Des anecdotes plein les sacoches

Comment Aurélia a fait, à 25 ans environ, un grand voyage toute seule pendant 6 mois jusqu’en Islande en partant de Roanne, et comment elle l’a fait avec le vélo de sa grand’mère et en plus tout en continuant à travailler. Cela donne un drôle de bouquin vraiment formidable. Il ne sera jamais en librairie, seuls les initiés le savent…

Cela donne un bouquin atypique de 240 pages appelé plutôt « projet graphique », qui veut montrer que voyager seul(e) est indispensable au développement personnel de chacun. C’est un ouvrage très bien fait, et complètement loufoque, à son image à elle et à celle de sa bicyclette, selon elle. 

Elle raconte tout, mais dans le désordre. Textes, photos, dessins, récits, anecdotes, cartes, croquis, bandes dessinées… et figurez-vous, il y a même des chapitres : oser, s’émerveiller, retour à l’essentiel, …et plein de phrases que tout cycliste tant soit peu averti sait être vraies : Plus on prépare ses bagages à l’avance mieux ce sera; plus on est léger plus on se sent libre, le plus dur c’est le premier coup de pédale…  Dans le livre il y a beaucoup de conseils pratiques pour voyager.

Elle a pris le vélo de sa grand-mère, d’accord, mais c’est un berthoud … et il est que de 1988. Elle est folle, elle parle à son vélo ! Pas comme moi (moi je le regarde amoureusement et en parle de même), comme sûrement d’autres. Son père, Pierre, a été membre de CCI et a même raconté son voyage en images à l’un des premiers festivals du voyage à vélo !  

Aurélia voulait faire une pause. Elle a travaillé pendant son voyage, un peu comme Patrice il y a deux ans 1, avec son ordi (qui a fini par la lâcher, il n’aimait pas trop l’humidité). Elle a rencontré beaucoup de monde, cyclé avec d’autres de différents pays, rencontré un photographe, varié les modes de couchage : camping, camping sauvage, warmshower, gens de rencontre … Chez les gens elles faisait souvent un dessin de la maison ou un portrait qu’elle laissait en cadeau. Une fois elle est repassée chez quelqu’un et le dessin était encadré ! 

Elle parle plus des gens rencontrés que de la route. En Islande elle y est allée en bateau en passant par les îles Feroé et y est restée 2 mois, un pays fait pour une artiste avec ses lumières incroyables, dit-elle. 

Aucune recherche d’exploit sportif, elle a même tranquillement pris son temps. Son appareil photo l’a lâché aussi vers la fin, et tant pis. Le livre n’a pas de dos, mais ça c’est fait exprès. Ainsi vous pouvez bien l’aplatir pour mieux voir les photos. 

Son livre est le résultat d’un long travail, Aurélia a tout fait et autoédité, le livre est sorti il y a peu. Aurélia est une pro, elle fait du dessin animé, de l’illustration, de la communication… Elle envisage de repartir en Amérique du sud avec son ami qui travaille dans le cirque.

Prix : 35 €

En librairie à Roanne et à quelques autres endroits, notamment à Saint-Etienne. Sinon, pour commander aller sur son site.

Adresse de son site : Aurélia Brivet, et donc aureliabrivet.com

Je vous préviens, vous allez vous marrer. Ensuite je verrais bien le bouquin trainer dans la chambre d’amis…

***

Présentation écrite avec le bouquin sous les yeux mais avec l’aide de Sylvie Dargnies.

—P.S.—

  1. Patrice est reparti, cette fois à deux. Son nouveau voyage s’appelle Graphic Bike tour et les mènera … en Asie ! Les motivations sont les mêmes : Montrer que l’on peut travailler et créer tout en se déplaçant. À la rencontre d’autres espaces de coworking, d’autres façons de travailler. Un an avec l’essentiel : les vélos, la base du matériel de graphiste et un atelier de sérigraphie transportable…
Print Friendly, PDF & Email

3 thoughts on “Des anecdotes plein les sacoches

Laisser un commentaire