Les vies qu’on mène ne s’entendent plus depuis l’Elysée

Je vous annonçais cette exposition à Paris, elle est ouverte. La vie n’est pas un tableau à deux colonnes, et la mobilité encore moins.

Mobilité / Immobilité
Mobilité contrainte et subie / Mobilité souhaitée
Immobilité rêvée comme à la plage / Enfermement, contrainte, exclusion et handicap …

Les modes de vie et les aspirations des Français ne peuvent se résumer à l’opposition riche – pauvre, bosseur – feignant, courageux – tricheur, ou citadin – rural… 

Une fois de plus le Forum Vies Mobiles nous invite à casser les idées toute faites, et voudrait interpeller les candidats de ce printemps, puis du début de l’été, sur la nécessaire écoute des réalités. Le Forum l’a fait souvent, montrant notamment que c’était les précaires, les ouvriers du bâtiment, les employés des services, etc qui dépendaient le plus de l’automobile, mais aussi le docteur en campagne (et le curé) … 

Cette nouvelle exposition nous fait découvrir qu’en réalité, en France, il n’y a que deux moyens de se déplacer, la marche et la bagnole. La seconde prend énormément de place, coupe les territoires et les destructure, la première se faufile partout. Les exemples pris dans certaines vallées industrielles oubliées sont parlants. J’ai aussi été frappée par une photo de lotissement de n’importe où dans laquelle les autos sont rangées perpendiculairement de chaque côté de la rue, et au milieu de celle-ci, un enfant seul, poignante illustration de sa vulnérabilité. 

Le Forum constate que la mobilité est au coeur de nos vies, comme je l’ai déjà écrit, mais aussi au coeur de nos crises. Un virus qui a bien été transporté a provoqué l’immobilité et l’enfermement du monde occidental. La mobilité des gens qui fuient leur pays de naissance, celle de ceux qui, chaque été, fuient leur lieu de vie, et toutes ces mobilités qu’on aimerait arrêter, toutes ces mobilités qui ne peuvent plus durer, sources de désordres de toutes sortes, comme cette immobilité devant notre écran qui nous tue à petit feu …

Le forum Vies mobiles fait tout ce qu’il peut pour que la mobilité soit présente dans les programmes des candidats, ainsi que la complexité de la vie de chacun. 

L’exposition est constituée uniquement de photographies réalisées par le collectif Tendance floue sur une commande du Forum Vies Mobiles. Chaque série décrit un lieu ou une personne, et aide à percevoir la complexité des situations ou leur ambivalence. C’est passionnant.

  • Elle est présentée à la Cité Internationale des Arts de Paris, un lieu de création et d’accueil d’artistes de tous âges et de toutes nations. Du 1er mars au 15 mai, gratuit. Livre quasiment sans texte, 21 €. 
  • Rue de l’Hôtel-de-Ville, Paris-Centre, autant dire quai de l’Hôtel-de-Ville
    Accès par la piste cyclable Pont de Sully – gare de Lyon. Arceaux à vélos sur l’esplanade. 
  • Tous les renseignements sur le site du Forum Vies Mobiles.

3 conférences :

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « Les vies qu’on mène ne s’entendent plus depuis l’Elysée »

Laisser un commentaire