Et si vous pensiez Maisons Sport-Santé ?

Article

Accueil » Actualités » Matériel » Et si vous pensiez Maisons Sport-Santé ?

Elles existent déjà et sont sans doute trop peu connues. Ces centres facilitent l’activité sportive pour tous, malades comme guéris, oisifs comme surmenés, en extérieur comme à l’abri, même des regards. Le vélo peut en faire partie.

Un logo pour tous

Le ministre de la Santé et de la Prévention et la ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques viennent de signer le décret n° 2023-170 du 8 mars 2023 relatif à l’habilitation des maisons sport-santé. 
Ces structures ont vocation à faciliter et promouvoir l’accès à l’activité physique et sportive à des fins de santé et à l’activité physique adaptée. Pour cela elles assurent des activités d’accueil, d’information et d’orientation du public concernant la pratique de ces activités. Elles participent à la mise en réseau et à la formation des professionnels de santé, du secteur social, du sport et de l’activité physique adaptée. Le décret détermine les conditions et les modalités de l’habilitation des maisons sport-santé par l’autorité administrative. 

Comme le révèle le baromètre de l’Institut national de la Jeunesse et de l’éducation populaire en mars 2023, la santé et le bien-être sont des motivations fortes pour la pratique sportive puisque 52 % des pratiquants déclarent faire du sport pour cette raison. 

La loi n°2022-296 du 2 mars 2022 visant à démocratiser le sport en France avait permis d’inscrire dans le code de la santé publique les deux missions essentielles des Maisons sport-santé. Le présent décret fixe les conditions d’attribution de l’habilitation des Maisons sport-santé.

Découvrez les Maisons Sport-Santé les plus proches de chez vous 

Cela fait suite à la décision de 2019 d’avoir une stratégie nationale sport-santé, avec des espaces nouveaux.

Elles proposent des activités dans leur bâtiment et d’autres, comme le vélo, en dehors. Elles sont fréquentées par les personnalités politiques, culturelles ou économiques comme par tout le monde. Plus de 100 000 personnes en ont bénéficié en 2022, dont 34 000 atteintes de pathologies chroniques.

Un exemple : Mon stade, à Paris 13
reconnue en 2020,
visitée en 2015 par votre servante :
En attendant le sport sur ordonnance.

Faites connaissance avec la Villa M, boulevard Pasteur à Paris 15.
Hotel, restaurant, maison Sport-santé, construit par et pour l’Ordre des médecins.
Voici aussi celle de Strasbourg, avec des témoignages.

Outre le suivi médical ou l’accompagnement personnalisé des activités pratiquées, ces maisons proposent souvent un bar-restaurant permettant de fréquenter un lieu de socialisation comme dans les clubs sportifs.

Une stratégie nationale pour tous

Aujourd’hui, la France dispose déjà d’un réseau de 573 maisons Sport-santé. Au-delà de ce succès quantitatif, ces structures contribuent à une mise en réseau efficace de tous les professionnels concernés.
Les maisons mobilisent pour cela plus de 1 500 intervenants rémunérés et 2 000 bénévoles. Elles sont très souvent créées sur capitaux privés et sont financées par une mutuelle, l’Etat ou les collectivités diverses, ainsi que par les personnes qui les fréquentent.

Pour être habilitées, et donc autorisées à pratiquer des activités de nature médicale, les structures doivent s’adresser à leur agence régionale de santé. L’examen du dossier y sera faite conjointement avec les services déconcentrés du ministère des sports. L’habilitation elle-même sera une décision du directeur général de l’ARS et du recteur de région académique, pour une durée de 5 ans renouvelables.


(Maison de Strasbourg)

Dernière heure !

L’Académie des Mobilités Actives (ADMA) réalise une étude sur les mobilités actives dans le cadre du sport santéen collaboration avec l’Onaps. Destinée aux salariés et responsables des Maisons Sport-Santé, elle vise à renseigner les actions conjointes et à indiquer les besoins et opportunités pour le mouvement sport-santé, les acteurs de l’apprentissage du vélo et de la promotion de la marche (partenariats, financements, formations dédiées, etc.). Les résultats seront précieux pour qualifier le rôle de la marche et du vélo afin d’accompagner les publics avec des facteurs de risques et/ou une pathologie chronique, vers une pratique régulière d’activité physique. Lettre de l’ONAPS, 13 mars 2023
(Texte recopié)


Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Revue de presse du vélo en ville, mars 2024

Les vieux et les casqués – Encore un arrêté « anti-vélo » et pro-piétons – Vers la fin de l’homicide « involontaire » – Montauban, Marseille, Tarbes, La Rochelle, Le Creusot – La gueule de bois du commerce de vélos.

lire plus

Actualités & Récits