Demain, les vélo-écoles vont parader

journee_veLes vélo-écoles de France sont de natures variées, mais toutes sont indispensables. A l’occasion de la journée nationale des vélo-écoles, demain, la FUB et ses partenaires font le point et présentent les prévisions pour le 16 septembre : 28 activités réparties sur le territoire, autant de sources d’inspiration. Ajout d’une infographie le 16.

Leurs origines, leurs noms et leurs ambitions diffèrent

  • Les moniteurs cyclistes français (MCF) viennent du VTT de montagne et se sont diversifiés vers le public urbain, tout en gardant souvent une tonalité sportive : BMX, fixie, sorties et balades … Ils ont un diplôme d’Etat et travaillent soit dans leurs propres écoles soit dans des structures existantes (MJC etc.).
  • Les écoles cyclo de la FFCT s’occupent surtout de maniabilité ou de dosage de l’effort, premiers secours, mécanique de base, et se trouvent au sein des clubs locaux.
  • La FUB fédère à ce jour 70 vélo-écoles qui forment 18 000 personnes chaque année. Il en faudrait 3 fois plus.

La FUB et ses partenaires coordonnent deux nouvelles filières de formation, mises en place depuis 2 ans, qui visent les associations de cyclistes urbains.
Le CQP, certificat de qualification professionnelle, s’obtient en 150 heures et la compétence acquise rend les titulaires très efficaces, avec un gros gain de temps à la clé. L’armée des bénévoles associatifs dispose quant à elle de la formation d’initiateur à la mobilité à vélo, dispensée en 24 heures étalées sur 3 fois une journée. Ils font un excellent travail lié à leur passion, tout en ne pouvant prétendre à rémunération personnelle. Les vélo-écoles sont donc représentées par de multiples acteurs de la mobilité, réunis au sein de l’Instance de coordination pour l’Apprentissage de la mobilité à vélo.

Des besoins très importants
Il est clair que quelques soient les formations et les noms de structures, tout le monde est utile tant l’incapacité à rouler à vélo est devenue grande. Il est aussi important de le dire publiquement, afin que tous en prennent conscience. Il est de notoriété publique que ce sont les femmes immigrées qui remplissent les vélo-écoles. Encore faut-il qu’elles osent y aller, et pour cela il faut qu’elles se sentent « normalejournee_ves ». Mais nous avons aussi toute une génération qui n’a pas appris à aller à vélo, et d’ailleurs la moyenne d’âge des stagiaires est de 44 ans.
Olivier Schneider, président de la FUB, et Sylvie Banoun, coordonatrice interministérielle, font le même rêve : la capacité à se déplacer seul à vélo devrait faire partie des acquis de la fin de l’école primaire, quel que soit le moyen d’y parvenir.
Aujourd’hui 55% des stagiaires sont en recherche d’emploi, 13% sont des hommes.

Les résultats sont visibles
Les 3/4 des stagiaires ne faisaient pas de vélo avant. Après, 46% abandonnent l’usage quotidien de l’automobile, 24% libèrent de la place dans les transports publics, 14% arrêtent de parcourir à pied de longues distances pour aller travailler. Sans compter que tous retrouvent une activité physique régulière et qu’ils font économiser à tous du CO2.

Des enjeux nombreux
Personne ne sous-estime le problème des obstacles physiques dans l’espace, que le chercheur Frédéric Héran a baptisé « coupures urbaines » (voies rapides, passages dénivelés, voies ferrées, voies d’eau …), mais Sylvie Banoun ajoute qu’il y en a un autre. Il faut que chacun ose prendre sa place dans l’espace public.
Les enjeux relèvent de l’égalité face à la mobilité, de l’intégration, de l’accès aux services, de la découverte du monde… Ils devraient aussi figurer dans la loi sur la transition énergétique. Pour Sylvie Banoun, c’est bien l’Etat qui a favorisé l’envahissement automobile en ne raisonnant qu’en termes de flux.

velo-ecoles

vignette-image

Cliquez sur l’image pour faire apparaître la carte inter-active
des activités préparées par les vélo-écoles pour le 16 septembre 2016.

Présentation des vélo-écoles de la FUB.
Liste des vélo-écoles de la FUB : reseau_velo_ecoles_2016

 

Instance de coordination pour l’Apprentissage de la mobilité à vélo
Fub, fédération des usagers de la bicyclette
FFCT, fédération française de cyclotourisme
Moniteurs cyclistes français
Club des villes et territoires cyclables

 

Bonus : 
Vannes. Ouverture d’une vélo-école pour les adultes. Ouest-France, 14 septembre. Sous la responsabilité d’un ancien président de la FUB.

Print Friendly, PDF & Email

6 réflexions au sujet de “Demain, les vélo-écoles vont parader”

  1. Ce concept « d’oser prendre sa place dans l’espace public » au propre et au figuré, qu’on entend régulièrement dans les cercles militants, est vraiment à bannir. Les cyclistes n’ont pas à « prendre » leur place, c’est aux pouvoirs publics de la leur donner!

  2. Par expérience et suite à un accident à vélo, je tire la conclusion qu’il faut s’imposer au lieu de vouloir se faire tout petit vis à vis de certains automobilistes. Il m’arrive d’entendre que les vélos n’ont rien à faire sur les routes.

  3. Il m’arrive parfois de vouloir me rendre utile dans le domaine du vélo. En cherchant un peu plus loin je constate que même en tant que bénévole je suis obligé de passer une accréditation, qui plus est payante. Pas facile de transmettre, sauf peut-être à mes proches s’ils ne me réclament pas de diplômes.

Laisser un commentaire