Abel vient d’acquérir un vélo de ville parfait pour son âge

Article

Accueil » Actualités » Matériel » Abel vient d’acquérir un vélo de ville parfait pour son âge

A force d’occuper le terrain du vélo, des piétons et des transports publics, Abel finit par accumuler les années. Mais Abel est cycliste depuis ses 15 ans. Vous n’imaginiez quand même pas qu’il allait renoncer ? 

Seulement, depuis l’époque où il allait à vélo au lycée, au coeur de Paris, loin de sa banlieue, il a pris de l’âge et commence à avoir des problèmes d’équilibre. Il était donc à la recherche de son prochain vélo, qui ne pouvait plus être un vélo droit classique.

Il voulait un vélo « de vieux », c’est-à-dire surtout un vélo avec lequel il ne pourrait pas tomber. Il se voyait déjà pompeusement installé sur un tricycle, et ses amis le voyaient d’avance en gravure des années 1900. Tout le monde l’aurait arrêté dans la rue, il aurait été célèbre …

En région parisienne, puisque Abel est Parisien, il trouve une adresse en Eure-et-Loir, hors de la région mais de peu. Il s’y rend en train + 1/2 heure de marche, ce qui ne l’effraye pas. En revanche l’accueil est très mauvais, deux blanc-becs qui lui auraient aussi bien refilé une machine à laver ou n’importe quelle arnaque. Demi-tour, salut. C’était le 20 juillet 2023, l’aventure commençait.

Inquiet de ne pas trouver d’autre adresse en France du nord Abel se tourne vers l’Allemagne et y passe trois journées, du 25 au 27 juillet, pour deux petites villes dans la frange ouest proche de Strasbourg, les deux adresses étant en lointaine zone industrielle. Train de Paris + train local + bus + marche par grand route et chemin de terre, tout est plus simple quand on sait lire les horaires des transports et utiliser les applications d’itinéraires, et qu’on est bon marcheur !

Il a rendez-vous d’abord avec un représentant des marques Draisin et Van Raam, puis avec un représentant exclusif de Draisin. Très bien reçu aux deux adresses il est écouté et guidé avec patience et professionnalisme dans ses essais. L’attention ira même jusqu’à lui recommander un merveilleux restaurant, et l’y conduire ! Seulement Abel persiste dans son erreur, il ne demande à voir que des tricycles. 

Le lendemain de son retour d’Allemagne Abel reçoit un appel téléphonique de Camille Péchoux, spécialiste des vélos adaptés à Praxie design, qui l’alerte : pas de tricycle pour toi, Abel, c’est un vélo bas qu’il te faut! 

Notre ami découvre alors une seconde adresse francilienne, en Essonne cette fois, donc accessible avec son abonnement aux transports franciliens. RER + bus + longue marche, il s’y rend le 21 août. L’accueil fut professionnel et aimable, mais le vélo bas repéré n’est pas disponible au magasin, le patron étant à peine rentré de ses vacances. On verra plus tard, dit-il. 

On ne vit rien du tout, car Abel trouva une cinquième adresse, qui fut la bonne. La visite eut lieu le 27 août, la commande signée dans la foulée et le tout connut son aboutissement le 26 novembre. J’ajoute qu’à ce moment Abel avait en plus réalisé qu’un tricycle ça n’est pas pratique du tout. On ne peut pas le pousser (on se cogne dans la roue arrière), il ne rentrerait pas dans un train, il prend beaucoup de place, et il est lourd … 

La distance acceptable ce fut finalement Caen. 2 heures de train depuis la gare Saint-Lazare + tram + bus + marche, c’était un bon compromis … et le revendeur bien plus qu’acceptable.

Roulez jeunesse n’est pas un magasin, c’est plutôt un local de stockage en zone industrielle, pour de la location et de la vente, mais immédiatement tout roula comme sur des roulettes. 

D’abord l’essai du vélo fut fait sous la forme d’une location. On ne pouvait rêver mieux. Le dimanche 27 août 2023 Abel a ainsi testé pour de vrai le vélo (sans batterie), avec lequel il prit tout son temps pour descendre jusqu’à la gare, en passant par voies vertes, chemins caillouteux, petites rues, pistes cyclables … Demi-journée décisive, car l’engin était celui qu’il voulait voir et qui s’avéra être exactement celui qu’il recherchait. L’accompagnement du patron fut exemplaire. Jérome est même descendu récupérer les deux vélos loués (dont un classique pour moi, car cette histoire m’intéressait au plus haut point) à la gare, en camionnette, alors même que nous étions un dimanche. Ensuite le devis fut parfaitement conforme aux souhaits du client, frein par rétropédalage, rétroviseur, sacoches, antivol, et compteur !!! Les délais ont été respectés et il n’y eut aucune réticence à ce que la prise de possession mobilise encore un autre dimanche. 

Depuis le dimanche 26 novembre 2023 Abel est donc l’heureux possesseur d’un vélo Balance, de la société Van Raam. C’est un vélo dont la tige de selle est fortement inclinée vers l’arrière, et aussi un peu le tube de direction, et dont le cadre est très ouvert afin d’être enjambé sans que la jambe n’ait besoin de faire des acrobaties. 8 vitesses, un écartement selle – pédale tout à fait normal (de la longueur de la jambe très légèrement fléchie avec l’avant du pied sur la pédale, comme on a dû vous l’apprendre), Abel a immédiatement retrouvé sa vraie vie à vélo. Enorme soulagement ! En cas de frayeur, hop, les deux pieds sont sur le sol, et le reste du temps le Balance est un vélo.

Maintenant reste à faire connaître ce vélo afin que les gens qui commencent à avoir la trouille sur leur grand vélo puissent l’essayer puis l’acheter, ce qui sera plus facile lorsque la demande s’exprimera et incitera les revendeurs à s’intéresser à ce type de vélo.

Un très grand merci à Jérome, le patron de Roulez Jeunesse à Caen ! 
Voir aussi son article sur cet article.

Le prix. C’est cher, de l’ordre de ce que coûte un bon vélo à moteur ou un vélo-cargo, et nettement moins qu’un vélo sur mesures ou un vélo de coureur professionnel. En gros, seules les grandes séries, fabriquées sur des lignes très automatisées, permettent de casser les prix. Ce n’est pas le cas ici.

Les aides. Il y en a encore peu pour les vélos « spéciaux », alors que c’est leurs acheteurs qui en auraient le plus besoin. Une vieillesse active est une vieillesse en bonne santé. Aider les vieux à s’équiper d’un vélo adapté pourrait donc être très « rentable » pour la sécurité sociale. Pour Abel la ténacité dont il a fait preuve risque de ne jamais être récompensée.

Même en considérant que le nouveau vélo d’Abel est un simple vélo, la prime de l’Etat est de 150 € maximum et celle de la Ville de Paris de 100€, ou jusqu’à 900 € à condition d’être titulaire d’une carte d’handicapé. Celle de la Région Ile-de-France a aussi une option « vélo adapté » qui monte à 1200 €, mais il faut prouver que l’on ne peut pas utiliser un vélo classique. En clair il faut que l’engin soit prescrit par le médecin.

Le marché. 20% de la population française a plus de 65 ans. C’est donc un marché qui peut être développé.

Les délais. Les vélos Van Raam sont fabriqués dans leur usine néerlandaise. Chaque commande prend sa place dans la queue. Le délai de deux mois et demi qui a été imposé à Abel n’a rien d’anormal. 

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
promeneur
5 mois

Un vélo bas facile à enjamber ? Ça ressemble fichtrement à mon vélo pliant Decathlon Tilt 9.
Ce vélo pliant est muni de roues de 20  » donc il est bas. Le cadre ne présente pas de barre horizontale comme les cadres col de cygne, donc facile à enjamber. Huit vitesses dans le moyeu arrière donc zéro entretien. Avec l’âge on apprécie. Transmission à courroie. zéro entretien. Il coutait 750 € à l’époque en 2015.
Avec ce vélo muni d’un porte-bagage pour grande roue, je fais de la randonnée. Avec ses deux grands paniers métalliques pliants et amovibles ainsi qu’un caddy Andersen, je fais mes courses.
A Paris même, il y a trois Decathlon accessibles en métro. J’ai envie de dire « tout ça pour ça ». Qu’a-t-il de plus ce Vanram ?

Administrateur
En réponse à  promeneur

Van Raam, pas Vanram.
Ce qu’il a de plus, comme indiqué dans l’article, c’est sa tige inclinée, qui permet de poser les pieds par terre à l’arrêt et de redémarrer avec les fesses sur la selle, tout en ayant l’efficacité que permet la jambe allongée comme sur un vélo droit classique.
Et pour l’enjambement bas, le vélo Tilt 900 oblige à passer par-dessus le pédalier, donc trop haut pour moi.
Fausse piste donc.

Daniel
5 mois

Merci pour le reportage (la variété et l’adaptation des types de vélos m’émerveillent), et longue route et chroniques à Abel !

Sam Nantes
5 mois

Longue route à Abel, peu importe la monture, du moment qu’il s’y sent bien. Et merci d’avoir partagé ce sujet intime, votre témoignage servira à d’autres.

Leroy
5 mois

Article très intéressant, ou comment continuer à faire du vélo malgré tout…
Un détail important, selon comment est son appartement, il est préférable de monter son vélo dans son salon.
Et le problème, pour les appartements dotés d’un ascenseur, de la longueur d’un vélo pour pouvoir entrer dans celui ci. Il n’y a jamais d’indications des vendeurs sur la longueur du cycle, à quand des normes pour les constructeurs?

LEJAY Loïc
5 mois

Félicitations Abel, tu es un pionnier ! je pense que ton retour d’expérience nous sera très utile et je serais curieux de tester ce vélo en vélo-école adulte.

Etruin Pierre
5 mois

Il est vrai que le tube de selle très incliné permet de poser les 2 pieds au sol tout en gardant la distance selle / axe de pédalier adaptée à la longueur des jambes du cycliste … Le seul petit problème qui puisse se poser est que le poids du corps est entièrement sur la roue arrière ce qui pourraît entraîner un manque d’adhérence au sol de la roue avant (bascule possible en cas d’obstacle?)… il serait peut-être judicieux de mettre le porte-bagages et les sacoches à l’avant pour pallier au problème.

Picot Bernard
5 mois

Vraiment intéressant l’article sur le vélo d’Abel. C’est une information facile à transmettre. Le prix à payer se devine un peu mais je le préférerai tout cru! C’est essentiel. Bravo Abel et merci Isabelle.

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits