Le forum Vies mobiles veut réduire l’obligation de mobilité

La mobilité est au coeur de nos vies, et aucun candidat à l’élection présidentielle n’en parle. Le constat est fait largement. La Fub pense que Parler vélo est beaucoup plus important que de faire des classements, le Shift project veut inciter l’Etat à adopter un Plan de transformation de l’économie,  dans lequel les déplacements ont un rôle essentiel, le rapport sur la filière économique du vélo en France arrive en même temps : Il est grand temps de nous organiser sérieusement.

——*——-*————*——–*——*——-*————*——–*

Après le congrès de la Fub, je vous présente ces travaux un par un : 
1- Le forum Vies mobiles veut réduire l’obligation de mobilité
2- Le Shift project pousse à sortir l’économie de la dépendance aux fossiles 
3- Guillaume Gouffier-Cha invite la France à recréer une robuste filière économique du vélo.

Le forum Vies mobiles veut réduire l’obligation de mobilité

Ralentir, ralentir, c’est ce que souhaitent les Français dans leur majorité. La mobilité est au coeur de nos vies, et aucun candidat à l’élection présidentielle n’en parle. Pourtant prix de l’essence en France, prix du ticket de métro au Chili ou prix du gaz (carburant automobile) au Kazakstan, ces trois augmentations liées à la mobilité ont été le point de départ de révoltes récentes. 

Le Forum Vies mobiles a réuni un Forum citoyen d’une centaine de personnes représentatives de toutes les catégories. Il se réunira une fois par an pour débattre des modes de vie souhaités en lien avec les déplacements, et pour formuler des propositions concrètes pour y parvenir. 

Mobilité : tout travail mérite galère ?
(3,48 minutes, sur Vimeo)

Vivre hors grande ville n’est pas simple

De cette première expérience il ressort le souhait que l’on puisse réellement vivre en dehors des grandes villes, que les trajets liés au travail soient apaisés, ni épuisants ni stressants, que les citoyens soient réellement écoutés. Quelques résultats :

  • Ce qui fatigue c’est le transport, pas le travail, nous explique dans le film (ci-dessus) l’égoutier parisien qui vit à Trappes. Il faudrait inciter les entreprises à améliorer les déplacements de leurs salariés, en amont, en aval, et pendant. En Ile-de-France il est souhaité des transports plus confortables et plus sécurisés.
  • Il n’est pas simple de vivre en dehors d’une grande ville, car si on veut réduire les trajets il faut disposer des services publics et des services de soins et d’approvisionnement. Il est suggéré d’aider les artisans à s’y installer, et aussi d’avoir des transports en commun fiables et cadencés, ainsi que des pistes cyclables pour se rabattre sur les gares, elles-même équipées de bons stationnements pour les vélos. Il faut travailler à fond sur l’articulation entre transports en commun et vélo.
  • Poser le principe d’un service national de l’écomobilité partagée. Créer davantage de plateformes permettant de passer de l’auto au transport en commun, c’est à dire de changer de mode sur un même trajet.
  • Améliorer les rythmes de vie au travail et créer un revenu parental.
  • A la Réunion il est demandé un train faisant le tour de l’île, alors que se termine la construction d’une route hors de prix faisant ce même trajet.

En résumé, parmi les propositions des citoyens, nous relevons :

Pouvoir vivre en-dehors des grandes villes

  • Augmenter les liaisons transversales en région parisienne, TC et pistes cyclables.
  • Maintenir et organiser les activités artinanales et de service à l’échelle du bassin de vie.
  • Développer des pôles de vie complets en-dehors des métropoles.

Apaiser les trajets liés au travail

  • Améliorer les articulations entre TC et vélo
  • Améliorer confort et sécurité dans les TC franciliens.
  • Créer des plateformes d’échange entre autos et TC, avec des douches, toilettes etc

Dialogue de sourds entre parlementaires …

Le jour de la présentation des résultats de son Forum citoyen, le forum Vies mobiles avait invité à le commenter deux députées, une macroniste, Lauriane Rossi, et une écologiste, Delphine Batho. Alors que la première trouve que tout a été fait pour le mieux lors de la présidence Macron, la seconde invite à changer de logique. Arrêter de faciliter la mobilité pour, bien au contraire, réduire le temps consacré à se déplacer. Pour cela elle a proposé plusieurs pistes, intégrer le temps de déplacement dans le temps de travail (et donc responsabiliser les employeurs), instituer un droit au télétravail, faciliter les réductions de temps de travail hebdomadaire ou calculé par années, retour de vrais services publics avec de vraies personnes dans les pôles de vie …

Voir la conférence
(2 heures)

« Tout travail mérite galère ? »
Présentation des propositions issues du premier Forum Citoyen des Vies Mobiles

Exposition Les vies qu’on mène
du 1er mars au 19 mai 2022 à Paris  


Documentation

Lien vers les recherches menées par Vies Mobiles

Le Forum Vies mobiles  recommande notamment de :
➡️ Arrêter de se réjouir de l’addition sans cohérence de modes alternatifs à la voiture solo, souvent en concurrence les uns avec les autres, et de prier pour un report modal mode par mode. On pense à l’exemple du covoiturage qui se développe plus à longue distance, le long des axes du TGV qu’en proximité, ou aux flottes concurrentes de vélos en libre-service qui se disputent l’espace public sans ordre en prenant des utilisateurs aux transports en commun.
➡️ Penser à la zone de pertinence des modes dans ce nouveau système, en fonction de leurs aménités propres et de leur vitesse, sans oublier la place à donner à la voiture individuelle légère (condition pour qu’elle soit moins émettrice).

Nous avons souvent parlé sur ce blog du Forum Vies Mobiles. Les nouveaux lecteurs peuvent lire par exemple : 

Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « Le forum Vies mobiles veut réduire l’obligation de mobilité »

  1. « La crise sanitaire va engendrer un retard de croissance de cinq à six ans dans le trafic des transports en commun franciliens, qui représentaient 9,4 de déplacements par jour avant la crise sanitaire, dont 85 % sur réseau ferré et 15 % sur les bus. » (Gilles ROLLE/REA)
    Parler de mobilité passe par des propositions et mise en œuvre de solutions adaptées pour les déplacements de chacun. Arrêtons de penser en tunnel et répondons en priorité aux nécessités. Actuellement les décisions prises sont très éloignées du réel attendu par chacun. Beaucoup de discours et d’erreur sans une véritable prise en compte des attentes de chacun de nous. La diversité pourrait être satisfaite en tenant compte aussi de devoir faire face au réchauffement climatique. Les associations ont peur de se retrouver diluées si elles s’éloignent des causes qu’elles défendent, et de ne plus être représentatives de leurs mandants face aux décideurs qui n’évoluent toujours pas en restant sur des prises de décisions éculées. La capacité de dialogue n’est pas vraiment notre fort si ce n’est discutailler pour rien dire. Une chose est certaine c’est que le report modal tant attendu ne s’est pas fait et ne se fera pas tant les intérêts sont contradictoires avec l’appui des politiques que cette situation arrange bien. Quel dommage pour chacun d’entre nous? Comment mieux utiliser les possibilités existantes et contribuer à leur amélioration dans l’intérêt de tous. C’est ce que nous appelons le bien commun.

    Répondre

Laisser un commentaire