Les talents du vélo 2018 nous redonnent confiance

Voici les réalisations ayant été distinguées par le jury réuni par le club des villes et territoires cyclables, ce jeudi 14 juin 2018 sur le territoire du salon des transports publics. Ce sont les Talents du vélo, de beaux choix, du solide, des démarches remarquables.  

Voici les résultats.

2 coups de coeur : 

Vélo et rando, accueil à Tours. (Voir Tours organise l’accueil des randonneurs à vélo et à pied ). En pleine ville, entre gare et office de tourisme, tout ce dont ont besoin les cyclotouristes et leurs amis les marcheurs. Un service municipal comme on en verrait bien plus souvent.

Atelier participatif et solidaire Ranjé To Bisiklèt, en Guyane française.

Un Grand prix :

La Fub pour sa campagne Parlons vélo, et en effet, leur travail fut énorme et probablement totalement déterminant pour la loi des mobilités (qui devrait être présentée au parlement en septembre).  Nous devons tous être reconnaissants.

Les autres : 

Projet CycloDéfi de l’association Solidarité et handicap. Ils partent faire un tour à vélo chaque été avec les ados du coin, l’objectif étant notamment de les faire apprendre à vivre en groupe et de sortir de son petit territoire. Les résultats sont encourageants, attrait pour l’activité physique, meilleure implication sociale … Contact : Cyclo défi France

Collectif Supervitus 305, collectif de designers avec Camille Pechoux, ergothérapeute. Ceux sont les concepteurs, avec les cyclistes, des marquages du chronovelo (REV) de Grenoble. Camille a joué un rôle important pour s’assurer que le réseau sera adapté à tous. Par exemple elle a pensé à un point d’appui près des pompes à vélo, afin d’aider les personnes en difficulté d’équilibre à actionner la pédale, ou veillé à la perception du réseau par les piétons. (Voir Voirie: Grenoble s’y prend avec méthode. On peut relire aussi : Les personnes handicapées aussi ont besoin du vélo, par Camille Pechoux). Supervitus ? en hommage à leur ville d’origine, patrie de l’industrie du vélo … Saint-Etienne (voir Urbanus Cyclus, expo sur le vélo en ville à Saint-Etienne – en cours).

Association Ocivelo, de Saint-Etienne, qui a étudié et promeut un ensemble de voies vertes sur l’agglomération, plus susceptibles d’être réalisées qu’une insertion du vélo en ville, en l’état de l’opinion municipale. Bonne stratégie d’attente, ça montre du vélo, ça met au vélo, ça n’embête pas les autos et ça sert à se déplacer à vélo. Ça prépare la suite, mais il faut faire tout le boulot!

L’école municipale de vélo de Lorient. Cette école de vélo, municipale, se déplace dans les établissements scolaires. Il y a bien des piscines municipales. A l’avenir elle formera aussi les personnels municipaux et les citoyens. Contact Franck Jan, conseiller en mobilité. Attention, il est bavard! 

K-Ryole, la remorque déjà assez bien connue, électrifiée elle-même de façon à faciliter la traction et à lui permettre de devenir autonome. 

Cyclamelle, vêtements féminins assurant élégance et confort en toutes circonstances, à vélo ou en train de nuit. (Voir Cyclamelle, le vêtement de la cycliste élégante).

 

La liste des candidats malheureux est sur le site du club (dans le dossier de presse). Certains n’ont pas démérité, d’autres en sont déjà à leur seconde candidature. A propos de l’édition de 2016, on peut lire : Pas de Talent pour Isabelle et le vélo. L’article contient des liens vers les présentations des anciennes éditions.
La veille, les Talents européens de la « mobilité » récompensaient surtout des gens du transport (confusion, ou facilité sémantique ?), dont un chercheur allemand, Dirk Weisse, de Karlsruhe, qui parcourt 36 km à vélo chaque jour entre son domicile et son travail (et a été distingué pour ses travaux).

L’espace « vélo », géré par le club des villes et territoires cyclables occupait un espace assez large sur le territoire du salon des Transports publics, du 12 au 14 juin 2018. Les gens du transport public avaient beau avoir mis en sous-titre à leur salon le mot « mobilité », il s’agissait avant tout d’autobus. La zone des « mobilités actives » apparaissait en vert sur le plan, et vous pouvez trouver les coordonnées des exposants dans la liste. Le club avait aussi organisé de nombreux évènements (voir le programme), animés par Nicolas Dufour. Le contact presse du salon et celui du club étaient des homonymes : tantôt Martin Kolle de lobbycom, tantôt Martin Kolle de missblabla. Nous reviendrons ultérieurement sur ces drôles de situations.

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire