concernés peuvent accueillir les vélos.
    Bref, la pratique du voyage à vélo progresse et l’information régresse…

  10. J’ai déjà pratiqué les voyages en trains cyclhostiles avec vélo démonté sous housse (en fait, une sorte d’emballage de matelas en plastique épais fermé avec du scotch d’emballage qui prend peu de place replié et pèse peu, donc facilement transportable) mais avec :
    1. un vélo sans garde-boue ni porte-bagage (juste un porte-paquet sur tige de selle, donc facilement démontable)
    2. peu de bagages : une sacoche de cintre + une sacoche de porte-bagage dont les flancs se déploient pour faire office de sacoches latérales (un genre de bike-packing)
    Bref, au lieu de diversifier son offre la Sncf la réduit, à rebours de l’évolution de la société. Au fait, vous avez entendu M. Nicolas Hulot s’exprimer sur ce sujet ?
    Heureusement les personnels de bord ou en gare, eux, rachètent souvent l’image déplorable de leur employeur.

  11. C’est vrai que le site SNCF est nul. Depuis des années je regarde le site de la deutch bahn, ils donnent toutes les différentes possibilités et connections par trains régionaux et inter cités, ce qui est quasi impossible à trouver par SNCF s’il existe une liaison TGV. C’était comme les trains de nuit fallait passer sur les sites étrangers pour voir qu’il existait encore des trains de nuit. Le site des chemins de fer suisses est bien aussi.

  12. Si cela peut aider, il est possible de mettre un vélo non démonté dans un direct Paris – Strasbourg, mais seulement 3 jours par semaine (vendredi, samedi, et dimanche), avec l’Intercités 100% Eco. Il faut cocher l’option vélo non démonté, ca coûte 10 euros de plus que le billet (qui coute entre 15 et 40 euros). C’est un Corail, et il est possible de hisser son vélo dedans, il faut juste un peu de muscles, c’est vrai que ça peut être sport mais c’est faisable. Je prépare actuellement un bouquin qui touche à ces questions, et il est vrai qu’il est extrèmement difficile d’avoir des réponses claires aux questions posées à la SNCF en matière de transport de vélo, hors Transilien et TER. En vous lisant j’ai en revanche appris que le TGV Est ne proposait plus l’option vélo non démonté, c’est lamentable : une raison de plus pour revenir aux bons vieux trains quand il s’agit de faire du tourisme !

Laisser un commentaire