Un comité de sécurité routière aussi flou que touffu

Article

Accueil » Politique cyclable » Réglementation » Un comité de sécurité routière aussi flou que touffu

Ce 17 juillet Elisabeth Borne présidait un Comité interministériel de la sécurité routière, un de ces sommets récurrents qui donnent de la solennité aux décisions. Le précédent avait eu lieu en 2018.

Sous le nom de Circuler en sécurité et en sérénité sur les routes de France le document diffusé pour l’occasion détaille rien de moins que 38 objectifs avec les moyens pour les atteindre. Cela commence par un discours martial de la Première ministre, appelant à la fermeté contre les comportements dangereux et à un meilleur accompagnement des victimes. L’image illustrant la première page dit à peu près le contraire.

Nous y parviendrons grâce à la fermeté à l’égard des comportements les plus dangereux, grâce à une meilleure organisation et à un soutien accru pour l’aide aux victimes.

Elisabeth Borne

Les accidents de trottinettes en préambule

La proportion d’accidents en « mode doux » a augmenté, passant de 19% des tués en 2013 à 24% en 2022. Sans distinction entre vélo et VAE et sans se souvenir que les trottinettes ont envahi les rues à partir de 2019, tout comme les EDP.

Dès 2018 les Pays-Bas prenaient des mesures anti-trottinettes. Notre réglementation date d’octobre 2019, et a pour objectif d’organiser, de faciliter, de permettre, la circulation des EDPM, c’est-à-dire les trottinettes et autres objets ludiques.

Il est indiqué une baisse depuis 6 mois (en 2023) de la mortalité cycliste, attribuée, elle, aux « campagnes et actions de prévention soutenues sur la vigilance à vélo et aux vélos « … Ah ?

Les auteurs d’accidents mortels

Au-delà sont désignés les auteurs d’accidents mortels, bien connus, les hommes à plus de 80%, tout particulièrement âgés de 18 à 34 ans (bientôt il faudra dire « de 17 à 34 ans »), avec une part élevée d’alcool et autres stupéfiants. 

Les principales mesures sont déjà largement connues

  • Introduire un module de formation au vélo au collège (mesure n° 1), renforçant le savoir rouler de l’école primaire… qui est pourtant loin d’être généralisé.
  • Pallier à l’absence de connaissance du code de la route en renforçant son enseignement au collège (2) en vue de l’attestation scolaire de sécurité routière de niveau 2 (ASSR2), et en faisant des campagnes d’information multi-cibles, informer les usagers et les élus sur les nouvelles mobilités (11).
  • Faire connaître les changements dans le code de la route (4) en les mettant en ligne (ce qui aurait dû être fait depuis belle lurette !!!).
  • Rendre le permis de conduire moins cher (3), La Fub demande une formation au vélo obligatoire pour les moniteurs d’auto-école.
  • Mieux détecter les inaptitudes à la conduite (6) et en tirer les conséquences (7). 
  • Préciser quand les chaucidou sont pertinents (17), car, comme dit la Fub, « il doit être réservé aux configurations réellement pertinentes, afin que son usage ne soit pas un prétexte pour ne pas réaliser de véritables infrastructures, notamment des pistes cyclables sécurisées séparées du trafic. « 
  • Commencer enfin à envisager d’expérimenter les tourne-à-gauche indirects (12) … mesure à peu près symbolique si on ne redessine pas les carrefours (comme montré dans le dossier), et déjà pratiquée par les cyclistes expérimentés. J’apprend par la Fub que c’est déjà autorisé (article R415-4, IV, du code de la route). Elle craint que ce soit d’usage obligatoire ou mal fait. 
  • Créer une qualification d’homicide routier (10), ce qui a été salué par la Fub, qui complète en demandant « que des mesures concrètes soient prises pour sanctionner – y compris sous forme d’alternatives à l’amende financière, notamment avec des stages de mise en situation pour permettre au contrevenant d’appréhender la situation qu’il a provoquée, du point de vue du cycliste, les comportements dangereux pour les cyclistes et qui sont actuellement ignorés. « 

Aujourd’hui, les dépassements dangereux de cyclistes sont ignorés par les pouvoirs publics, ce qui est une cause d’abandon de la pratique de nombreux candidats à la pratique quotidienne du vélo

Communiqué de la Fub

De nombreuses mesures sur la sécurité des ouvriers de la route (16, 17), sur les accidents du travail (21) etc etc. Et quelques autres concernant les cyclistes :  

  • Créer un appel à projet national (AAP) ouvert accompagné d’un renforcement du soutien financier aux associations (20). Proposer aux associations des formations à l’ingénierie de projet, pour « renforcer leur efficacité opérationnelle. « 
  • Organiser une concertation autour des règles de circulation des vélos-cargos (13)
  • Rendre obligatoire le 30 km/h en ville dans les rues sans trottoir (14), à défaut d’oser parler de zones de rencontre, voir de rue interdite au trafic sauf exceptions (riverains, livraisons) ?
Photo de couverture du dossier de presse !

On remarquera que le permis de conduire à 17 ans n’y est même pas cité. Par contre sous « Lutter contre les comportements dangereux » il y a 8 mesures, sous « Simplifier la vie des usagers de la route », 5, et enfin sous « Agir pour une meilleure sécurité routière dans les outre-mer », 4.

A tout cela la Fub souligne un manque, celui de l’obligation pour les pouvoirs publics d’assurer la sécurité de tous. « Le Gouvernement a aussi la possibilité d’abaisser les vitesses maximales autorisées sur les routes en France afin d’améliorer la cohabitation entre les usagers et réduire la gravité des collisions. « 

Bref, une liste de voeux longue comme le bras, ou une liste d’engagements moraux, assortie de quelques graphiques ou tableaux, et d’aucun moyen d’aucune sorte pour faire tout ça. Ni échéances ni budget. Aucune réponse non plus aux questions soulignées en préambule (accidents de trottinettes et comportement des jeunes hommes), bref, pas grand intérêt.

Si du moins vous souhaitez creuser la question : 

  • Document adopté par le comité de la sécurité routière
  • Communiqué de la Fub, Stop aux violences quotidiennes faites aux cyclistes ! Il y a un autre communiqué, parlant du « premier Comité interministériel vélo et marche » le 5 mai 23, auquel j’avais assisté : Le premier comité interministériel pour le vélo nous annonce un avenir radieux : le premier Comité interministériel pour le vélo n’a parlé que d’un Plan, intitulé Vélo&Marche et ne parlant lui-même que de vélo. Je l’avais déjà presque oublié, celui-là.
Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Thomas Tours
9 mois

Le lien vers le communiqué de la FUB est déficient.
J’aime beaucoup la formation au vélo obligatoire pour les moniteurs d’auto-école.

Peregrin
9 mois

Toujours marrant ces barnums destinés à s’attaquer à la mortalité routière ! Les vraies solutions sont pourtant simples:
– Equiper de boîtes noires les voitures pour que les conducteurs cessent de ne respecter les limitations de vitesses qu’au droit des radars.
– Bloquer le fonctionnement des GSM dans les voitures pour que les conducteurs cessent de faire du secrétariat au volant.
Cela nécessiterait des mesures radicales autres que celles qui sont sorties en 2018 et qui en gros ont consisté à imposer le port de gants anti-écrasement aux conducteurs de scooters 125cm3 !
Bien souvent les solutions retenues sont des fausses solutions qui relèvent plutôt d’une collusion entre les équipementiers et les responsables politiques. Ces solutions sont théoriques et correspondent à de faux-semblants, pratiques qui contribuent à faire tourner le commerce. (cf pneus neige dans les régions qui voient 2cm de neige deux fois par an)

Adrien
7 mois

J’aime beaucoup la remarque entre parenthèses sur le point 4 et, comme Thomas de Tours, la formation au vélo qui serait obligatoire pour les moniteurs d’auto école (dont certains sont de vrais pro-bagnole anti-vélo, soit dit en passant, et c’est un réel problème).
Je ne comprends pas l’idée d’une concertation autour de la circulation des vélos cargo. Tout l’intérêt d’un vélo cargo réside dans le fait qu’il n’est pas soumis à plus de règles qu’un vélo normal, et que sa taille permet d’emprunter les aménagements cyclables et de passer partout où un vélo passe, tout en permettant de transporter des charges lourdes et encombrantes.
À moins que ça soit l’occasion d’interdire formellement tout aménagement de voirie qui serait non franchissable avec un vélo cargo, un triporteur ou une remorque (barrières en chicane et autres soi-disant « vélo pass »). Si ça pouvait être le cas, j’applaudirais !

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Un observatoire des EDPm

Création d’un « observatoire » entre gouvernement, villes et industriels, avec des chiffres non consolidés. Quelques chiffres glanés ici et là sur trafic et accidents pour tenter de se faire une idée.

lire plus

Lectures & Documents

Actualités & Récits

Pierre Hérant et son vélo ont fait le tour de la France

Pierre est un habitué des expéditions lointaines et des contraintes absurdes. Cette fois-ci il fait le tour de la France au plus près de ses frontières.
Un gros livre passionnant qui se lit comme un roman d’aventure raconté par votre instituteur adoré. Vous lui demanderez de continuer …

lire plus