Revue de presse d’Isabelle et le vélo, février 2022

Vélo de marque Urkraine.

Ce mois de février 2022 l’effet Baromètre de la Fub a été puissant. Il y a eu des articles sur ce que font les communes pour le vélo tous les jours, jusqu’à plus soif. J’en ai sélectionné quelques uns. 
Pour le reste, les évènements d’Ukraine nous occupent à partir du 24, mais ne concernent pas le vélo, et parlent bien sûr d’une mobilité spéciale, sur laquelle je ne m’étend pas. Par contre le tourisme à vélo recommence à pointer son nez, et un report de plus se produit à Paris, celui de la ZFE, zone à faible émission. 
Alors lisez la revue de presse du citron (le Concentré vélo), et l’entretien réalisé par Léry Jicquel avec moi suite à notre classement  en tête du premier prix des médias du vélo. 

Pollutions

 

Particules ultrafines : le trafic routier identifié comme source principale de pollution. Actu-environnement, 1er février. Une campagne inédite d’Airparif fait ressortir une pollution aux particules ultrafines plus importante en zone urbaine qu’à la campagne. Elle pointe comme source principale le trafic routier, suivi par le chauffage au bois.

Grand Paris : l’interdiction des véhicules polluants repoussée à 2023. Le Parisien, 2 février. Une décision de la Métropole du Grand-Paris. Mon commentaire : il y a peut-être des raisons techniques, comme indiqué dans l’article, mais à l’approche des élections cela reste suspect, et regrettable. Un commentaire piqué à @bahjesaispas (sur tweeter) : Mélenchon qui dit que la voiture c’est obligatoire et le vélo c’est un truc de Parisien. Fabien Roussel qui se plaint et veut aider les automobilistes en région parisienne. Le vélo c’est devenu un truc de droite maintenant ? Les explications sont plutôt données par Actu-Environnement : la Métropole en fait un bras de fer pour être mieux reconnue : La métropole (…) demande, d’abord, à être reconnue comme territoire d’expérimentation pour la mise en œuvre d’un prêt à taux zéro (PTZ), afin de diminuer le reste à payer des ménages les plus modestes. Elle souhaite aussi pouvoir bénéficier de la mise en place du contrôle sanction automatisé (CSA)

 

Entreprises et économie

Nantes : Plus gros et plus nombreux, les entrepreneurs à vélo croient plus que jamais en leur modèle. 20minutes, 18 février.  Retour sur leur congrès. 37% des déplacements professionnels pourraient être faits à vélo.

Villes et Départements

Au centre de Paris, la zone à trafic limité reportée à 2024. Actu-Environnement, 18 février 2022. Elle était prévue pour cette année, mais rien n’est prêt. Elle devait « lutter contre les nuisances (…), tout en fluidifiant les déplacements des piétons, des vélos et des véhicules autorisés : ceux des transports en commun, des résidents et des professionnels.  »  Craignons qu’elle « fluidifie » surtout les engins à roulettes et moteur… et espérons qu’elle ne laisse pas passer trop de monde : « Ne pourront plus y accéder que ceux qui y habitent, y travaillent ou s’y rendent pour toute autre raison professionnelle ou personnelle. »  N’est-ce pas déjà les seuls qui s’ y rendent ? Seule nouveauté,  « les personnes « en transit » ne pourront plus la traverser. »

Paris : les associations de cyclistes très critiques envers la mairie. Sud-ouest, 18 février. Après avoir critiqué les arrondissements de droite et soutenu les choix de l’Hôtel-de-Ville, voilà que c’est à la gauche (à l’Hôtel-de-Ville) qu’elles s’attaquent. J’en profite pour vous signaler la sortie du livre Plaidoyer pour une écologie de droite, par Olivier Blond (ancien directeur de l’association Respire) aux éditions Albin-Michel.

Vélo, transports en commun, covoiturage : Paris sur la bonne voie pour les mobilités durables. Actu-Paris, 24 février. Clean Cities, une organisation qui prône les mobilités durables en Europe, a classé Paris parmi les premières villes à défendre les piétons et cyclistes. Histoire de consoler les idolâtres, on a les chiffres qu’on veut ! 

Utilisation du vélo en ville : Gramat en queue de peloton. La Dépêche, 27 février. Et là c’est tellement triste que le journal n’a même pas fait d’enquête lui-même … Bravo au citoyen anonyme qui a certainement dû prendre l’initiative. 

Besançon : stationnement sur les trottoirs et pistes cyclables, deux associations déposent un recours au tribunal administratif contre la mairie. France-info, 24 février 22.

Département des Hauts-de-Seine : Un plan massif pour les déplacements à vélo. Sur le site du Département

Que fait Lorient pour développer le vélo ? Actu Morbihan, 24 février. Lorient est très active sur les questions d’espace public depuis très longtemps. Par exemple elle avait organisé un congrès (alors appelé Journées rencontre) du Club des Villes cyclables en 1990. En 2007 je publiais dans Environnement local un article intitulé Lorient rétrécit ses boulevards.

Vélo : choses vues et entendues au congrès de la FUB, à Tours. Un bel article d’Olivier Razemon, sous forme de liste comme il aime faire. L’interconnexion …, 15 février 2022.

 

Tourisme et vélo

Occitanie : La “Méditerranée à Vélo” bientôt bouclée, tous en selle !. Dis-leur, 14 février. 

Le bikepacking, une histoire très ancienne
. Bike café, 25 février. Une histoire du cyclotourisme comme je les aime. Place aux sacochards. 

 

Medias et international

La revue de presse de Concentré vélo est bourrée d’informations sur l’international. Dans le dernier numéro par exemple le décès de Bob Silverman, le pape du vélo québecquois et l’entretien avec moi sur ma vie-mon oeuvre depuis que je tiens un blog. Vous verrez aussi plein de choses intéressantes sur l’Ukraine, sur l’industrie du vélo, et pourquoi la ville de Seattle abroge l’obligation de porter un casque à vélo.  

Print Friendly, PDF & Email

6 réflexions au sujet de “Revue de presse d’Isabelle et le vélo, février 2022”

  1. Les Hauts-de-Seine découvrent le vélo ! MIRACLE ! On ne peut qu’espérer énormément car tout reste à faire pour ce territoire d’élection du délire bagnolard et de la coupure urbaine.
    ▶️ Une devinette pour ceux qui ne connaissent pas : comment « s’échapper » à vélo de la boucle Nord des Hauts-de-Seine sans risquer sa vie ? Ce territoire est cerné par la Seine et ses voies expresses, autoroutes et ponts sans aménagement, et par La Défense, une muraille de La Seine à La Seine.

    Répondre
      • Oui, depuis peu, de Paris vers Nanterre.
        Maintenant, s’il vous vient l’idée saugrenue d’aller de Courbevoie à Puteaux ou à Nanterre par exemple, bon courage.
        C’est soit emprunter des voies expresses souterraines, soit se taper des tours et détours invraisemblables, des chicanes, l’ascension de la dalle etc. Avec des itinéraires qui changent au gré des nombreux travaux, sans jamais une déviation de mise en place.

        Répondre
  2. Le report de la ZFE n’est pas regrettable, ce qui est regrettable c’est de vouloir en créer. C’est quand même l’idée la plus absurde de ces dernières années concernant la mobilité, et pourtant la plus en vogue, alors qu’il serait bien plus urgent de développer le vélo et d’interdire les bagnoles pour de bon quand elles ne servent à rien.
    Ces zones et ces hypocrites vignettes Crit’air ne servent qu’à une chose : faire passer les possesseurs de voitures anciennes pour d’affreux criminels empoisonneurs et faire passer les voitures modernes pour vertueuses (ce que ne sont pas du tout ces énormes SUV qui occupent une place folle !).

    Une vraie zone « à faibles émissions » ou à « trafic limité » serait une zone où tout trafic automobile serait interdit sauf si on a une bonne raison : un camion de pompiers, une camionnette pour un déménagement ou chercher une armoire normande…
    Avec les ZFE, on ne résoud aucun de ces problèmes : on baisse la pollution de manière à peine perceptible, et on ne change rien au trafic, au danger, et au bruit. On détruit des véhicules en bon état pour en produire de nouveaux, ce qui rend la mesure plus que contre productive à l’échelle planétaire. Le seul but inavoué des ZFE, c’est de mettre sous perfusion une industrie automobile et de faire disparaître les véhicules des années 90, trop fiables pour notre économie basée sur l’obsolescence programmée, et encore réparables soi-même facilement et pour un coût modique.
    Aucun cycliste ne doit se réjouir de voir ces véhicules remplacés par des SUV plus larges et plus lourds. Par contre, on pourrait se réjouir si des mesures étaient prises pour diminuer fortement le nombre de véhicules, sans hypocrite critère d’âge.

    Répondre
    • Tout à fait d’accord.
      A ce constat que la mesure est contre-productive sur le plan environnemental, j’ajouterais qu’elle est scandaleuse sur le plan social, puisqu’il s’agit de pénaliser les pauvres (possesseurs de véhicules âgés) et d’épargner les utilisateurs de véhicules lourds et récents, forcément plus riches.

      Répondre

Laisser un commentaire