Paris : JCDecaux revient !

Pâques, pour les Chrétiens, c’est la fête de la résurrection. C’est bien pour cela que JC2C a choisi ce jour (certes ce n’est pas très élégant) pour lancer son nouveau vélo. Il s’appelle Velibhop (Vélib’hop) et se présente comme une résurrection, un hymne à la liberté, une proposition commerciale raccord avec le temps, bref, une création française qui devrait faire fuir tous les dragons chinois, ainsi que les successeurs maladroits. C’est le retour de celui sur qui on peut compter, rien de moins. 

)–—————–O–————––(

JC2C, dans sa lettre mensuelle (toujours publiée le premier du mois1) nous annonce sans aucun respect des grandes fêtes qu’il revient à Paris avec son Vélib’ rebaptisé Velibhop2, et qu’il compte bien le développer ailleurs.

Un petit tour en arrière pour bien comprendre
C’est en mai 2017 que Le Point a posé la question : Que vont devenir les 20 000 Vélib’ de JCDecaux à Paris ? 3. Albert Asséraf, directeur général stratégie chez JCDecaux, expliquait alors : « Nous avons des règles et des process très clairs en termes d’économie circulaire, de développement durable et de recyclage (…). Pour les vélos reconditionnés, ils seront dans un premier temps stockés sur des sites qui restent à déterminer, dans l’espoir d’être remis en service … ». Au tombeau mais pas trop longtemps.

Une annonce par lettre d’information
Mais qui a prêté attention à ces derniers mots dans une actualité braquée sur Smovengo, sur Gobee.bike, ofo, les « vélos sans dieu ni maître » (appelés aussi free-floating), sur les Assises de la mobilité, sur le Baromètre de la Fub ???? Pourquoi d’ailleurs s’intéresser au perdant ? JCDecaux a ainsi pu préparer tranquillement son retour, raconté dans sa lettre4 :


La lettre des vélos, avril 2018——
JC2C

Le groupe JC2C a dû reconditionner 15 000 anciens Vélib’s et la question s’est évidemment posée : que faire de ce patrimoine considérable ? Deux évolutions nous ont guidés vers la solution :

  • La très forte demande des Parisiens, très attachés au Vélib’ historique, pour qu’il ne disparaisse pas. L’association VR!! (Vélib’ Reviens !!), créée dans le 15ième arrondissement, en témoigne quotidiennement sur ses réseaux sociaux.
  • L’arrivée massive des vélos sans stations, souvent d’origine chinoise et de qualité médiocre.

Et encore nous ne parlons pas de l’exaspération provoquée par le fiasco du nouveau vélib’5.

Station 03010, rue Beaubourg, le 31 mars 2018. Photo par Catherine Moal.

Nous avons décidé de répondre non seulement à la demande des Parisiens mais encore et surtout de diversifier notre offre. En effet, en 2018 il paraît évident qu’il ne faut plus mettre tous ses œufs dans le même panier, surtout à l’avant. C’est pourquoi nous proposerons très prochainement les deux formules : les VLS « classiques » avec stations et le VLS sans stations, grâce aux anciens Vélib’s.

 

Les anciens Vélib’s reconditionnés ont perdu 3 kilos6
Cette cure d’amaigrissement a été nécessaire pour répondre aux critiques fréquentes au sujet de son poids7. Le défi a ensuite été de conserver ce gain en trouvant le cadenas le plus léger et le plus solide possible. Nous avons trouvé ce graal chez la société suisse GPSekur, notamment grâce à son ingénieur Wolfgang Sprangli, spécialisé dans les alliages légers. Il a mis au point pour nous un cadenas performant et innovant8.

Un développement rapide pour prendre de vitesse le successeur malheureux
Nos VLS sans stations, qui s’appelleront Vélibhop, seront progressivement installés en région parisienne dès les vacances de Pâques (du 15 au 29 avril) et ensuite ailleurs en France. Nous avons réservé 10 000 vélos pour les habitants de Paris et de sa première couronne, et 5000 vélos pour d’autres villes. 
Nous publierons courant avril un appel à candidatures pour les agglomérations de 50 000 à 100 000 habitants et proposerons 500 Vélibhop par collectivité.
Pourquoi ces agglomérations ? Parce que nous pensons que le vélo y a un rôle réel à jouer par rapport aux difficultés liées à la mise en place d’un réseau de transport public performant. Nous avons commencé une concertation avec la Ville de Paris, et nous nous engageons à faire de même avec les collectivités candidates.
Avec nous il n’y aura pas de vélos éparpillés partout. L’application de notre cadenas de GPSekur permet de rendre impossible le stationnement des Vélibhops ailleurs qu’aux arceaux installés par les communes.

)–0–——————————--O-————————————-–0–(

Si avec ça vous n’êtes pas convaincu, retournez à vos exercices.
Ils sont ici (à faire dans l’ordre, un par jour seulement, le premier maintenant) :
2roues100pédales, 2roues100rires et 2roues100moteurs.

2 avril : Ceci était un poisson d’avril. Il a même dépassé ses créateurs, et fait croire que le syndicat autolib-velib envisageait de rompre le contrat avec Smovengo. Nous n’avons jamais eu d’information en ce sens, et de toutes façons le syndicat ne le pourrait pas. Souhaitons plutôt un avenir heureux au nouveau vélib’, vert et bleu. Et nos excuses du jour à ceux qui se sont trouvés inquiets.

—-Notes-—

  1. Chez JC2C c’est du sérieux … 1er mai, 1er janvier… qu’importe, on roule !
  2. Velibhop se présente comme un avatar du velib’ (nom déposé), une renaissance du VLS qui avait provoqué rien moins que la résurrection du vélo en France.
  3. Le Point : Que vont devenir les 20 000 Vélibs de JCDecaux à Paris?
  4. Lettre d’actualité de JC2C : La lettre des vélos. Ils sont trop forts. Manquerait plus que ce soit en rose.
  5. Le blog Isabelle et le vélo, qui est redoutable et sans pitié, en a pour une fois fort bien parlé le 11 mars dernier. (Note de JC2C)
  6. Les intertitres sont de la rédaction.
  7. Olivier Razemon se plaignait souvent du poids. Voir par exemple son article Pourquoi je ne peux pas prendre de vélib.
  8. W. Sprangli a fait partie de l’équipe de conception de l’avion Solar Impulse
Print Friendly, PDF & Email

5 thoughts on “Paris : JCDecaux revient !

  1. Je viens de lire quelque part que la décision d’abandon des vélibs verts était imminente, sans doute dans la semaine. Etes-vous au courant ?

  2. Nous disions que personne n’envisageaIt de rompre le contrat. C’est désormais moins sûr. Ça en démange certains, qui se demandent si le prestataire a vraiment la capacité de se sortir de l’accumulation de coups fourrés qu’il subit, mais également s’il a vraiment perçu les difficultés qu’il aurait à franchir.

  3. La situation des vélibs sur Paris est vraiment catastrophique, dommage pour les usagers que le prestataire soit meilleur à la vente qu’à la réalisation du projet. Au final les beaux jours sont là et on ne peut pas utiliser le réseau dans de bonnes conditions, on en redevient nostalgique de JC Decaux …

Laisser un commentaire