Velo-city à Taipei, drôle de paradis !

chapôVelo-city a eu lieu du 27 février au 1er mars derniers, à Taipei. Impressions mitigées…

La conférence s’est tenue cette année à Taiwan puisque désormais Velo-city reste bi-annuel en Europe, mais s’exporte les autres années hors d’Europe. Cette fois-ci la conférence était couplée avec une dense réunion des « Scientists for Cycling » (la veille) et avec le très grand salon international du vélo de Taipei, les jours suivants. Un billet couplé était d’ailleurs proposé. Une quinzaine de francophones y ont participé.

Au royaume de la motocyclette, vélo-tourisme plus que vélo quotidien
Taiwan est une île, et et les autorités taiwanaises souhaitent convaincre leurs citoyens qu’en faire le tour à vélo en 11 jours est une des trois choses indispensables à faire dans une vie, rapporte Olivier Schneider, président de la FUB. Les autorités clament que le vélo est bon pour la santé, et ce tour est doté de très belles pistes cyclables, notamment le long des rivières, mais pour le quotidien c’est une autre affaire.

tour de l'ile02tour de l'ile

Deux vues du tour de l’île

Nos interlocuteurs ont rapporté que les cyclistes étaient relégués sur des couloirs seulement peints, tracés sur les trottoirs. Il y a à Taipei énormément de motocyclettes légères, une par adulte ! Le système de vélos en libre-service est aussi très utilisé (9 à 10 emprunts par jour), ce qui pallie à la grande longueur des inter-stations du métro. Il semble bien que le ubike (vls) ait pour principale fonction d’éviter qu’il y ait trop de vélos particuliers… Sur une île c’est toujours trop petit.

chapôUne ville à l’américaine, un congrès pour l’export ? 
Concrètement c’est compliqué, car voudraient-ils devenir un paradis du vélo qu’ils devraient passer du scooter au vélo, ce qui rend l’expertise européenne peu utile. Nous c’est l’automobile qu’il a fallu oublier, les scooters sont autrement plus fluides et peu encombrants. Par ailleurs on ressent du stress, mais moins qu’en France. Calme et respect des règles sont de mise, Olivier Schneider a vu très peu d’incivilités.
Finalement la thématique de la modération de la circulation motorisée, et en particulier celle des scooters, mode motorisé majoritaire à Taiwan, n’a pas beaucoup été approfondie, remarque Thomas Jouannot, du Cerema. Taipei est une ville américanisée avec des infrastructures de voirie surdimensionnées : autoroute en ville, artères de 8 voies … raconte M. Slimani. En gros « la politique cyclable de Taipei c’est leur vls, et l’accueil de Velocity 2016 c’est pour l’exporter aux voisins », selon O. Schneider. Nous avons aussi appris que le stationnement des vélos est un business sérieux… tout un programme, s’exclame-t-il, qui commence par dire que le bilan est « triste ».

L’industrie s’implique, mais c’est plutôt vélo-sport, et peu scientifique
Il note cependant au moins un point positif, le fait que l’industrie se mouille, qu’elle a enfin compris que ses intérêts étaient liés à ceux de ses clients. Mais ce n’est pas une conférence scientifique, signale Francis Papon (Ifsttar), pour qui c’est un spectacle bien rôdé où des participants convaincus écoutent ce qu’ils ont envie d’entendre. Ca a le mérite de faire venir des politiques, mais ça apporte peu sur le plan scientifique, insiste-t-il.
Un nombre important de présentations ont concerné les VLS, le vélo-tourisme, l’industrie du vélo et les innovations sur le vélo lui-même, notent Thomas Jouannot comme Keroum Slimani.

parade

Départ de la parade

Drôle de paradis !
Taipei est très loin d’être une ville cyclable. La parade cycliste du dimanche a été l’occasion de s’en rendre compte. Les 12000 cyclistes présents ont dû s’arrêter à de nombreux feux de circulation pour laisser passer les voitures, raconte M. Slimani. Pourtant j’ai entendu au moins 5 communications où on nous disait qu’ils étaient le « cycling paradise » narre O. Schneider, c’était un vrai « bike washing ». A Taipei, ajoute-t-il, le vélo est encore une affaire de sport, et le président de l’association cycliste est le président de l’industrie du vélo. Il craint qu’en dehors de ça le tout électrique ne devienne la règle.

Vers le tout-électique

L’an prochain aux Pays-Bas
La prochaine édition aura lieu aux pays-Bas, du 13 au 16 juin à Nimègue, son parking de 950 places au centre-ville, ses 63% d’habitants qui s’y rendent à vélo… 1. En 2018 ce sera à Rio-de-Janeiro.

Compléments
– La conférence au jour-le-jour sur le site de l’ECF.
– Ecouter Olivier Schneider à Roue-libre le 5 mars, à peine rentré de Taiwan, parler de Velo-city.
– Les informations sur la prochaine conférence.

Cet article a été rédigé grâce à la participation de Olivier Schneider, président de la FUB, Francis Papon, chercheur à l’Ifsttar, Thomas Jouannot, du cerema et Keroum Slimani, de la Métropole de Lyon. Qu’ils en soient remerciés.

 

  1. Sur Nimègue voir Des parkings AAA+, 23 juin 2014.
Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de “Velo-city à Taipei, drôle de paradis !”

Laisser un commentaire