15 jours en France vus de mon bureau – 02 – Bécaniciens, rouler à vélo

Panorama incomplet des thèmes qui nous agitent depuis le 15 mars – Quelles sont les règles, qui a décidé quoi ? 
02 – Marchands de vélos, bécaniciens, rouler à vélo ? Sur ce dernier point cet article a été mis à jour plusieurs fois … 

S’agissant de l’usage du vélo, comme celui de la chloroquine, les autorités ont changé trois fois d’avis

selon Patrick Communal, cité par Jeanne à vélo. Suit une photo magnifique du centre d’Orléans, dont il dit : 

un problème qui avait pas mal nourri les débats précédant les élections municipales, à savoir la traversée du Pont Royal à vélo, est désormais résolu. Ça passe crème, pas besoin de couloir, de piste réservée ou de passerelle, on peut tout laisser en l’état.

Voilà un presque résumé de ce qui va suivre ! 

  • Faire réparer son vélo, en louer un
  • Rouler à vélo ?
  • Axes cyclables fermés

Faire réparer son vélo / en louer un

D’abord dans son premier discours le Premier ministre ne cite pas les réparateurs de vélos dans les commerces autorisés à continuer leur activité. Ils figureront dans l’arrêté publié le lendemain. Le 25 la Ville de Paris fait la même erreur. 
Pourtant, si la plupart des marchands de vélos sont fermés, les réparateurs ambulants continuent de travailler (comme l’a fait savoir la mairie du 15ème arrondissement, le plus peuplé de la capitale). 

  • Sur ce la chaîne Cyclable nous informe que ses magasins assurent à tour de rôle une permanence sur rendez-vous.
  • A Nantes c’est variable, nous dit @SamNantes : Les sardines sont fermées, Rev’ de cycles est ouvert mais a changé ses horaires, Soins du vélo ( Atelier du Poupoupidou) et l’atelier de la Poule noire sont ouverts, Nantes-Bike devait réouvrir avec liste d’attente par couriel.
  • A Châtenay-Malabry l’excellent Cyclable est fermé, nous informe Stein Van Oosteren. 
  • A Lyon, c’est l’association La Ville à vélo qui donne les informations : les ateliers qui restent ouverts donnent la priorité aux professionnels de santé et aux vélotafeurs sans télétravail. Sont ouverts Baroudeur Cycles, Culture vélo centre, Cyclable à Lyon6 et Oullins, Cycle Service Lyon, La bicycletterie et la Rénocyclette. En ateliers mobiles il y a Cyclofix et Cyclotop. 

Pour les vélos en libre-service, en région parisienne et à Bordeaux, velib’ (Grand-Paris) et zoov continuent, le dernier offrant même la gratuité aux personnels médicaux (Le parisien, 26 mars, qui explique comment la jeune entreprise s’organise).
J’apprends hier soir (31 mars) par la mairie du 15° que vélib’ étend la période de gratuité (après abonnement) à une heure pour toute la durée du confinement, et que les courses concernées effectuées depuis le 17 mars pourront être remboursées. 
Vélos à louer ?  Le Holland bikes de Paris-15° a fait savoir qu’il offrait un tarif solidaire à 3 € la journée (contre 18 € au mois).

Au Québec, pas mieux

La situation au Québec est exactement inverse à celle de la France : « le gouvernement du Québec n’a pas explicitement accordé le statut de service essentiel aux boutiques de vélos, [malgré cela ] le propriétaire des Vélos-Roy-O à Québec a pris la décision de continuer à servir sa clientèle. » nous révèle Radio-Canada le 27 mars. On cherchait à les admirer, dès le lendemain « vers 14 h 30 »  la police passait, prévenue par une « plainte anonyme » ! 

Rouler à vélo ?

La question de savoir si la pratique du vélo est autorisée a aussi pas mal agité les esprits. La FFC a fait savoir que la pratique du vélo était interdite, des verbalisations de personnes se rendant à leur travail sur leur vélo ont eu lieu, alors qu’il n’était écrit nulle part que le vélo était interdit. 
Le maire de Neuilly (entre Paris et La Défense) mélange tout et affirme le 26 mars que le sport à vélo est interdit pour aller au boulot,

et un cycliste témoigne auprès de la Fub : « Je me suis fait sermonner par un gendarme qui m’a dit qu’en allant faire des courses à vélo à 12 km de chez moi, je détournais la loi, que j’aurais dû prendre ma voiture … »

Au total le coordinateur interministériel pour le vélo, Thierry du Crest, a apporté les informations de façon complètement confidentielle. Voir la Gazette des Communes (!!!) du 24 mars, qui part de son intervention sur un réseau professionnel. Il y dit que le vélo est interdit dans le cadre des loisirs et de l’activité physique individuelle… Elisabeth Borne a fini par intervenir le 27 mars sur … twitter. La ministre de la Transition écologique et solidaire y « conseillait » de « plutôt » aller à pied pour l’heure d’activité physique quotidienne… un conseil dont on cherche toujours le fondement.

La communication défaillante des ministères est très bien racontée sur le blog d’Eléonore de Vulpillières le 27 mars. L’interdiction du vélo n’existe tout simplement pas, « La seule explication valable à cette curieuse interdiction ne peut à mon sens [que] provenir d’une envie manifeste d’emmerder les gens. » Mais allez lire ce billet, c’est très instructif. 

Finalement le site gouvernemental Coronavirus nous donne toutes les informations en clair sur les déplacements autorisés, et ne parle pas du vélo … car il n’y a aucune raison de le faire1. L’attestation de déplacement dérogatoire non plus. Elle ne nomme aucun véhicule. 

Les « informations » illustrées diffusées par le ministère des Sports, par celui de l’Intérieur, ou par la police, ne sont que des interprétations fautives de cette règle. Elle illustrent bien l’état de leur opinion, et le désordre ambiant. Rien de plus. 

En résumé, ce qui est interdit c’est le sport cycliste en groupe, parce que on peut sortir une heure par jour (quand on est à la maison) pour de l’activité physique, à condition d’être seul ET dans un rayon de 1 km de son domicile.
Donc le vélo est autorisé pour se déplacer ou faire un peu d’actIvité physique.
Le vélo n’est pas plus interdit que l’auto, la course à pied ou le bus.
Les limites portent sur distance, taille du groupe, motif et durée, pas sur le moyen utilisé.

Attention, ne négligez pas de vous méfier : Attention le vélo n’est plus autorisé pour «faire de l’exercice» (article 02bis, du 7 avril). Article modifié le 9 avril pour devenir Alors comme ça, le vélo ne serait plus autorisé pour «faire de l’exercice»?

On a aussi beaucoup raconté que chez les Allemands c’était l’inverse, le vélo n’y est pas « pas interdit », il y est recommandé. En voici un écho (avec un titre qui dit le contraire de ce que l’article raconte) donné par Libération le 27 mars :

Les Allemands ont-ils encore le droit de faire du vélo librement ?

En Allemagne, la pratique individuelle du vélo est toujours autorisée et même encouragée par le ministre de la Santé.

Quant à la Belgique, le ministre de l’Intérieur trouvait notre kilomètre « plus strict que nécessaire », mais ne savait pas trop quelle serait la distance convenable (article de Ouest-France du 30 mars, également cité plus bas : Pour aller au travail, faire ses courses… C’est le transport idéal pour respecter la distance sociale.). Il a trouvé, il n’y en a pas. C’est la rtbf qui nous le dit le 4 avril : Bougez, faites du sport ! C’est le message du gouvernement. Pour les cyclistes et cyclotouristes, pas de limite de kilométrage donc. A condition de respecter quelques conditions : rouler seul ou à deux sans s’arrêter, en respectant les distances de sécurité (5 mètres recommandés entre les cyclistes), avec un départ et une arrivée au domicile. Ils espèrent ne pas vivre « un scénario à la française » ! 

Mais cela ne règle pas tout… Avant de passer aux axes cyclables fermés, je voudrais m’interroger. Y a-t-il quelqu’un au cabinet de quelque ministre français qui soit capable de parler correctement du vélo ? Y a-t-il quelqu’un qui pratique un peu le vélo ou la marche, quelqu’un qui donc sache réfléchir aux questions complexes avant d’en parler ?
Pour simple information … le ministre de la Justice des Pays-Bas a été photographié en train de se rendre compte par lui-même de comment les choses se passent. A vélo, était-il besoin de le préciser ? Un vieux clou tout moche, avec un panier en plastique devant. Un vélo, quoi ! J’ajoute qu’on peut douter qu’ils ferment les axes cyclables, eux ! 

Axes cyclables fermés  

De nombreuses pistes cyclables ou voies vertes ont été fermées, un peu partout en France, sans égard pour le fait qu’elles ne sont jamais seulement des espaces de loisirs (on veut lutter contre la promiscuité de type vacances) mais aussi des axes pour le déplacement. C’est le cas à l’Île de Ré comme au cap Ferret, Orléans et St-Jean-de-Braye (quais de la Loire), sur les ports de la Seine à Paris (« parc des bords de Seine », port de Javel…) ou sur la coulée verte du sud parisien. « Tous les lieux publics (parcs, jardins, pistes cyclables et piétonnes…) de la région [de Lyon] sont désormais interdits au public. Les berges du Rhône ont notamment été fermées. » On a signalé également que la piste a été fermée à Souffelweyersheim (le long du canal au nord de Strasbourg), le long du canal Saint-Martin au nord de Rennes, comme sur la promenade des Anglais à Nice
Seul témoignage favorable à ce jour, le cas de la Haute-Garonne, où la gestion est bien meilleure.

Et pourtant, à Toulouse

Le préfet de la Haute-Garonne a fait comme tout le monde, il a interdit l’accès aux espaces de loisir. Mais il faut toujours lire jusqu’au bout !!! Suite aux interventions de l’association Deux pieds Deux roues (2p2r), il a autorisé les berges pour les trajets entre domicile et lieux de travail : 

Et certes les routes sont presque désertes, à Nantes, Orléans ou Paris, comme on le voit sur les photos qui sont diffusées (Le journal Le Parisien publie ce 1er avril une série de photos avant-après à Paris qu’il qualifie à juste raison d’époustouflantes), mais la vitesse des véhicules qui restent frôle l’inconscience totale… En l’absence de pistes dédiées il faudrait plutôt créer des pistes cyclables temporaires, comme à Bogota, Mexico, New York, Philadelphie… ainsi que rapporté par le journal Medium, signalé par Mathieu Chassignet, de l’ADEME, Ouest-France, du 30 mars ou Les Echos le même jour, ce dernier précisant que l’objectif est de garantir la distanciation sociale pour les déplacements.

et au Québec …

Pas mieux au Québec. Ils hésitent à procéder à l’ouverture précoce des pistes cyclables, ne connaissant pas encore l’avis du directeur de la Santé publique.

Dans la série :
Crise sanitaire : Les pompes à essence et les bécaniciens restent ouverts
01 La semaine d’avant on ne parle que d’environnement / Confinement / Arrêtés de couvre-feu
02-bis Le vélo n’est plus autorisé pour «faire de l’exercice»
03 Guerre ? Non, crise environnementale
04 Crise sanitaire
06 Ça repart ???

Note

  1. Le site du gouvernement est clair… et pourtant le journal Le Parisien publie encore le 4 avril un visuel montrant le vélo interdit si c’est « pour se dépenser ». Nous n’en finirons pas, et d’ailleurs La Voix du Nord en fait autant le même jour. Il donne sa source, le site « coronavirus » où cela n’est pas mentionné, et s’appuie sur l’autorité de la FFC !!! Mais comme la Fub dit la même chose … il n’y a plus qu’à … s’appuyer sur les textes !
Print Friendly, PDF & Email

17 réflexions au sujet de “15 jours en France vus de mon bureau – 02 – Bécaniciens, rouler à vélo”

  1. « En résumé, ce qui est interdit c’est le sport cycliste »
    Toujours pas : Article 3 – 5 Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie ; »

    Répondre
  2. Le décret ne mentionne aucun mode de (tran)sport, quel qu’il soit.
    Il n’y a donc aucune raison d’affirmer, comme l’a fait le Ministère de l’Intérieur ou Elisabeth Borne que le vélo sportif était interdit (pour le premier) et qu’il valait mieux faire du jogging que du vélo (pour la seconde). Ni qu’il serait interdit de faire ses courses ou d’aller au travail à vélo.
    La seule contrainte pour l’exercice physique : 1h/1km autour de chez soi, et seul.
    On peut donc tout à fait rouler à vélo pendant une heure dans un rayon d’1km autour de chez soi.
    … ou aller faire ses courses « de première nécessité » aussi loin et aussi longtemps qu’on le souhaite.

    Répondre
    • Na na nere. Et jouer au ptit français individualiste non plus, c’est pas interdit. Tâchez de ne contaminer personne, c’est tout ce qu’on vous demande.

      Répondre
  3. Il n’y a aucune interdiction du vélo, ni pour déplacement ni pour sport. Le fait que dans le dernier cas il faut rester dans un rayon d’un km, cela laisse quand même un terrain de jeu de 3.14km2 et d’une circonférence de 6.3 km.

    Répondre
  4. Sur la site du gouvernement à la rubrique question/réponse, celle-ci, en ligne le 3 mars, a disparu…
    « La pratique du vélo est-elle interdite ? La pratique du vélo est autorisée comme moyen de déplacement pour aller au travail ou faire ses courses. En revanche, elle est interdite dans le cadre des loisirs et de l’activité physique individuelle. A l’exception des promenades pour aérer les enfants où il est toléré que les enfants soient à vélo ou trottinette, si l’adulte accompagnant est à pied. » Il n’est plus du tout question de vélo…

    Répondre
  5. C’est le résultat d’une pagaille générale où personne ne sait rien, et en parallèle affirme qu’il sait ! La donnée de base est un virus qui un jour ne nécessite pas le port du masque puis le rend ensuite nécessaire. C’est une transmission à 1 m, qui ensuite peut passer dans l’air. Ce sont des statistiques qui depuis le début ne mentionnaient pas les cas dans les ehpad (15 000 cas « oubliés », une paille…)
    Alors, dans ce fatras, l’usage du vélo ne fait, très « logiquement », que suivre le niveau de compétences et d’affirmations de nos autoritaires façades des institutions… Qui vivra verra…

    Répondre
  6. Au départ c’était interdit. C’est déjà beaucoup et important que nos autorités s’aperçoivent que le vélo est autre chose que du sport ou un loisir mais que c’est un moyen de déplacement utile pour aller travailler et qui présente beaucoup d’avantages. Pas besoin de texte pour exposer ce bon sens. C’est dans la tête que ça se passe! Arrêtons de chercher comment on peut contourner ça, ne revenons pas en arrière !

    Répondre
  7. Oui, effectivement, il y a 4 jours, j’avais posté sur le Facebook de Roule & Co la vidéo d’Elisabeth Borne et sa phrase très floue « Pour l’activité physique, préférez le jogging », sans dire si le vélo était autorisé ou interdit. A l’époque, il y a 4 jours, en fouillant sur le site du gouvernement https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus, on trouvait effectivement que le vélo était interdit pour l’heure d’activité physique, même à 1km de chez soi, que le vélo était seulement autorisé pour faire les courses et aller travailler .. Et en regardant ce soir, sur le même site, je ne vois plus cette information !

    Répondre
  8. Le texte du décret dit explicitement :
    Article 3 – 5 Déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.»
    Il n’appartient ni à la ministre des Transports, ni au Ministre de l’Intérieur, ni à un membre du gouvernement de juger de la légalité d’un décret, cette compétence n’appartient qu’au seul juge administratif qui ne peut juger que sur le texte, tout le texte et rien que le texte… Dont acte !

    Répondre
  9. A un moment donné, j’ai perçu dans la communication officielle que l’utilisation du vélo pouvait aussi ajouter à la charge des urgences hospitalières, des accidentés relevant d’une traumatologie généralement grave du fait de la vulnérabilité des cyclistes. Ce serait une des raisons pour chercher à en réduire l’utilisation. Bien entendu cela n’éclaircit pas le débat sur le sujet. A votre avis.

    Répondre
    • En effet, car la plupart des accidents graves se produisent le dimanche matin, moment privilégié par les groupes de cyclo-sportifs. Ceci étant, la cause n’est pas leur vulnérabilité mais plutôt la dangerosité de leur comportement en groupe ainsi que, comme dans tous les cas, la dangerosité des véhicules à moteur.

      Répondre
  10. J’ajoute qu’on peut douter [que les Pays-Bas] ferment les axes cyclables, eux ! » : C’est sûr et les Néerlandais se ruent sur les statistiques de fréquentation des axes cyclables pour savoir où il est préférable de diriger ses roues pour respecter les règles de distanciation physique.
    Voici ce qu’écrit le Fietsersbond sur son site : « Sur notre site, nous constatons que de nombreuses personnes recherchent la « piste cyclable la plus fréquentée ». Vraisemblablement pour éviter cette piste cyclable. Vous trouverez ici une liste des pistes cyclables les plus fréquentées des Pays-Bas. »
    Voir aussi ma traduction du témoignage de Mark Wagenbuur en date du 25 mars.

    Répondre
  11. Au Havre aussi la Roue Libre assure des permanences sur RDV pour les personnels indispensables. Elle demande aux cyclistes de présenter leur attestation de circulation signée de leur employeur et de contacter l’association pour prendre rendez-vous avec les mécanos volontaires. La main d’oeuvre est offerte, les pièces sont à prix coutants, grâce à la convention que l’association a avec la Communauté Urbaine Le Havre Seine Métropole.

    Répondre
  12. Le texte aurait été plus clair s’il s’en était tenu au temps de pratique autorisé : 1h … sans imposer une distance maxi à savoir 1km du lieu d’habitation ( ce qui n’est qu’ambiguïté !) … chacun aurait compris et marcheurs comme cyclistes y auraient trouvé leur compte.

    Répondre

Laisser un commentaire