Bouger, se déplacer, festival des cycles du futur à Lunéville

Article

Accueil » Actualités » Matériel » Bouger, se déplacer, festival des cycles du futur à Lunéville

par | Mai 24, 2024 | Matériel | 0 commentaires

Une dizaine d’exposants ça suffit à faire rêver et toucher du doigt l’intérêt de ces véhicules d’avenir. Les Velhio, Karbike, Vemoo, Baker Prax ou Woody Bus ont été essayés par les visiteurs jusqu’à plus soif pendant deux jours sur les allées du docteur Paul-Kahn, au bout du Champs-de-Mars, fermées à toute circulation motorisée pendant ces jours de fête. 

De passionnantes « conversations » avaient lieu en parallèle au château, à l’autre bout du parc. 

On nous retire tout, la poste, l’hôpital, les impôts, le train et même les autocars, disent les habitants de Lamarche, dans les Vosges, et après on voudrait qu’on se débrouille par nous-mêmes, relate Isabelle Hanifi, qui étudie à l’ADEME les freins à l’adoption des véhicules intermédiaires. Vous voulez nous faire revenir à la charrette ? 

dimanche 19 mai 24

Ce n’est pas l’avis des visiteurs de Lunéville. Ils ont été frappés par la facilité de conduite de ces nouveaux véhicules, certains déjà en pré-vente. Lamarche a perdu ses industries et n’a plus que environ 850 habitants. Elle bénéficie d’un programme de revitalisation rurale, ce qui a amené à se poser la question des mobilités. Lunéville est une petite ville très vivante qui a un peu plus de 19 000 habitants. Les véhicules intermédiaires sont souvent présentés comme une solution pour le monde rural, peut-être finalement seront-ils la solution pour les petites villes et leurs périphéries.

Le Karbike est déjà prêt, les premiers exemplaires seront disponibles à la fin de l’été. C’est un VAE au sens du code de la route, limité à 25 km/heure. Il sera utile en proximité, dans un rayon d’une quinzaine de kilomètres (ou une heure de déplacement), et intéressera les particuliers au quotidien comme les artisans, professionnels qui se déplacent, logisticiens du dernier kilomètre ou encore entreprises ayant de vastes terrains industriels. Sa banquette arrière peut accueillir un passager, ou être rabattue. Le Karbike est doté d’une boîte automatique pour les changements de rapports, d’une fonction de recul et d’un bouton de coup de pouce électrique qui peut aider au démarrage ou pour franchir un obstacle de voirie. 

Le Vemoo est un tricycle avec protection contre la pluie et coffre à l’avant, conçu pour le quotidien en milieu rural. Le coffre se détache en un tour de main et devient chariot. On peut déjà le louer,  pour l’achat il faudra encore attendre un peu, normalement fin 2025. 

Le Woody bus de la ville de Lunéville a fait aussi forte impression, il permet de transporter huit enfants qui participent au pédalage … et adorent ça. La Ville de Lunéville a trouvé la solution pour l’école !

Le Baker Prax est plutôt destiné au transport de marchandises.

Le Velhio de Lunéville a été fabriqué par l’association Lunéville21eme cycle d’après plans et mode d’emploi fournis. Ce n’est pas très difficile à condition de savoir le faire.

Pour ma part j’attribue deux mentions spéciales, la première à la société Ergo’Velo, sise dans le pays d’Epinal (à Le Roulier. Il vaut mieux téléphoner avant), qui proposait de nombreux modèles de la marque Van Raam, dont le Balance, connu dans ce blog comme étant « le vélo d’Abel ». C’est un vélo promis à beaucoup de succès chez les cyclistes de tous les jours mais vieillissants. Il ne se trouve pas encore d’occasion.

Mon autre coup de coeur va au steptrike, une invention spectaculaire promise à un bel avenir. Il s’agit d’un tricycle à pédalage horizontal (et non circulaire) différencié. Chaque jambe peut appuyer différemment, l’une peut même rester pliée pendant que l’autre fait avancer l’engin, on peut aussi pousser des deux jambes en parallèle, toutes les configurations sont possibles au court d’une même sortie. La baisse du rythme cardiaque et de la fatigue est paraît-il spectaculaire. Cet engin est destiné aux personnes en rééducation, mais pourrait fort bien intéresser tout le monde tant sa puissance est impressionnante. Il est par ailleurs très facile à manier, même sur chemin accidenté ou en côte, et permet de rouler même si les genoux sont douloureux. A noter également que son utilisation n’impose aucun réglage puisqu’il est toujours possible de ne pas pousser la pédale jusqu’au fond. Enfin, son cadre est fait d’un acier souple (à certains endroits) qui lui donne la plus agréable des fluidités dans les virages. 

Son inventeur, Denis Lautier, connaît bien le programme ExtrèmeDéfi de l’ADEME. Il espère trouver un ou des partenaires pour développer son invention, déjà présente dans deux centres de rééducation (centre Mallet à Richebourg dans les Yvelines, centre Belluard pour enfants près d’Annecy). Ce serait passer à côté de quelque chose de très intéressant que de s’en tenir à ce public.

Print Friendly, PDF & Email
Partager sur :
S’abonner
Notification pour

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Agenda

Évènements à venir

En Bref

Lectures & Documents

Actualités & Récits