27 territoires pour 14 régions appelés à faire la preuve du vélo

Article

Accueil » Politique cyclable » 27 territoires pour 14 régions appelés à faire la preuve du vélo

Il avait été annoncé en mai dernier, et lancé dans la foulée. L’objectif était de travailler sur un vrai bassin de vie et de démontrer que le vélo y était pertinent pour se déplacer, même là où rien ne l’impose naturellement. Le Gouvernement avait pour objectif de soutenir au moins un territoire par région sur plusieurs années afin de le transformer en un territoire cyclable exemplaire. Ils apporteront la preuve par l’exemple que développer l’usage du vélo est possible dans tous les territoires, expliquait le Club des villes et territoires cyclables lors du lancement.

Ce sera 6 ans, c’est-à-dire jusqu’à la moitié du prochain mandat municipal.

128 communautés de communes ou d’agglomération se sont portées candidates, 27 ont été choisies. Ces futurs « territoires cyclables » sont aussi diverses que possible, sur le littoral, en montagne, urbains ou péri-urbains, ruraux, ultramarins, frontaliers… Les régions ont 2 ou 3 lauréats, sauf la Corse et la Guadeloupe qui n’en ont qu’un chacune.

Les grandes villes avaient été exclues car elles se débrouillent très bien comme ça, et ne représentent que leur cas. Les territoires « peu denses », en revanche, ont tout à inventer pour inscrire le vélo dans le quotidien. Et par exemple … de faire travailler des gens compétents dans le domaine du vélo, ce qui n’est pas gratuit mais est indispensable.

Vous aurez remarqué que certains lauréats sont déjà bien avancés, par exemple Erdre&Gesvres, récent lauréat des Talents du vélo ! Dans mon article je dis que « les lieux deviennent un véritable territoire cyclable, le vélo étant considéré comme un véritable mode de transport ». Pas mal !

Pendant 6 ans ces territoires vont être suivis et auscultés, et pourront compter sur l’accompagnement des services de l’Etat ainsi que sur des contributions financières, jusqu’à 50% des investissements (y compris études, suivi des chantiers, acquisitions foncières…), dont le total a d’ailleurs été augmenté depuis son annonce, passant de 100 à 125 millions d’euros. L’idée est bien d’avoir des territoires-tests et d’en dégager des leçons opérationnelles, comme avait fait par exemple le Danemark à ses débuts avec notamment la Ville d’Odense. Cela vient en plus ou en complément du Fonds Mobilités actives et est cumulable avec d’autres aides. 

Vélo&Territoires explique que le dispositif a été réservé aux collectivités ayant adopté un schéma directeur des infrastructures cyclables avant la fin de l’instruction des candidatures, soit le 15 octobre 2023 et dont les modalités de coopération étaient claires. 

Mais d’expérimentation annoncée on est un peu passé à construction comme d’hab’, « dans le respect des recommandations du Cerema », lequel n’a jamais prétendu avoir bon sur tout ni édicter des règlements. Espérons aussi que ne seront pas oubliés tout ce qu’on appelle « accompagnement », communication  et services, comme le demandait encore Vélo&Territoires en juin dernier

Ce sera de toutes façons une accélération pour la création de véritables itinéraires à l’échelle de chacun de ces territoires. Cependant le ministre des Transports parle de doubler les kilomètres de pistes cyclables, et il a tort. Pour atteindre le triplement de la part des déplacements il y a bien d’autres moyens à mettre en oeuvre que seulement celui-ci. D’ailleurs « les aménagements relatifs à l’apaisement des circulations (zone 30, zones de rencontres) sont également centraux dans cet appel à territoires. » (Vélo&territoires). Les pistes cyclables ne sont pas un but mais un moyen parmi d’autres.

Il est déjà annoncé qu’une seconde chance sera offerte dès l’an prochain, répondant par là au souhait de Vélo&Territoires qui trouve que la présente dotation est trop faible. Un avis que partage le Club des Villes cyclables et marchables :

La portée de cet appel à projet reste limitée compte tenu du faible montant disponible (…). Néanmoins, la possibilité de co-financer à 50% un projet global de maillage cyclable sur plusieurs années constitue une opportunité très intéressante pour les collectivités retenues.

Le club des villes cyclables dans sa lettre du 1er juin 23, citée par Isabelle&le vélo

La Fub1Fédération des Usagers de la Bicyclette se montre plus optimiste disant même que l’évènement est historique. Faisant savoir qu’elle faisait partie du jury, elle précise que l’un des critères de sélection était «l’existence ou l’engagement à mettre en place un comité local des parties prenantes avec les associations locales d’usagers ou les usagers, et les services déconcentrés de l’État ». La Fub veut une gouvernance partagée, qu’elle voit comme un gage de la réussite du projet.

Elle appelle de ses voeux l’implication des services de l’État afin que les aménagements soient exemplaires, et facilement recopiables (ce qui me paraît devoir être manié avec des pincettes, chaque situation étant différente) … Dans le cahier des charges figure aussi un contrôle extérieur « pour garantir la réalisation d’aménagements continus, sécurisés et attractifs ». Une lourde responsabilité pèse sur les lauréats !

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits

Exposition Roues libres, la grande histoire du vélo

Une exposition intéressante à Sceaux (sud de Paris) sur les origines du vélo, indispensable pour qui n’a jamais lu de livre sur l’histoire du cycle ! De courts extraits de films, des costumes, des photos, complètent ce tour d’horizon, ou même vous, vous apprendrez quelque chose… A voir !

lire plus