Franchir un pont sur la Loire : des ambitions très variables entre Tours et Orléans

Sur la Loire le passage des ponts pose encore souvent problème. La période des aménagements provisoires, et des élections municipales, aura été l’occasion d’avancer, en vrai ou en image.
Tours a tiré la lumière à elle pendant qu’ Orléans attirait les cyclistes. Sur les autres ponts entre ces deux villes les situations sont variées.

Le beau coup politique de Tours

Tours a fait un grand coup, elle a fermé le pont Wilson, central et historique, aux autos. Un tramway au milieu, tout droit de la place Jean-Jaurès à la place de la Tranchée sur environ 4 km. L’axe se poursuit au sud au-delà du Cher par un axe très large et rectiligne sur quelques 6 km, que l’itinéraire de la Loire à vélo emprunte partiellement. 
Le pont n’avait aucun trottoir, la partie côté Est est désormais réservée aux piétons. Et voilà que la voie restante, entrante, à peine 3 mètres de large, est offerte aux cyclistes. Marquages provisoires, barrières aux extrémités, le tour est joué. Un magnifique coup politique, mais les barrières … ça empêche de passer1

J’y suis allée voir, ai trouvé que les raccords n’y étaient pas et que la tranchée, décidément, je n’avais pas le courage d’en grimper la côte rien que pour voir qu’il n’y avait rien à voir de neuf. Cet axe très structurant n’a pas été amélioré et les cyclistes continuent à naviguer entre les obstacles. Au sud, quelques corona-améliorations ont été réalisées, notamment sur l’avenue de Grammont, mais entre les deux il y a la rue Nationale, pratiquement interdite aux cyclistes. Au total ça passe pas si mal et plutôt mieux que d’habitude. D’accord, mais avec le pont Tours n’a fait qu’un petit morceau, isolé et spectaculaire.

Tours : La montée de laTranchée n’a pas été modifiée, elle est restée aussi difficile qu’avant (au fond à droite)

Le soin d’Orléans

Et puis me voilà à Orléans quelques jours plus tard. Le pont central et historique s’appelle le pont George-V. Au nord l’axe se poursuit jusqu’à la gare (1 km), et au sud jusqu’à Olivet (4 km) puis la forêt… Et là que vois-je ? des cyclistes, des cyclistes, des cyclistes tout le temps. Selon une configuration proche de celle de Tours, nous avons une voie d’un côté transformée en voie à double-sens pour les cyclistes et de l’autre côté une voie automobile (que n’a pas Tours) et un trottoir. Jeanne me dit : Nous l’attendions depuis si longtemps !2 C’était le noeud de la campagne des municipales, me dit aussi un écologiste rencontré à l’entrée du pont. En fait il y a eu sur-enchère entre candidats. 

La différence est spectaculaire et ne se limite pas aux ponts

A Tours l’axe donné aux vélos semble l’avoir été pour la carte postale, et n’est raccordé à rien, ni d’un côté ni de l’autre. Dans son axe la rue Nationale, très commerçante, est piétonne, et les cyclistes doivent se débrouiller avec un contre-sens dans une rue parallèle pour rejoindre la gare.

A Orléans
l’axe se poursuit jusqu’à la gare par la mise à double-sens cycliste d’une voie entière. 

A Tours on a aussi créé quelques pistes expérimentales sans les intégrer à des itinéraires, comme si c’était « juste pour voir ». Celui de la rue des Tanneurs, à gauche de la circulation (de part et d’autre d’un terre-plein central) est haché de rond-points avec des arrivées d’automobiles partout. J’ai d’abord cru qu’il fallait aller tout droit dans le rond-point !!! en plein embouteillage du soir … dans tous les cas les autos nous coupent la route.

A Orléans les pistes provisoires expérimentent des axes utiles à des endroits aux quels on pense depuis longtemps sans se décider. Par exemple la trémie devant la gare et sur une partie des boulevards. On y avait mis des logos de vélo, pour inviter les cyclistes à passer, sans oser vraiment faire autre chose. Aujourd’hui on leur donne une vraie voie. Les dysfonctionnement sont vus et induisent des rectificatifs3.
Les trois ponts sont aménagés confortablement pour les cyclistes, accès compris désormais. (Photo plus bas pour le 3ème)

Et cela saute aux yeux. A Tours il y a des cyclistes sur le pont, mais on se plaît à songer à Bordeaux4. A Orléans il y a foule de cyclistes, et pas que sur le pont, tout l’axe est concerné. Dans l’une on a fait pour l’image, dans l’autre on a fait pour avancer. La première a eu les projecteurs tandis que la seconde a eu un succès immédiat. 

Orléans : les trois ponts sont aménagés, et accessibles. Ici le pont René-Thinat, à l’est, qui va vers Orléans-La Source

En 2020 Tours a élu un maire écologiste, Emmanuel Denis, contre le maire sortant de droite, Christophe Bouchet. 
Orléans a réélu son ancien maire de droite Serge Grouard pour la 4ème fois5. Il l’a emporté après avoir combattu son dauphin Olivier Carré (qui lui avait succédé en 2015 après qu’il eut démissionné).

La vraie différence entre les deux villes, c’est que dans l’une, outre la surenchère politique, la question était sur la place publique depuis longtemps, était bien connue du public, les dossiers bien travaillés, ET que le personnel technique était très motivé par le sujet, « notamment le directeur de la mobilité à la métropole », selon mon informateur6.

La différence, c’est aussi, tout simplement, que d’un côté il y a une réalisation prestigieuse et ponctuelle et de l’autre des réalisations intégrées dans des itinéraires. C’est aussi simple que cela. Le cycliste ne fait pas 100 mètres mais plutôt 5 km ! 

Qu’en est-il des autres ponts sur la Loire entre ces deux villes ? 

Beaugency et Meung ne font rien. Il n’y a pas d’autre pont à proximité.

Mer a élargi les trottoirs de son pont juste en les élargissant chacun de 2 fois 10 cm ce qui change tout et est parfait. Sa gare est très appréciée, mais elle est à l’autre bout de la ville.

 

Blois a sur son accès ouest un pont inauguré en 1994, et au centre le pont historique Jacques-Gabriel7 La liaison entre les deux ponts se fait désormais par le bord de la Loire, selon les voeux de l’écologiste Catherine Fourmond qui avait beaucoup oeuvré en ce sens. (Pour l’historique des aménagements cyclables voir dans Bougez autrement à Blois).

Et à Saint-Hilaire – Saint Memin, à l’ouest d’Orléans, ça n’avance pas : La ville propose un alternat au milieu et deux bandes permanentes pour les vélos. En face on croit que ce sera dangereux. (La République du Centre, 20 septembre 2020).

De cet échantillon je retiens que les uns font ce qu’ils doivent, et avec soin, que d’autres le font plus pour le journal télévisé que pour la réalité quotidienne, et qu’enfin les derniers n’ont peut-être même pas vu qu’il y avait plein de cyclistes. A ces derniers on souhaite que la faucheuse ne danse pas trop sur leur pont, et que les cyclistes fassent plus qu’y passer …  Je souligne aussi qu’il est difficile de départager en fonction de l’appartenance politique. 

Notes – Sur Orléans, sur Bordeaux et sur les équipes aux manettes.

  1. L’ambition n’est peut-être pas de faire du pont Wilson un maillon dans des itinéraires, mais seulement un lien entre deux rives, et un lieu de loisirs. C’est en tous cas la proposition de deux architectes dont parle La Nouvelle République le 5 octobre 2020.
  2. Jeanne nous raconte très bien la transformation de l’axe royal d’Orléans: Jeanne à vélo, 23 mai 2020 et comment la décision fut prise, le 16 mai.
  3. Photos avant et après très instructives chez Jeanne à vélo, encore ! Une saison en jaune : quand le provisoire dure. On y voit certains des ajustements qui ont été faits.
  4. Voir ici le discours par lequel Juppé ferma les deux côtés du pont de Pierre au trafic motorisé.
  5. L’ancien maire Olivier Carré a longuement tourné autour du pot, comme le raconte encore Jeanne à vélo.
  6. C’est une règle observée souvent, les bonnes politiques ne se font que si il y a un bon tandem, élu et directeur, qui se respectent et travaillent en symbiose et avec compétence. Je l’ai observé plusieurs fois dans le passé comme aujourd’hui.
  7. Une passerelle, en amont de Blois, est en cours d’étude (voir la Nouvelle République du 17 avril 2020). Encore un héritage de l’action de Catherine.
Print Friendly, PDF & Email

8 réflexions au sujet de “Franchir un pont sur la Loire : des ambitions très variables entre Tours et Orléans”

  1. Bonjour Isabelle, sauf incompréhension de ma part, vous illustrez le paragraphe de Blois avec des photos du pont de l’Europe à Orléans.
    A Orléans, il y a un 4ème pont (le pont Joffre sur lequel passe la RD2020) qui n’est pas aménagé. Il est situé entre le pont de l’Europe et le pont George V.

    Répondre
  2. Bonjour, merci pour le reportage. Attention à la légende « Blois, accès et franchissement… » les 2 photos sont celles du pont de l’Europe, dont le trottoir partagé possède un revêtement fort malvieillissant et clafit de cloques. JPB

    Répondre
  3. Voici un article de 2014, pour compléter tes observations et tes analyses : Loire à vélo: de rive à rive (1/3) d’Orléans à Saumur
    Pour le pont De Gaulle, voici déjà dix liens vers des articles pour compléter ton point de vue.
    Pour le reste, pour retrouver les articles, il te suffira d’insérer un seul mot clé, en haut à droite, dans le moteur de recherche, pour trouver d’autres références. En mettant le mot « pont » tu vas trouver de quoi alimenter tes observations.

    Répondre
    • Un petit tour dans ces textes et photos nous fait voir que le pont Jacques-Gabriel n’avait autre fois même pas de trottoirs, et que les deux ponts avaient fini par être dotés de bandes cyclables très étroites. Que de progrès !

      Répondre

Laisser un commentaire