Tour Eiffel – Trocadéro : la circulation automobile sera maintenue, celle des cyclistes est pour l’heure négligée

Le réaménagement de l’espace situé entre le Trocadéro et la tour Eiffel, à Paris, offrira un espace vert quasi continu, avec pour résultat le création d’un «îlot de fraîcheur». C’est ce qui ressort du résultat proclamé hier soir. Une partie de la circulation passera en tunnel. 

L’équipe lauréate pour le réaménagement des abords de la tour Eiffel est l’agence OnE I, de l’Américaine Catherine Gustafson.

Des 100 équipes candidates, 4 avaient finalement été retenues pour la phase de dialogue compétitif. A part le fait de planter des arbres de haute tige sur le pont d’Iéna (ce qui évidemment ne se fera pas!) les différences entre les projets ne sont pas flagrantes, au moins en gros, d’autant que maintenant s’ouvre une phase de concertation avec la population… qui fera encore évoluer le projet. 

Ce qui est sûr à ce jour :

  • Sur la place du Trocadéro les autos seront canalisées côté ville et terrasses de café, laissant le centre aux piétons. L’esplanade s’en trouvera largement augmentée. Un nouvel accès au métro pourrait y être créé puisque la station se trouve dessous.
  • Les jardins seront réaménagés, comme ceux du Champs de Mars, jusqu’à l’école militaire. Tous ont parlé d’ilôt de fraîcheur, selon la terminologie en vogue dans cette contrée.
  • La circulation sur les quais, des deux côtés de la Seine, sera maintenue, mais en sous-terrain sur la partie centrale. Rive gauche cela pourrait vouloir dire que le sous-terrain du pont d’Iéna serait élargi. Dans le sens ouest – Est on parle d’une « voie douce » en surface.
  • Les pistes cyclables des REV seront certainement présentes, mais personne ne m’en a parlé. Avec l’aide de Jean-Louis Missika, adjoint à la maire, j’en ai discerné la trace rive-gauche, côté ville. Au Trocadéro et rive droite je n’ai rien vu. Cela fera partie des points de vigilance. Le REV de rive gauche doit se trouver du même côté que ce qui se construit en ce moment en amont et en aval. De toutes façons la piste dessinée renvoie les cyclistes sur la petite avenue Charles-Floquet, perpendiculaire à la Seine, ce qui témoigne d’une rare ignorance de la question du déplacement à vélo. 
  • Si la conception a bien vocation à englober l’ensemble et à en faire une sorte de parc, on remarque que les rues adjacentes au Champs de Mars n’ont pas été prises en compte, alors qu’elles font partie de toute évidence de l’ensemble urbain. 
  • Le pont d’Iéna sera piétonnier, ou plutôt accueillera piétons et autobus. Les vélos y seront-ils plus que tolérés ? Le pont restera évidemment minéral, ou, très probablement au moins, sans les arbres de haute tige qui peuvent bien avoir fait la différence dans le concours.

Les élus des 7ème, 15ème, 16ème arrondissement, membres du groupe ayant mené le dialogue compétitif car le projet se passe sur leur territoire, auraient préféré que le lauréat soit l’agence TER car son projet tenait compte des accès depuis la station de métro de Bir-Hakeim et la gare du RER. Son périmètre englobait ainsi l’esplanade qui longe notamment le CIDJ, ainsi que les abords de l’ambassade d’Australie et le centre culturel japonais. Dans le projet retenu le périmètre est plus étroit et c’est l’axe Trocadéro – Ecole militaire qui est fortement valorisé. Le jury lui-même était international. 

Présentation de la lauréate

La première phase des travaux bute sur les Jeux Olympiques, et la seconde, à partir de 2024, devrait tirer jusqu’au pont Mirabeau et l’île aux cygnes (tous deux dans le 15ème arrondissement), qui a été intégrée dans le linéaire inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO.  

Au total rien de véritablement révolutionnaire, si ce n’est le renforcement de l’axe Trocadéro – école militaire via la Tour Eiffel par du vert et la « déambulation » piétonne. La réussite résidera dans la mise en oeuvre et la prise en compte soignée des pratiques et des besoins. La concertation a donc encore de quoi faire, et se met en place.

La concertation se poursuit

Première réunion de concertation : 25 juin à 18 h 30, dans une salle proche de la mairie du 15ème. Sur inscription, voir le site de la concertation. Une réunion de conseil de quartier y sera également consacrée. J’apprend par le site Le Valgirardin qu’une réunion est aussi prévue dès le 5 juin au pavillon de l’Arsenal. 

Présentation complète dans le journal Le Parisien : En 2024, un grand jardin reliera le Trocadéro à la tour Eiffel.

Premières réactions : Projet de jardin Trocadéro – tour Eiffel : les automobilistes effarés, les touristes et commerçants emballés

Les 4 projets sont exposés au Pavillon de l’Arsenal, 21 boulevard Morland (entre la place de la Bastille et la Seine), jusqu’à fin août. Mardi à dimanche, entrée libre.

Print Friendly, PDF & Email

5 réflexions au sujet de “Tour Eiffel – Trocadéro : la circulation automobile sera maintenue, celle des cyclistes est pour l’heure négligée”

  1. Désolé, j’ignore ce qu’est un « REV », le « CIDJ ». Par contre, pour le RER, c’est bon ;-). Ce post ne doit pas s’adresser aux lecteurs comme moi, peut-être.

    Répondre
    • REV = Réseau Express Velo
      CIDJ = centre d’information et de documentation jeunesse. Spécialisé sur les formations et les métiers. Existait déjà en 1980.

      Répondre
  2. Ilot de fraicheur mais surtout encore des mètres cubes de terres et de béton remués pendant des mois pour pas grand chose. Comme à Bastille, Gambetta, Nation plus d’espace pour les piétons essentiellement de l’espace inutile et toujours les nuisances (bruit, odeur, pollution, obstacle à la traversée) du trafic et pas d’avancées réelles pour le vélo. Une ville conservatrice qui depuis la piétonnisation de quelques km de quais est en manque totale d’idée pour se libérer un peu du fardeau de la voiture et essaie de le masquer avec des opérations cosmétiques.

    Répondre
    • Coup du sort, le sol de la piste cyclable qui passe sous le pont rive gauche s’est effondré avant-hier, créant un trou important et amenant à fermer ce passage jusqu’à réparation. La piste aura tenu pendant plus de 25 ans. Elle avait été « le 1er aménagement cycliste utile aux cyclistes » de Paris, réalisée à la demande de feu-l’association vélo 15&7 en février 1994. Un second accès avait été prévu alors depuis le pont. Il rendrait service aujourd’hui.

      Répondre

Laisser un commentaire