Voir le film « Together We Cycle »

Ce film devrait connaître un grand succès, bien qu’il se tienne dans un registre beaucoup plus offensif que son prédécesseur. Il montre la très forte détermination et la grande expertise qui ont permis le passage des Pays-Bas du tout-auto au vélo omni-présent. 

TogetherWeCycle, le film néerlandais qui suit le grand succès de Why We Cycle, est (ou était) disponible gratuitement en ligne pour encore quelques jours. 

Le premier film nous avait ravis, c’était une douceur qui nous faisait voir combien nous étions intelligents, agiles, poétiques, et combien nous avions raison. Nous allions changer le monde, changer les villes ! 

Ce second film est plus brutal. Il montre comment ont fait les Pays-Bas. Et là, pas de douceurs, pas d’entre-soi bien gentil. On découvre qu’il y a eu quelques personnes qui n’ont jamais rien lâché, une maman par exemple, et quelques ingénieurs très innovants, très créatifs. Le parallèle avec nos grandes villes est frappant puisque jusque vers 1970 les autos bloquaient tout, comme chez nous. On adaptait alors la ville à l’automobile. Mêmes pénétrantes et embouteillages, mêmes impossibilités de traverser, mais colère citoyenne efficace et relais politiques finalement. En 20 ans on a alors arrêté de faire d’affreuses pénétrantes et gros noeuds routiers, décidément trop chers pour ce que ça transporte, on a arrêté de détruire les villes. Les ingénieurs-urbanistes ont fait des plans en marguerite, fermé des rues, construit des pistes et des carrefours, des passerelles et des tunnels. Le stationnement auto a été dévolu aux communes, ce qui leur a permis d’en faire beaucoup disparaître. Et sans cesse on a inventé de nouvelles façons de faire, en fonction du volume de cyclistes. Encore aujourd’hui les ingénieurs urbanistes inventent de nouvelles solutions, s’adaptant sans cesse aux évolutions. Au total, si c’est cher en ville ça l’est moins à la campagne, et ça se compense, comme la densité d’usage. 

Pour qu’il y ait des cyclistes il faut des infrastructures… mais il faut aussi des cyclistes, nous rappelle-t-on aussi ! Il fallait obtenir que le vélo devienne évident. Ici c’est l’ambiance, l’image et les services qui entrent en jeu. 

  • Le film était visible gratuitement, avec un « billet » gratuit acquis avant le 30 mai grâce au Bicycle Film Festival et aux cycles Gazelle, avec la complicité de l’ambassade cycliste des Pays-Bas. Il semble selon plusieurs sources désespérées1 que finalement l’acquisition de ce billet ne soit plus possible (moi je l’avais fait dimanche 23 mai). Avant il y avait une superbe promotion pour le Festival (si jamais ça marche je vous recommande de faire comme au cinéma, regardez-là!) et après il y a un débat en anglais. 
  • Il y avait une autre source, sur Eventbrite. Mais finalement ce n’est que la bande annonce (sans mystère, s’inscrire pour un produit gratuit c’est être le produit. je n’avais pas voulu l’être).
  • Enfin, et là c’est sûr, vous pouvez regarder le débat qui a suivi la première séance (en ligne) en France, le 10 mai dernier. 

Vivement qu’il y ait des nouvelles séances, je vous assure que cela vaut le coup ! Alors regardez au moinsla bande annonce. Elle est pouvue de sous-titre en français et elle vous donnera une bonne avant-idée du film. Vous y verrez, enfin, le fameux Marck Vagenbuurg, chroniqueur du vélo aux Pays-Bas dont Jeanne à vélo traduit très régulièrement des billets, devenant par là une des meilleures sources francophones sur le vélo aux Pays-Bas ! Ou au moins … allez voir une photo d’Amsterdam en 1970 chez Mobilidoc.

Dès que les informations sur de nouvelles diffusions seront disponibles elles seront rendues publiques sur ce blog ! 

  1. J’avais prévenu les abonnés à la lettre du blog; ceux qui ont suivi rapidement ont sans doute pu voir le film. Rien ne permettait de penser que l’offre serait annulée avant terme.
Print Friendly, PDF & Email

5 réflexions au sujet de “Voir le film « Together We Cycle »”

  1. Une fois le ticket gratuit obtenu (avant la fin de l’offre) on pouvait regarder le film au-delà du 30 mai (ce que j’ai fait). Le documentaire est somptueux (qualité des archives et des prises de vue) et plaisamment rythmé.

    Répondre
  2. Le film TogetherWeCycle est disponible pour les associations membres de la FUB pour 275€ la projection, vient d’annoncer l’ambassade du royaume des Pays-Bas. Voir dans la rubrique « boutique » du site de la Fub… qui dit qu’il faut écrire au réalisateur…

    Répondre

Laisser un commentaire