P’tit vélo s’en va renifler les coups tordus, un p’tit roman qui vous fait dérailler

Ce n’est pas facile de vous parler de ce rigolo bouquin car il ne parle pas de vélo. Pourtant il y en a partout… 

et l’auteur tient visiblement à le faire savoir. Dans peu de temps il n’y aura plus besoin, comme dans Les parapluie de Cherbourg où tout le monde est à vélo et où personne ne le remarque. Ici le principal héros est un drôle de type qui bosse chez Penault, et l’histoire à gros rebondissements tient du roman policier. 

On passe allègrement de Lille à Gand, de Mouscron aux eaux de la Deûle, et ça rôde fort du côté de la Citadelle. Le méchant n’a pas de vélo, le patron du bar a un grand bi, et puis je m’y perd. Pourtant comme dans toutes les vraies histoires tout est presque vrai. La preuve, on croise Tronchet, Daubresse, Martine et l’ADAV, et le héros lit Héran. Il y a des enlèvements, des séquestrations, des agents doubles vraiment doublees, et tout se termine en mariage à Joinville-le-Pont. Attention quand même, Barjavel rôde et c’est dire si l’époque est décadente.

D’ailleurs tout s’écroule, ne subsiste que la dépendance au smartphone, note l’auteur.

Ce petit bouquin se lit vite et bien, il est haletant et plein de chausses-trappes, je m’y suis perdue et ce n’est pas très grave. L’apothéose vous attend, un bébé est en route, le père sera le parrain, et on a bien rigolé. Voici un livre qui pourrait louper le prix Goncourt mais qui se lit avec décontraction. Ça fait du bien, et puis tous les gentils, même ceux où ça ne se voit pas, sont à vélo. Jean-Baptiste a bien dû s’amuser à écrire son texte, il m’a un peu forcé la main, mais j’ai enfin compris que le p’tit vélo c’était un café au 4 de la rue Kaversteeg, proche de la mecque du papier marbré, et qu’il était tenu par Lieven De Vos. Je serais que vous j’irais quand même y voir pourquoi il a été tué. 

 

P’tit vélo
Jean-Baptiste De Gandt
Le Lys Bleu éditions
Décembre 2021
20,50 €

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « P’tit vélo s’en va renifler les coups tordus, un p’tit roman qui vous fait dérailler »

Laisser un commentaire