Une deuxième chance pour le vélo en Ile-de-France

Le Front de Gauche d’Ile-de-France remonte au créneau concernant le financement du plan vélo de la région capitale. Il proposera mercredi un amendement au projet de budget de la région d’Ile-de-France. Le débat : transcription des prises de parole sur le vélo (6 avril).

Après le relatif échec au Syndicat des Transports parisiens, Jacques Baudrier1 ne désarme pas. Un nouvel amendement a été déposé, cette fois sur le vote du budget régional, pour mercredi 6 avril.

L’amendement du Front de Gauche consiste à proposer la mobilisation, en les augmentant, de recettes fiscales déjà existantes, créées fin 2014 pour le financement des transports collectifs en Ile-de-France et qui rapportent 800 millions d’euros par an. C’est la taxe sur les parkings de bureaux et d’hyper-marchés qui est visée. Cette augmentation permettrait de mobiliser 100 millions d’euros (ce qui est faible au regard des 800 millions des TC) à attribuer au STIF, lesquels lui permettrait d’en emprunter autant. 
Ce système garantirait donc une recette de 200 millions par an pour le vélo, alors que pour l’heure la région n’en dépense que 10, ce qui est très insuffisant, mais ça c’est facile à deviner.

Un mécanisme et un principe fiscal déjà éprouvés
Il s’agit du même mécanisme que celui qui est utilisé pour la société du Grand Paris, mais ici la taxe ne s’appliquerait que sur Paris et les Hauts-de-Seine, les deux zones de loin les plus riches de la région, afin de ne pas pénaliser le rééquilibrage des emplois vers l’est (précaution d’ailleurs elle-même favorable à l’utilisation du vélo). Jacques Baudrier pense que la région d’Ile-de-France ne peut pas, réalistement, augmenter les taxes qu’elle perçoit.

La région Ile-de-France mûre pour s’attaquer à la question du vélo
En juin prochain la Région doit passer un « rapport cadre vélo ». L’idée du groupe Front de gauche avec cet amendement est de poser un jalon majeur dans cette perspective. C’est aussi un moyen de poser très fort la question du vélo. Car si le schéma directeur est déjà fait (le PDUIdF), si l’argent est indispensable, rien ne garantit que les départements ou agglos demanderont ces financements, et, surtout, rien ne garantit que les réalisations seront de qualité, répondront aux enjeux et seront à l’échelle régionale. Ceci est une troisième paire de manches !

Quoi qu’il en soit, rappelons que la présidente de la région s’était montrée intéressée lors du débat au STIF2, et qu’elle a même promis que le vélo serait bientôt à l’ordre du jour.

 

Dans le débat :

6 avril, à partir de 18 h environ –> 19 h 40 :

  • Le vice-président Beaudet (Transports) annonce un Plan vélo en 2016.
  • F. Guillaud (Front de Gauche) regrette absence de budget vélo.
  • Stéphane Beaudet dit qu’au-delà de la route (bouchons etc) ils vont travailler à la révolution des transports, en commençant par écrire des « plans », notamment sur le vélo –> débat politique. Il roule en auto hybride, et parle de décarbonisation.
  • La présidente : explications longues sur tout ce qu’il faut faire pour les transports publics. Puis bouchons, embouteillages, sans tabou. On ne mettra pas un train partout. Plus de sous, cause notamment pass tarif unique, belle idée mais retire toute marge au Stif. La route, pas que « aspirateur à voiture », aussi « chemin décarbonné ».
  • Pierre Serne : à Vincennes (sa ville), demande de budget vélo.
  • Stéphane Beaudet : très attaché au vélo, volontariste. Même budget qu’avant. Les dispositifs vont être revus. Plan vélo sera présenté au 2nd semestre.
  • Muriel Guenoux, Groupe Radical Citoyen Démocrate Ecologiste et apparentés (RCDE) : Ok pour investir dans pistes cyclables. Veut amendement pour aussi aide à achat des vélos et vélo-écoles etc.
  • St. Beaudet : rejet car mettre dans Plan vélo.

Suivre le débat en direct : sur le site de région.
En conclusion : L’Île de France aura son Plan vélo. Annoncé par son vice-président aux transports lors du débat budgétaire de ce soir, il devrait se caler sur le Plan de déplacements et d’urbanisme, dans lequel figure déjà un plan vélo. Il faudra maintenant trouver les mécanismes permettant de le mettre en oeuvre efficacement. L’évolution depuis l’élection est importante, car au départ le mot vélo n’était pas prononcé. La pression exercée, dépôt d’amendements, relais sur les réseaux sociaux… aura favorisé cette évolution.

—Notes—

  1. Vous pouvez écouter J. Baudrier dans l’émission Roue-libre de ce samedi 2 avril.
  2. Sur le débat au STIF, lire notre article En Ile-de-France les transports en commun pourraient financer le vélo. Le titre n’a pas perdu son actualité avec le débat de mercredi, et, depuis, j’y ai ajouté la liste des livres de chevet de M. Baudrier…
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire