Urbanisme tactique et pistes expérimentales : les villes cyclables veulent des signes clairs

Le Club des villes et territoires cyclables se félicite du fait que l’Etat « encourage » les villes à faire des expériences. Mais il trouve qu’il pourrait aussi faire sa part, et donner des signes clairs.

Le Club des villes et territoires cyclables se félicite du fait que l’Etat « encourage » les villes à faire des expériences (voir notre article). Il sait que la période y est propice et qu’il faut faire vite si l’on veut enclencher et fixer le passage au vélo. Certes…
Il remarque cependant qu’au même moment les communes sont en période électorale, ainsi qu’en pleine gestion de crise sanitaire, dans un entre-deux-tours qui ne facilite pas la prise de décisions audacieuses. 

Alors le Club des villes cyclables ne refuse pas l’affaire, bien au contraire. Mais il aimerait au moins que l’Etat fasse mieux que de proférer des encouragements.

Le club s’apprêterait à demander à l’Etat qu’il fasse sa part en donnant des signes forts sur le vélo dans les domaines qui sont les siens.

Voici ce que le Club des villes cyclables envisage de demander à l’Etat :

⇒ Que le forfait mobilité durable soit de droit et non à la discrétion des patrons. Il n’oublie pas pour autant qu’il devrait être d’un montant présentable.

⇒ Que le code de la route soit modifié sur deux points, qui édicteraient que :

  1. La vitesse en ville est limitée à 30 km/heure partout. Des relèvements à 50 km/h peuvent faire l’objet de décision motivée au cas par cas. C’est le seul moyen pour que les villes soient intégralement cyclables.
  2. La signalisation des croisements s’adresse aux véhicules motorisés dont elle organise le trafic. Aux intersections  munies de feux passés au rouge les cyclistes doivent céder le passage aux véhicules venant de leur droite comme de leur gauche ainsi qu’aux piétons. Cette nouvelle règle ne ferait qu’entériner la pratique, conformément aux habitudes de modification du code de la route, et serait plus conforme au souci de ne pas laisser les personnes s’agglutiner … et propager l’épidémie. 
Print Friendly, PDF & Email

1 réflexion au sujet de « Urbanisme tactique et pistes expérimentales : les villes cyclables veulent des signes clairs »

  1. Entièrement d’accord avec les deux mesures. A ajouter une vitesse maximale de 20km/h dans les quartiers résidentiels (On verra si l’état est sérieux en quoi que ce soit là. Je parie que non).

    Répondre

Laisser un commentaire